Crise de la zone euro : pour l'Allemagne, la solidarité a ses limites

 |  | 327 mots
Lecture 2 min.
L'Europe peut échouer sur l'autel d'une trop grande solidarité, selon le chef de la diplomatie allemande, Guido Westerwelle.Copyright Reuters
"L'Europe peut échouer sur l'autel d'une trop grande solidarité", selon le chef de la diplomatie allemande, Guido Westerwelle.Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'Europe peut échouer dans sa gestion de la crise si l'Allemagne exige trop d'elle-même et pas assez des pays en difficultés, estime le chef de la diplomatie allemande, Guido Westerwelle.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, a mis en garde samedi dans un entretien au magazine Focus contre une trop grande sollicitation de l'Allemagne dans la gestion de la crise da la zone euro. "L'Europe peut échouer sur l'autel d'une trop grande solidarité, c'est-à-dire si nous exigeons trop de nous-mêmes et si nous n'exigeons pas suffisamment de réformes des autres" pays membres, a souligné le chef de la diplomatie dans l'hebdomaire allemand.

Des propos que ne devrait guère goûter l'Espagne, qui s'impose un plan de rigueur colossal, ni la Grèce, en proie à une profonde cure d'austérité. Le président de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, a récemment émis des critiques à l'égard de l'Allemagne, à qui il reproche de ne pas en faire assez pour régler la crise de la dette, alors que la Grèce et l'Espagne s'enfoncent dans le marasme économique. Des reproches qui ont a provoqué la grogne de plusieurs responsables politiques allemands.

A la décharge de l'Allemagne, une trop grande solidarité avec les pays en difficultés de la zone euro pourrait être fatale à sa compétivité, selon l'économiste Patrick Artus. "La solidarité avec les autres pays de la zone euro est-elle incompatible avec la stratégie fondamentale de l'Allemagne, qui est de rester compétitive au niveau mondial ?", s'interroge l'économiste de Natixis, dans une note publiée le 17 juillet.

Par "solidarité", Patrick Artus entend non seulement les réponses à la crise financière mais également une solidarité qui s'étendrait aux économies réelles, avec, par exemple, une mutualisation des politiques de soutien à l'emploi dans les pays en difficulté. Or l'économiste est catégorique : "une hausse de 12,7 points de PIB (Produit intérieur brut) de la pression fiscale en Allemagne, nécessaire pour financer l'aide aux créations d'emplois dans les pays en difficulté, conduirait à une destruction de la compétitivité internationale de l'Allemagne, et n'est donc pas envisageable."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/08/2012 à 12:36 :
il faut comprendre l'allemagne quand par exemple nous avons le double d'élus ??, ce n'est quand meme pas à eux de les payer un exemple en 2011 nos sénateurs ont touché une prime de chauffage de 403euros 1500en 2000
Réponse de le 09/08/2012 à 17:01 :
La réduction du chômage et de la misère promise par la gauche? Du vent! La sécurité d'emploi pour les uns, l'exclusion pour les autres. La sécurisation des parcours et la baisse de l'IR de 30% de la droite? Du vent... cette classe politique en réalité est perverse, mensongère, statolâtre, bien évidemment ils s'arrogent trop d'avantages. Et bien évidemment nombre de leurs représentants s'illustrent par la corruption. Enfin, la dévastation de notre économie. Ce n'est pas pour rien que les gens ne votent pas. Demain la révolution? Ils se permettent de s'attaquer à des patrons qui gagnent 4 fois moins qu'eux.
a écrit le 06/08/2012 à 11:19 :
Je ne savais pas qu'il y a tant d'experts français concernant l'Allemagne. Je constate également que depuis cette crise dite "d'euro" on ne parle jamais ni de la Finlande, ni de l'Autriche ou des Pays Bas!
a écrit le 06/08/2012 à 3:46 :
Ne cherchez pas de bouc émissaire ( Grèce, fonctionnaires, immigrés ) de solutions, de responsables...car ce scénario actuel était prévu.

Vos vies appartiennent à l'état, et votre argent dematerialisé dans votre compte en banque n'est qu'une dette, donc de l'argent qui appartient aux banques commerciales.

Vous n'aurez bientôt plus rien...car vous ne savez pas que l'argent n'est que fiction.

Tous les matins nous allons au boulot pour perdre de l'argent, car chaque jour qui passe augmente la dette que nous ne pourrons jamais rembourser ;)
a écrit le 05/08/2012 à 22:06 :
un petit résumé pour comprendre comment l'Allemagne s'en est sorti au détriment de ses partenaires européens et pourquoi elle est en partie responsable de la situation de ses partenaires européens: "...Cette intense pression exercée pendant une décennie entière sur les coûts salariaux n'a pas eu d'équivalent ailleurs en Europe, en dehors de la petite Autriche. La politique impulsée par Gerhard Schröder n'a, en particulier, rien eu à voir en pratique avec celle menée au Royaume-Uni par Tony Blair, même si les discours étaient proches. Les travaillistes anglais ont fait preuve de beaucoup de complaisance à l'égard du monde de la finance, mais ils ont aussi introduit un salaire minimum outre-Manche, développé de façon volontariste dépenses et emplois publics, et rendu le système fiscal britannique un peu plus redistributif? Rien de tel en Allemagne, qui reste par exemple un des derniers pays européens à ne pas avoir de salaire minimum. D'où de nombreux salariés rémunérés moins de 5 euros de l'heure (1), notamment dans le secteur des services. Une telle politique a complètement anesthésié la demande intérieure allemande: en 1995, celle-ci était plus importante que la demande intérieure française à hauteur de 730 milliards d'euros, soit 56% de plus. En 2008, ce différentiel n'est plus que de 17%, alors que l'Allemagne compte 28% d'habitants de plus que la France! La pression sur les coûts salariaux a en revanche redonné de la compétitivité-coût aux produits allemands. Une compétitivité encore renforcée par la délocalisation de nombreuses activités de production et de sous-traitance vers les pays d'Europe centrale et orientale (Peco), où les industriels allemands ont massivement investi. Ce qui a contribué à tenir les prix de vente grâce à la baisse du coût des composants et des sous-ensembles. Tandis que leur spécialisation traditionnelle dans les biens d'équipements a permis aux industriels allemands de profiter du boom des investissements dans les pays du Sud depuis le début des années 2000. Du coup, les exportations ont bondi, passant de 24% du PIB en 1995 à 47% en 2008. Parallèlement, les importations se sont également envolées, du fait notamment des délocalisations opérées dans les Peco, mais dans des proportions moindres compte tenu de l'atonie de la demande intérieure. Avec pour conséquence une explosion des excédents extérieurs passés de 0 en 2001 à 184 milliards d'euros en 2007, soit 7,6% du PIB. Et ceci aux dépens principalement des voisins européens: le solde des échanges commerciaux avec le reste de l'Union représentait à lui seul 5,2% du PIB allemand en 2007? (http://www.alternatives-economiques.fr/l-allemagne--victime-du-tout-export_fr_art_860_43783.html?quot;)
Réponse de le 05/08/2012 à 23:17 :
Merci pour votre analyse, elle corrrobore ce que j'ai svt exprimé sur La Tribune.fr, la situation gégraphique de l'Allemagne au centre de l'Europe lui permet bcp de chose avec ses voisins de l'Est il suffit de voir chaque matin les colonnes de voitures qui rentrent en Allemagne avec au moins 5 personnes à l'intérieur pour venir travailler de 3,50 à 7,01 de l'heure. N'oublions pas les fameux jobs à 400 ? /mois et, concernant l'industrie, tous les travailleurs à temps partiels qui sont de plus en plus nombreux (Ex : secteur de l'automobile) et à qui l'on ne donne pas de prîme en fin d'année exceptionelle. Tant que l'exportation est bonne il n'y a aucun problème, mais celle-ci flêchi fort, les premeiers licenciements sont prononcés, le travail à temps-partiel est en route dans l'acièrie depuis le 1er août, le monde des petits industriels voit les commandes fortement diminués, VW qui plastronnait un peu annoce discrètement une chute des ventes, le temps se couvre il va falloir par moment savoir courber le dos ce qui n'est pas dans les habitudes de nombreux dirigeants du côté droit du Rhin. Heureusement qu'il y a encore du bon sens et du réalisme dans la population qui hélas pour toute l'Europe est de plus en plus vieillissante ....
a écrit le 05/08/2012 à 21:43 :
le probleme de fond, c'est que l'europe est une machine trop couteuse à faire fonctionner, de plus, les politiques, ainsi que les industriels, ont abandonnés le pouvoir au monde financier. Contrairement à ce que certains martellentt sans arrêt, les gens travaillent, produisent des richesses qui sont immédiatement absorbées par une minorité. tout est bon pour écraser le peuple et lui soutirer son argent. Une solution: peut-être la gréve général. on perdra des sous, mais on saura pourquoi.
Réponse de le 09/08/2012 à 17:05 :
Bien sûr c'est les classes moyennes que les tyrans mettent sur la paille... Quand à la transparence des finances publiques, elle n'existe pas. La démocratie française est une vue de l'esprit.
a écrit le 05/08/2012 à 18:54 :
C'est extrêmement grave et très préoccupant d'avoir à courber l'échine sous le dictat de dirigeants qui n'ont jamais été élu par les peuples!.
Cet état de fait ne peut avoir qu'une seule issue, la reprise en main des affaires de nos patries respectives et la défense de nos droits élémentaires!.
a écrit le 05/08/2012 à 16:50 :
Les allemands sont moins bêtes que nous. A 46 points de prélèvements ils s'en tirent. Nous à 56, que restera-t-il? Nous sommes en récession et l'on annonce des prélèvements tous azimuts. La bureaucratie démolit notre pays, c'est ça notre problème. Chez tous nos voisins les prélèvements diminuent.... La comparaison est claire. On parlait dans la presse de prélèvements confiscatoires, maintenant on pourra dire éliminatoire. Les études que publie l'IREF sont édifiantes! Même les chinois le disent notre pays ne travaille pas.
Réponse de le 05/08/2012 à 16:56 :
Plus exactement : de moins en moins de gens travaillent et de plus en plus de gens sont assistés, planqués ou rentiers !
Réponse de le 05/08/2012 à 17:41 :
faut dire qu'à 56 points, qui vont vite arriver à 60, travailler devient un non sens !
Réponse de le 05/08/2012 à 18:36 :
C'est pour ça que je ne travaille plus depuis longtemps. hé, hé, hé...
Réponse de le 05/08/2012 à 18:39 :
Et ouais ! 1919 hé hé hé ...
Réponse de le 05/08/2012 à 18:56 :
Ben ouais ! hé hé hé...
Réponse de le 05/08/2012 à 19:02 :
Hé hé hé ...
Réponse de le 05/08/2012 à 19:53 :
yerk!yerk!
Réponse de le 05/08/2012 à 20:00 :
Vous n'auriez pas une petite blagounette plutôt ?
Réponse de le 05/08/2012 à 20:22 :
ZZZZZZZ ZZZZZZ ça vous rappelle rien ?
Réponse de le 05/08/2012 à 20:29 :
De nos jours 100% des hommes ne veulent pas se marier car il n''est pas
nécessaire d''investir dans une poissonnerie pour 20g de moules..


Mais... (Réponse féminine)

-De nos jours 80 % des femmes sont contre le mariage. Elles ont enfin
compris que pour 200 grammes de saucisse, il était inutile d''acheter le
porc tout entier...
Réponse de le 05/08/2012 à 20:38 :
Pas mal ! Bon j'ai JO, je vous laisse, soyez sage !
Réponse de le 08/08/2012 à 18:13 :
@Casa: Vous oubliez le facteur temps, essentiel en économie. Il ne s'agit pas d'avoir 20g de moule une fois, mais d'avoir 20g de moule tous les jours pendant longtemps. Donc, la poissonnerie peut servir... C'est comme pour la dette européenne: il ne va pas suffire de se serrer la ceinture pendant un an, mais de se la serrer pendant 20 ans. Donc, le donjon sm peut servir...
a écrit le 05/08/2012 à 14:52 :
Oh! je n'avais pas vu ces commentaires qui nous brandissent la menace d'une guerre.... au cas ou ils ne le remarqueraient pas et se seraient endormis, la guerre on est en plein dedans et cette guerre que les Allemands entreprennent aujourd'hui, une terrible guerre économique ou, entre autres, en Asie, ils ne nous font aucun cadeau, a la France en particulier, alors que c'est sous la bannière de l'Europe que nous devrions nous manifester sur tous les marchés du monde, c'est uniquement sous celle de l'Allemagne que celle ci se manifeste et gare a celui qui oserait marcher sur ses plates bandes.
Que ce soit en Chine ou au Viet Nam, les Allemands avancent seuls et prennent les plus gros marches sans se soucier le moins du monde de leurs partenaires Européens, alors guerre oui il y a elle est destructrice et va l?être plus encore si nous n?avons pas le courage de quitter cette Europe qui va être notre tombeau?
Réponse de le 05/08/2012 à 15:11 :
Bof, avec ou sans l'Europe, la France ne sait pas exporter ses produits, point barre !
Ce n'est pas la faute des Allemands, mais de nous-mêmes. Faut arrêter d'accuser toujours les autres de nos erreurs et de chercher des boucs émissaires, un jour les immigrés, un jour les musulmans, le halal, un autre jour les banquiers, l'autre jour les politiciens, un autre jour les fonctionnaires, puis les chinois, les allemands,...Ad nauseam...jusqu'au dégoût total et la haine que ce pays sait fabriquer sans limite.
Alors attelons-nous a exploiter nos avantages, l'agriculture, la multi-culture ( que d autres pays savent mieux exploiter comme le Canada), le tourisme, le TGV, le nucléaire, etc.
Au lieu de pleurer sur son sort et taper sur les plus faibles, et chercher des responsables de nos propres défauts, des boucs émissaires, ce pays a les moyens de réussir. Encore faut-il stopper cette haine et cette jalousie.
Réponse de le 05/08/2012 à 18:09 :
La France ne sait pas exporter : c'est un peu vachard ça ! Il y a de moins en moins d'entreprises exportatrices et le pays perd des parts de marché depuis plus de dix ans, mais heureusement on exporte encore un peu... Bon ok, y a du boulot ...
a écrit le 05/08/2012 à 14:42 :
Tout, absolument tout et tous les commentaires aussi le prouvent de façon totalement irréfutable, l'Europe çà ne marche pas et çà ne marchera jamais, il faut arrêter et au plus vite, plus on attend et plus la chute sera dure, donc autant chuter immédiatement et ne plus entendre parler de cette innommable mascarade...
Réponse de le 05/08/2012 à 18:30 :
Tout à fait d'accord
Réponse de le 05/08/2012 à 18:39 :
Ni pour, ni contre, bien au contraire !
Réponse de le 05/08/2012 à 18:57 :
D'ailleurs, je suis toujours d'accord avec moi même. Ça évite les engueulades.
Réponse de le 05/08/2012 à 19:06 :
Et je m'aime. Mais toujours avec la même main, l'autre étant souvent prise par mon iphone.
Réponse de le 05/08/2012 à 19:15 :
He hé hé : il a pompé un clown au petit dèj...
Réponse de le 05/08/2012 à 19:22 :
Bah j'occupe mes dimanche, comme vous vos semaines toutes entières, mon troll ...
Réponse de le 05/08/2012 à 19:45 :
Enfin, ça dépend. Des fois c'est l'inverse, mon troll..
Réponse de le 05/08/2012 à 19:46 :
@ henri (le vrai) : joliiii !
Réponse de le 05/08/2012 à 19:52 :
@ casa : merci mais avec mon troll, ce n'est pas très compliqué : ses petites plaisanteries de garçon coiffeur sont tellement prévisibles ...
Réponse de le 05/08/2012 à 19:59 :
Ce sketch vous a été offert par la maison "HENRI", boucher charcutier de père en fils.
Réponse de le 05/08/2012 à 20:02 :
@casa : merci casa mais avec mon troll, ce n'est pas très compliqué : ses petites plaisanteries de chauffeuse de luxe sont tellement prévisibles...
Réponse de le 05/08/2012 à 20:05 :
@casa : qu'est-ce que je disais...
Réponse de le 05/08/2012 à 20:11 :
@casa : et c'est rien de l'écrire.
Réponse de le 05/08/2012 à 20:13 :
@Henri : Je crois que les deux font la paire.
Réponse de le 05/08/2012 à 20:13 :
@ henri (iphone) : en effet !
Réponse de le 05/08/2012 à 20:20 :
Casa : je vous laisse avec le petit.
Mettez-lui le DVD de "Return of the Jedi" : il a du boulot de rattrapage...
Réponse de le 05/08/2012 à 20:29 :
@ henri (iphone)
Sorry mais les morveux dans le genre de votre troll, non merci !!
Réponse de le 05/08/2012 à 20:33 :
@Henri (iphone) : Entendu, mais surtout change pas de main (Casa dit Henri) PTDRRRRRRR!!!!!
Réponse de le 05/08/2012 à 20:47 :
T'oi t'es relou avec tes pb de main !! LOL
a écrit le 05/08/2012 à 13:20 :
La solidarité de nos élus, elle est là : http://www.dailymotion.com/video/x329rf_elus-le-r%C3%A9gime-sp%C3%A9cial
Réponse de le 05/08/2012 à 14:43 :
Méritent-ils autant d'argent?, on peut en douter vu leurs compétences!, ils ont mis nos pays dans la mouise!!!.
Réponse de le 05/08/2012 à 18:58 :
Toujours ça que les pauvres n'auront pas
a écrit le 05/08/2012 à 13:10 :
La solidarité de nos élus, elle est là : http://www.dailymotion.com/video/x329rf_elus-le-r%C3%A9gime-sp%C3%A9cial
a écrit le 05/08/2012 à 11:04 :
j'espere que la position allemande ne va pas trop impacter nos retraites et régimes spéciaux.nous avons travaillé dur pour y arriver.quand je vois l'ardeur de la jeune génération au travail,je suis très inquiet
Réponse de le 05/08/2012 à 11:46 :
Qui a éduqué les jeunes ? Les responsables, ce sont les parents, pas les enfants. Les responsables de la situation actuelle, ce sont les anciens, pas les nouveaux.
Réponse de le 05/08/2012 à 12:44 :
Henri (retraité ratp) on te reconnait à jeter de l'huile sur le feu. Mais quel rapport avec l'article ?
Réponse de le 05/08/2012 à 13:41 :
si @Henri (connu pour effectivement jeter de l'huile hollandiste sur le feu) est retraité RATP, alors il faut préciser un jeune retraité.
Réponse de le 05/08/2012 à 14:05 :
Plait-il ? Non je ne suis pas retraité comme vous messieurs, et encore moins de la Rentre Avec Tes Pieds ...
Réponse de le 05/08/2012 à 14:57 :
@encorelibre : ce n'est pas parce que je ne suis ni poujado-lepeniste ni morano-guéantiste (bref un membre de la droite cassoulet, celle qui fait beaucoup de vents et qui sentent mauvais...) que celà me range parmi les flambystes bénéficiaires de régimes spéciaux !
Ça vous va bien de faire du simplisme pour tenter de faire oublier que les rentiers du public et du privé abusent des jeunes actifs et des entrepreneurs, mais la ficelle est trop grosse ...
Réponse de le 05/08/2012 à 17:09 :
il faut arreter de montrer du doigt les retraités comme des nantis.certains touchent moins de 2000 euros par mois!avec tout ce qui augmente.....
Réponse de le 05/08/2012 à 17:13 :
le débat s'éloigne du sujet:la question est de savoir si les allemands vont continuer a sponsoriser notre gouvernement sombtueux ainsi que les dépenses mirifiques de nos fonctionnaires
Réponse de le 05/08/2012 à 18:00 :
Je ne trouve pas qu'on s'en éloigne : les 25 points de PIB que nous coûtent retraites et sécu, participent comme le nombre de fonctionnaires, aux problèmes des déficits et de la dette !
Les charges sociales qui pèsent sur le travail en France sont très largement supérieures à ce qu'il se pratique en Allemagne, d'ailleurs...
Réponse de le 05/08/2012 à 21:46 :
beaucoup de jeunes salariés touchent le SMIC avec un bac + 5
a écrit le 05/08/2012 à 10:53 :
Et nos hommes politiques dans tout ça ?
N'oublions pas que ce sont eux qui sont responsables de tout (on en a bien profité quand même) et aujourd'hui ils donnent des leçons, et ils expliquent comment il faut faire... Bandes de comiques!
De toutes façons, il faudra payer et c'est nous et les générations suivantes qui allons payer, de quelque manière que ce soit.
Réponse de le 05/08/2012 à 11:06 :
Bien-sur que c est le peuple le responsable. Les européens et autres pays développés, Russie, Chine, USA, veulent lutter contre le chômage en créant trop de fonctionnaires, le peuple ne veut pas payer les impôts et met son argent en suisse, ils travaillent au noir, ils ne déclarent pas leurs biens, tout est piston et relations pour trouver un travail. Et on accuse les politiciens, ces boucs émissaires, qui ne font que représenter le peuple, car si un peuple est corrompu, le pouvoir le sera aussi.
Réponse de le 05/08/2012 à 12:47 :
Et pourtant 'politique bouc..." vous êtes le premier à profiter des largesses de l'Etat.
Réponse de le 05/08/2012 à 13:15 :
On reconnait bien là les donneurs de leçons, qui sont souvent les pires, car surement vous en profitez plus. Les "largesses de l'état" comme vous dites ont des limites et contre la précarité, il vaut mieux créer des emplois et des richesses que de faire des "largesses".
Réponse de le 05/08/2012 à 19:00 :
@@politiques : Donneur de leçon ? C'est pourtant bien ce que vous faites à lire votre commentaire
Réponse de le 05/08/2012 à 19:09 :
Bien petit padawan...
Réponse de le 05/08/2012 à 19:46 :
De rien mon bon maître.
Réponse de le 05/08/2012 à 19:53 :
On dit "Jedi", m'enfin !
a écrit le 05/08/2012 à 10:36 :
L'idéal Européen c'est l'Europe des nations!, chacun doit être maître chez lui, ainsi nous éviterons de montrer du doigt nos voisins et les accuser de nos malheurs!.
Chacun sa monnaie, son économie, sa culture et son système social!.
C'est cela la vraie liberté des peuples et le bon partenariat.
Réponse de le 05/08/2012 à 11:08 :
Justement, c'est cette Europe des nations que vous préconisez qui est a l'origine des deux guerres mondiales et des multiples guerres entre pays européens. Merci qui ? Merci les nationalistes. Et vaut mieux ne pas réveiller les natio allemands, car ..enfin ne provoquez pas inutilement le nationalisme, il risque de nous péter au visage.
Réponse de le 05/08/2012 à 12:49 :
D'accord avec vous gambetta.
Réponse de le 05/08/2012 à 13:35 :
d'accord avec vous jaures
Réponse de le 05/08/2012 à 15:08 :
Je ne vois en quoi défendre ses frontières, c'est un mal. Aujourd'hui le problème c'est le socialisme qui fait éclater des pays entiers. C'est le mal absolu de la démolition économique par la bureaucratie!
Réponse de le 05/08/2012 à 15:14 :
Bon sang, quelle ignorance ici ! Ce n'est pas l'Europe des nations qui a générée la guerre de 39/45 mais la situation économique en Allemagne. Souvenez-vous qu'en 1936, il fallait 1.800.000.000 marks pour acheter une baguette de pain. De plus, depuis 1945, l'Europe était constituée de nations et n'a jamais été en guerre, à la différence de maintenant où jamais les pouvoirs n'ont été autant transférés à Bruxelles, générant des haines jamais vu jusqu'alors entre pays voisins.
Réponse de le 05/08/2012 à 15:44 :
L'Europe des nations est symbole de guerres, celle de 14 fut celle entre deux nations rivales. Celle de 39-45 de même. Après 1945, l'Europe fut sous contrôle américain a l'ouest et russe a l'est, c'était la guerre froide. Et des guerres il y en eut récemment en ex Yougoslavie. Les haines entre voisins européens ont toujours existé, depuis des siècles, au moins depuis la guerre de cent ans, ou celles de Napoléon, la France a toujours été en guerre contre tous les pays européens. Le nationalisme est synonyme de guerre, c'est un fait universel.
Réponse de le 05/08/2012 à 16:52 :
Bastien, vous confondez l'hyperinflation des années 20 avec la déflation des années 30.
En 1936, Hitler expérimentait ses nouveaux joujoux guerriers en Espagne et les nazis avaient déjà parfaitement théorisé la seconde guerre mondiale : il suffisait de les lire dans le texte pour comprendre ce qu'il allait se passer, ce que les naïfs comme Messieurs Daladier et Chamberlain ont omis de faire !
Réponse de le 05/08/2012 à 17:08 :
Bastien confond souvent beaucoup de choses.
Réponse de le 05/08/2012 à 19:03 :
J'en ris (Henri) encore. hé hé hé...
Réponse de le 05/08/2012 à 19:11 :
Et sur tous les calvaires de France, sous le petit zézus, y a marqué "inri"
Hé hé hé ...
a écrit le 05/08/2012 à 9:52 :

en France aussi en tant que donneur de lecon !!!il y a du menage a faire tant au niveau des regions que des communes societe ( du gaspi ))pas plus tard que hier je decouvre un s octroi de tripler son salaire c est ca la crise solidaire
Réponse de le 05/08/2012 à 10:16 :

oui en effet il savere que c est un maire d une commune .inadmissible !!
a écrit le 05/08/2012 à 8:19 :
Je suis effarer de voir tan de méconnaisance sur ce probléme le seul et unique probléme dans la crise de la zone euro c'est que les etats sont OBLIGER DE PASSER PAR LES MARCHE pour se finnacer et ce depuis la loi dite de 1973 " merci giscard" cet loi est une abération crée dans le seul but d apauvrir une europe trop forte aux yeux des puissances etrangére a l epoque les usa et dans une moindre mesure urss
cet loi je devrais dire ce COMPLOT car sans est bien un a pourt seul et unique but d enrechir encore et toujours plus une caste de grand tresorier sans cet loi les etats europeens seul au monde a faire cela pourrait imprimer leur monaie et ainsi payer et financer leur fonctionnement au prix il est vrai de l inflation mais ce systéme marche et marche meme tres bien car apres guerre nous n avons mit que 15 ans a tous rembourser et la france a vécu ce que l on appel les 30 glorieuse
l europe n'est pas une mauvaise chose si elle apporte la paix et la prosperiter nous somme les descendants de gens qui on bati et on toujours voulus batir un empire sur ce continent nous ne somme pas seulement français allemands grecs ect ect nous somme europeens et notre reussite notre planche de salut passera forcement par l etablissement d un super etat europeen ne faisant ni distinction entre nationalité et origine et imprimant et se financant par sa propre monai et non par emprunt aupres de caste qui ne cherfche qu une seul chose avoir toujours plus d argent

je rajouterais meme que se syteme de finnancement par les marché arrive a son terme vu les interets que les dettes prennent nous ne pouvons plus les payer
Réponse de le 05/08/2012 à 8:41 :
Papa, comment avez-vous pu oublier les dégâts de l'inflation à 2 chiffres ? Elle était beaucoup plus dévastatrice que ce qu'on dit ! Sinon, vous pouvez toujours faire un tour dans certains pays d'Amérique latine ou d'Afrique...
Réponse de le 05/08/2012 à 9:06 :
Cette histoire est un vieux troll (faux bruit repandu sur internet) largement commenté. Emprunter a sa banque centrale est un non sens, c'est de l'emission de monnaie ou de la devaluation deguisée hors on peut toujours emettre de la monnaie ou devaluer.Giscard n'a fait que clarifier pour publier un deficit budgetaire fiable. Il est rarissime qu'un état diminue la masse monetaire, cela voudrait dire qu'il rembourse ses dettes a sa banque centrale, vous voyez quelle confiance on attribuerait à une telle pratique.
Réponse de le 05/08/2012 à 9:34 :
@yves vous parlez d'inflation...vous ne vous moquez pas du monde par hasard.!!!! il suffit de comparer les prix avant l'Euro et ceux d'aujourd'hui..!!!!!!!
Réponse de le 05/08/2012 à 9:54 :
L euro c était il y a combien d année ?
Réponse de le 05/08/2012 à 10:39 :
@Yves : en effet l'inflation à deux chiffres a laminé l'épargne et le patrimoine des anciens, au profit de la génération suivante... Aujourd'hui, ces messieurs-dames, les rentiers du public et du privé de la génération 68 craignent que les jeunes et les actifs arrêtent de payer leur Ponzi Scheme. D'où les grincements et les peurs... Le souci est que la carriole des cotisants divers est déjà trop lourde et que les jeunes ont le choix entre chômage et expatriation...
Réponse de le 05/08/2012 à 11:10 :
Et ce sont ces mêmes ainés qui ont le toupet de voter pour l'extrême droite et de compromettre une partie de la jeunesse dans cette direction. Que peut-on attendre d'eux de positif ?
Réponse de le 05/08/2012 à 12:53 :
Qu'ils vous aident en cas de coup dur, ou bien qu"ils vous fassent hériter de leurs biens. Mais ça vous ne le dites pas
Réponse de le 05/08/2012 à 14:06 :
Hériter de 1700 milliards de vos dettes et de 56 points de PIB en dépenses publiques ? Je pense que les jeunes vont le refuser votre "héritage"...
Réponse de le 05/08/2012 à 15:30 :
Tout à fait d'accord, le mécaisme de la sous-compétitivité qui nous fait perdre beaucoup d'argent, rappelons que le PIB anglais a évolué de 20 points plus vite que nous entre 80 et 2000... nous sommes des lanternes rouges, sous-compétitivité qui montre le découplage des salaires et de la production. On doit évidemment incriminer les charges. A qui sont-ells destinées? Aux retraités en très large majorité. Ainsi les boomers égoïstes empêchent la génération suivante d'accéder à un meilleur niveau de vie et à l'emploi.
Réponse de le 05/08/2012 à 16:54 :
Précisons : les boomers d'obédience soixanthuitarde qui ont profité ou se sont créées des rentes, pas les pauvres hères au minimum vieillesse ...
Réponse de le 05/08/2012 à 17:50 :
a soignant ce soit disant systeme et celui qui a permis a la france de faire 30 année de pleine emploie ou presque qui a finnancer des grands projet comme nos autoroutes le TGV et le reste du reseau ferré , le nuclaire sans lequel vous n'aurait pas l electricité que nous avons et le pays serait sujet a des blackout comme c'est le cas un peu partout dans le monde airbus ariane espace le concorde ect ect la liste est longue et tous ce que la republique se gose d avoir ce n'est pas les marchés qui l on payer mais bien NOUS peuple de france en emetant de la monaie et en remboursant directement a notre banque quand on se finance a taux zéro ben 10000000000000000000 d'euro sa restera toujours la meme somme et pas 500000000000000000 a rembourser pour allez engraisser des gens qui n'ont pas besoin d argent
et c'est bien a partir de la fin 1973 debut 1974 que les choses se sont gater dans le pays
a écrit le 05/08/2012 à 8:15 :
on parle d'austerite,des pays en difficulté, mais il s'agit de pseudo-austérité, on ne parle pas d'equilibrer les comptes, mais seulement de diminuer le rythme d'endettement.Les Allemands ne veulent pas trop garantir les dettes des autres pour deux raisons:
1/ Le risque est trop grand que ces pays deviennent insolvables.Car en effet il s'agit d'un pari "tout ou rien" soit les pays remboursent et la garantie n'a rien couté soit ils deviennent insolvable et la garantie fait couler l'allemagne avec eux
2/ L'allemagne a peur de ses propres dettes qui sont colossales? Sa bonne santé economique actuelle lui permet de payer, mais au prix de sacrifices importants, et pour l'avenir rien n'est certain. Ajouter à ses dettes colossales le risque d'avoir à payer celle des autres demande reflexion , cela est bien comprehensible, alors si en plus les Allemands se font insulter par la presse de tous les pays debiteurs!!!
Réponse de le 05/08/2012 à 11:49 :
Les élites allemandes sont conscientes que leur pays a des forces limitées. Les bonnes performances économiques de leur pays sont un baroud d'honneur avant la longue nuit qui attend l'Allemagne Le très fort déclin démographique de l'Allemagne entrainera nos voisins sur la voie de la stagnation pour assez longtemps (difficulté à financer les retraites, besoin d'une immigration forte qu'il faudra intégrer, un marché intérieur qui va se contracter, dépendance aux exportations)
Réponse de le 05/08/2012 à 12:13 :
Les Allemands ne craignent rien, car ils font appel a l'immigration massive pour enrichir leur pays. Ils ont compris que le racisme mène au chaos comme en France. Ils ont tout compris a la vraie vie et que seul le mélange culturel sauvera l?humanité de la haine.
Réponse de le 05/08/2012 à 17:16 :
nous aussi nous faisons appel a une immigration massive:je ne comprends pas pourquoi ce qui marche chez les allemands ne marche pas chez nous:insuffisance des classes dirigeantes?paresse des autochtones?jalousie des pays étrangers envers la france?
Réponse de le 05/08/2012 à 17:47 :
La différence, c'est que les Allemands ont connu la dénazification, une rééducation qui a réduit leur nombre de nazis a presque rien. Par contre en France, on peut encore les voir défiler tranquillement dans des villes comme Lyon.
Réponse de le 05/08/2012 à 19:10 :
Pas en naïveté. En Allemagne aussi l'immigration ne va pas sans poser de problèmes. Une bonne partie de l'immigration vient d'Europe de l'Est, l?intégration est presque spontanée. Celle des Asiatiques est plus lente mais se fait sans trop de problèmes. Là où ça coince c'est avec la Turquie et autres pays de la rive Sud de la Méditerranée.
Pour être bi-national, je constate que les problèmes de l'immigration français existent aussi en Allemagne. Mais les élites de ces deux pays sont les mêmes. Elles ne voient des immigrés (et des pauvres) que dans les journaux et nient très facilement les problèmes d?intégration.
Réponse de le 06/08/2012 à 1:04 :
L'Allemagne a toujours eu une approche différente de l'immigration, sans chercher à "intégrer". Dans tous les cas, elle s'en sort mieux que la France depuis plusieurs années: alors que la France accueille toute la misère du monde (et très peu de réelles compétences), l'Allemagne accueille des gens déjà formés, dont elle a besoin pour son économie.
C'est triste de voir comment les Roms sont stigmatisés, mais c;est vrai que c'est parlant: ils sont 10 fois plus nombreux en France qu'en Allemagne. Pourquoi? CMU, allocs...
a écrit le 05/08/2012 à 5:59 :
l?Allemagne solidaire ? tous les pays européens ont payés, elle pas plus que les autres.

on ne lui demande pas de payer mais de ne plus empêcher la BCE d'intervenir comme depuis 3 ans

L'allemagne profite de la crise en payant moins cher ses intérêts.

et pour finir, sa politique est stupide oh oui ils sont fiers de démontrer qu'ils sont supérieurs aux autres avec comme résultat de ruiner tout un continent comme si cette situation allait les épargner.

l'allemagne n'a toujours rien compris à l'idéal européen
Réponse de le 05/08/2012 à 8:22 :
Quel idéal européen ? Le votre ?
Réponse de le 05/08/2012 à 8:51 :
"L'allemagne profite de la crise en payant moins cher ses intérêts." C'est l'inverse, ce sont les pays de l'Europe du Sud qui ont profité pendant des années de taux d'intéret très bas, parce que l'Allemagne (ainsi que l'Autriche, le Benelux et la Finlande) faisaient partie de la zone euro. La zone euro est aujourd'hui un non sens complet. Dans l'intéret de tous, il est nécessaire et souhaitable qu'elle disparaisse (ou du moins scindée en plusieurs morceaux).
Réponse de le 05/08/2012 à 9:47 :
Soignant et Foxy ont tres bien expliqué la situation . Il est lamentable de voir des lecteurs comme francesca qui n´ont rien compris au probleme et pire interchange les roles entre coupables et victimes.
L´exemple de la Grece qui vient de nouveau d´etre sauvée de la faillite par une n- eme fois gtrace a nouveau prêt de sanvetage de la BCE alors que ses statut lui interdisent de refinancer les etats donne toute raison de comprendre pourquoi l´Allemagne va tirer le frein de secours:
Il semble de plus en plus clair que aucun de ces etats en perdition ne pourront rembourser leurs dettes et ca veut dire que ceux qui ont preté caution et c´est ern prenmier lieu l´Allemange donc les contribualbres allemands qui seront les perdants a la fin du jeu.
Réponse de le 05/08/2012 à 10:13 :
Ouais, c'est vrai ça ! Pourquoi tout le monde ne pense pas comme vous, hein franchement !?
Réponse de le 05/08/2012 à 21:59 :
vous n'avez pas du lire l'article paru récemment dans la tribune qui disait que jusqu'a présent la Grèce n'a rien coûté à l'Allemagne mais contrairement lui a rapporté beaucoup d'argent http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20120801trib000712059/la-grece-n-a-encore-rien-coute-a-l-allemagne.html
a écrit le 05/08/2012 à 0:06 :
Un renforcement de la solidarité au sein de l'eurozone ou de l'union ne passe pas forcément par une mutualisation des politiques de soutien à l'emploi. En prétendant cela, cet article vient justifier la posture allemande, à savoir un refus "légitime" d'une plus grande solidarité au sein de la zone vu le coût insoutenable pour l'allemagne d'une telle mutualistion.
Or faut il rappeler que l'Allemagne est la principale bénificiaire de l'euro. En effet, si elle devait revenir au mark, celui ci se renchirait et pénaliserait ses exportations. L'euro est un mark dévalué. De plus, depuis le début de la crise des dettes souveraines européennes, les investisseurs paniqués placent leur capitaux sur le marché obligataire allemand ce qui a fait chuter les taux d'intéret que débourse l'Etat allemand pour se finnancer. Ceci lui a déjà permis d'économiser plusieurs dizaines de milliards d'euro.
Mais aujourd'hui la croissance de ses exportations qui comptent pour une part substancielle de son PIB ralentit du fait que la zone euro qui se porte mal absorbe 55 % de ses exportations.
L'allemagne va devoir changer d'attitude dans sa gestion de la crises si elle veut en limiter l'impact sur sa propre économie et à plus longue échéance si elle veut sauver l'euro dont elle la première bénéficiaire.
Cette solidarité peut prendre plusieurs forme, notamment par une plus grande intervention de la banque centrale européenne. Par une monnétisation partielle de la dette ou même par un échange d'obligations à court terme contre des obligations à long terme auprès des banques. Ainsi on ramène les taux d'intéret à des taux soutenables pour les Etats tout en limitant une augmentation de la masse monétaire génératrice d'inflation... Et que l'Allemagne cesse de faire planner l'aléa morale pour se refuser à toute intervention, l'Espagne et la Grèce ont déjà consenti à de très importantes réductions de leur dépenses publiques...
Réponse de le 05/08/2012 à 1:40 :
je ne sais pas qui vous êtes, mais vous avancez des non sens.
l'Allemagne avait avant le Mark avec lequel elle exportait très bien avec une monnaie sur-évaluée.
Elle a accepté pour aider l'Europe l'? qui la pénalisait puisque vous le dîtes vous-même il s'agit d'un mark dévalué donc d'une monnaie permettant à ses concurrent d'avoir d'être au même niveau qu'elle, et partant d'être plus compétitif qu'auparavant : elle fait donc un effort. Et nous, nous ne voulons plus travailler : 35 h, RTT retraite à 60 ans quand elle-même va vers la retraite à 67 ans !!!
Les allemands ont déjà fait de gros efforts pour récupérer l'Allemagne de l'Est et pour nous aider en introduisant l'?.
Je pense que maintenant elle en a marre.
Qui plus est, nous ne représentons que 20 % de ses exportation qu'elle pourra faire un peu plus difficilement si nous sortons de l'?.
NON l'Allemagne n'est pas la 1er bénéficiaire de l'?, puisqu'elle avait avant un Mark sur-évalué !!!
Réponse de le 05/08/2012 à 2:37 :
un petit résumé pour comprendre comment l'Allemagne s'en est sorti au détriment de ses partenaires européens et pourquoi elle est en partie responsable de la situation de ses partenaires européens:
"...Cette intense pression exercée pendant une décennie entière sur les coûts salariaux n'a pas eu d'équivalent ailleurs en Europe, en dehors de la petite Autriche. La politique impulsée par Gerhard Schröder n'a, en particulier, rien eu à voir en pratique avec celle menée au Royaume-Uni par Tony Blair, même si les discours étaient proches. Les travaillistes anglais ont fait preuve de beaucoup de complaisance à l'égard du monde de la finance, mais ils ont aussi introduit un salaire minimum outre-Manche, développé de façon volontariste dépenses et emplois publics, et rendu le système fiscal britannique un peu plus redistributif? Rien de tel en Allemagne, qui reste par exemple un des derniers pays européens à ne pas avoir de salaire minimum. D'où de nombreux salariés rémunérés moins de 5 euros de l'heure (1), notamment dans le secteur des services.

Une telle politique a complètement anesthésié la demande intérieure allemande: en 1995, celle-ci était plus importante que la demande intérieure française à hauteur de 730 milliards d'euros, soit 56% de plus. En 2008, ce différentiel n'est plus que de 17%, alors que l'Allemagne compte 28% d'habitants de plus que la France! La pression sur les coûts salariaux a en revanche redonné de la compétitivité-coût aux produits allemands. Une compétitivité encore renforcée par la délocalisation de nombreuses activités de production et de sous-traitance vers les pays d'Europe centrale et orientale (Peco), où les industriels allemands ont massivement investi. Ce qui a contribué à tenir les prix de vente grâce à la baisse du coût des composants et des sous-ensembles. Tandis que leur spécialisation traditionnelle dans les biens d'équipements a permis aux industriels allemands de profiter du boom des investissements dans les pays du Sud depuis le début des années 2000.
Du coup, les exportations ont bondi, passant de 24% du PIB en 1995 à 47% en 2008. Parallèlement, les importations se sont également envolées, du fait notamment des délocalisations opérées dans les Peco, mais dans des proportions moindres compte tenu de l'atonie de la demande intérieure. Avec pour conséquence une explosion des excédents extérieurs passés de 0 en 2001 à 184 milliards d'euros en 2007, soit 7,6% du PIB. Et ceci aux dépens principalement des voisins européens: le solde des échanges commerciaux avec le reste de l'Union représentait à lui seul 5,2% du PIB allemand en 2007? (http://www.alternatives-economiques.fr/l-allemagne--victime-du-tout-export_fr_art_860_43783.html")
Réponse de le 05/08/2012 à 9:32 :
Echanger de la dette à court terme contre de la dette à long terme serait un sacré pari.

Puis le long terme n'est pas un concept propre. C'est une analogie partielle du concept depassé des probabilités frequentistes "à terme".

Le marche de l'automobile est à terme en occident.

Si le marche est encore solvable c'est juste que la plupart des acteurs financiers ont intérêt à ce que le système ne s'effondre pas.
Réponse de le 05/08/2012 à 9:39 :
Il est assez drôle de voir qu'alternatives économiques, véritable tribune économique de la gôche caviar, est toujours plus apte à voir la paille dans les yeux de nos voisins que la poutre dans les yeux de la France. En effet, cette dernière est rentrée dans une forme de gabegie sociale très (trop) coûteuse durant la même période, empêchant aux agents créant de la vraie richesse de le faire, d'où notre perte de compétitivité. En un mot, un article en provenance de ce machin et critiquant l'Allemagne, qui serait responsable de tout, n'est absolument pas crédible.
Réponse de le 05/08/2012 à 11:23 :
"En un mot, un article en provenance de ce machin et critiquant l'Allemagne, qui serait responsable de tout, n'est absolument pas crédible." = prouver alors que ce n'est pas crédible tout simplement...
Le problème c'est que cet article est crédible, je rajouterais aussi que beaucoup de salariés en Allemagne proviennent d'anciens pays de l'est et sont payés en 600 et 800 euros du mois!. Et c'est malheureusement une réalité. Savez-vous que la préférence nationale à l'embauche en Allemagne est toujours d'actualité?


Réponse de le 05/08/2012 à 13:03 :
Non, cet article n'est absolument pas crédible, car il ne remet jamais en cause la politique mortifère menée par les politiques français depuis une quinzaine, et qui font penser aux braves qu'il suffit de ne pas travailler pour gagner beaucoup d'argent, au nom du fantasme du "progrès social". Plus bête qu?alternatives économiques, tu meurs !
Réponse de le 05/08/2012 à 15:46 :
Merci de préciser les ravages que la dictature socialiste a fait peser sur une bonne partie des allemands. Espérons qu'ils ne feront pas l'erreur de céder à la paresse laxiste de ceux là qui veulent faire s'écrouler l'Europe. Voyez l'obscurantisme de la dépense publique... il nous faudrait une révolution pour ramner à la raison les dirigeants dévoyés! Les Allemands ne dépensent pas, ils sont à l'équilibre budgéaire et font de la croissance. Ils sont donc l'exemple à suivre. Tout autre attitude est nécessairement funeste! Notre société du non-travail ne peut pas aller bien loin: peut d'actifs et deux fois plus de fonctionnaires par rapport à nos voisins... les sureffetifs d'Air France sont un bon exemple de mauvaise gestion. La paresse et la dette consommée n'a jamais enrichi qui que ce soit...
Réponse de le 05/08/2012 à 19:55 :
l'article parle de la politique menée en Allemagne depuis Schröder et non celle de la France.
Que la France ait fait des erreurs depuis plusieurs décennies on est d'accord, droite et gauche confondu. Mais prouvez, en argumentant, que l'article est erroné.
a écrit le 04/08/2012 à 21:17 :
Les Allemands voudraient préparer leur sortie (par le haut) de la zone Euro qu'ils ne feraient pas des déclarations plus explicites !
Réponse de le 04/08/2012 à 23:25 :
alors qu'ils sortent de l'euro ces allemands, une fois pour toute et que chacun retrouve sa monnaie et sa souveraineté.
Réponse de le 04/08/2012 à 23:49 :
@ya : ce jour là, il faudra que vous vous mettiez à travailler, non pas en allant à votre bureau, mais en créant VRAIMENT de la richesse, car il faudra rembourser une dette en ? avec de la monnaie de singe.
a écrit le 04/08/2012 à 20:50 :
L' Euro n' a aucun avenir !!! Il faut être idiot pour ne le pas comprendre, les économies européennes sont trop bien différentes pour pouvoir avoir une monnaie commune , c' était un projet qui courait à sa perte depuis le début.
Il y a eu que Le Pen et Dupon Aignan qui ont eu le courage de vouloir en terminer avec cette absurdité. Mais comme d' habitude les français continuent de croire aux mensonges de leurs sacro saintes élites soumises à la mondialisation.
Réponse de le 04/08/2012 à 23:30 :
la majorité des français a pensé que l'Union Europe et la monnaie unique profiterait avant tout aux européens en créant un contre-poids face aux USA et à la Chine (barrière douanière). En fait, il en a rien été, bien au contraire, beaucoup d'emplois dans l'industrie ont été délocalisé vers les pays de l'Est avec la complicité de Bruxelles. L'Euro n'a strictement rien apporté de positif à la France et aux français. Il est temps d'en sortir et que chaque pays retrouve sa souveraineté.
Réponse de le 04/08/2012 à 23:50 :
alors préparez-vous à pleurer
Réponse de le 05/08/2012 à 1:23 :
Pleurer ? Et pourquoi donc ? En raison des postures apocalyptiques des européistes ? Les mêmes qui promettaient prospérité et croissance avec l'euro ? Quand la peur devient la dernière ligne de défense...
Réponse de le 05/08/2012 à 1:45 :
pleurer parce que rembourser des emprunts en monnaie forte avec de la monnaie de singe, c'est dur !!!
vous dîtes que ce sont de théories des europeïstes, non ce sont de théories "terre à terre" : quand on emprunte avec une monnaie forte, et que l'on rembourse avec une monnaie de singe, la solution, c'est soit l'hyper inflation, et là, votre baguette à 10 ?, vous n'en mangerez pas beaucoup !!!! soit l'incapacité de rembourser et la création d'une pauvreté que vous n'avez jamais connu et qui va vers la mort de millions de gens affamés !!!
Réponse de le 05/08/2012 à 1:47 :
l'absence de prospérité avec l'? viens de nous : nous nous sommes révélés incapables de produire quelque chose qui se vende !!!!! quelque soit la raison, et Dieu sait qu'il y en a des raisons
a écrit le 04/08/2012 à 19:40 :
Ils sont forts ces allemands
Non seulement ils le montrent par l?état de leur économie florissante et de leur très bas niveau de chômage, mais en plus ils culpabilisent les autres européens et notamment en France (si j?en réfère à la tonalité générale des posts ici) que c?est eux qui sont dans le juste, le courage et le sérieux, les autres n?étant que des profiteurs paresseux et lâches.
Renversant de lire de telles bêtises. Sans doute le syndrome de Stockholm appliqué à la crise de l?Euro !
Car la réussite des allemands s?est faite sur le dos des pays du sud de l?europe, particulièrement la France ! Le serrage de ceinture allemand entre 2000 et 2010 a correspondu au laxisme des pays du sud, c?est vrai, sauf que l?europe n?a pas été faite pour faire de la déflation compétitive, et si faute il y a, elle est autant du côté de ceux qui serrent trop que de ceux qui ne serrent pas assez. Une monnaie commune ça suppose des mécanismes de régulation économique communs, qui ont manqué.
Mais ce qui est désagréable, maintenant, c?est que cette crise provoquée par ce manque de régulation de la décennie précédente sert d?alibi aux allemands (qui ont beaucoup gagné dans le jeu de l?euro) pour refuser toute concession remettant en cause un tant soi peu ces gains finalement mal acquis . Et même à lire certains articles de la presse allemande à développer une espèce de complexe de supériorité et d?attitude rigide et méprisante dans les négociations, et d?utiliser sans vergogne les artifices du type cours de Karlrsruhe pour finalement remettre en cause ce qui avait été conclu dans les négociations.
Réponse de le 04/08/2012 à 20:02 :
Renversant de vous lire. Si les Allemands sont les meilleurs d'Europe c'est pas par l'opération du saint-Esprit mais par leur travail, leur sérieux et leurs compétences. Les français jaloux sont loin derrière. En France on déteste les riches et ceux qui réussissent. Les jeunes diplômés ont bien raison d'aller s'installer ailleurs.
Réponse de le 04/08/2012 à 20:05 :
non ,les allemands ont toujours été des partenaires corrects avec lesquel une collaboration de qualité était possible.cela a aussi été ainsi en europedu temps de mon père et de mon grand pére .
Réponse de le 04/08/2012 à 20:14 :
il faudra expliquer d'où vous sortez vos inepsies ?
j'ai mis en concurrence une machine à bois française et une allemande : l'allemande est moins chère (30 %) beaucoup plus solide et beaucoup plus précise !!!
nous avons perdu la compétition avec l'Allemagne depuis longtemps ! leur stratégie industrielle est faite par des industriels et pas par des pieds nickelés de fonctionnaire ou de politique qui passés par des écoles toutes aussi nulles les unes que les autres ne peuvent en sortir que parfaitement nuls !! et je pense à des hauts fonctionnaires d'une parfaite prétention mais également d'une parfaite incompétence
Réponse de le 04/08/2012 à 20:33 :
Bien sur le Baron Ernest Antoine a tout à fait raison: une Kollaboration de Kalité est non seulement possible mais nécessaire avec la Grande Allemagne; elle seule nous apportera le bonheur et la prospérité pour 1000 ans!
Réponse de le 04/08/2012 à 23:18 :
Ernest Antoine dit ",les allemands ont toujours été des partenaires corrects avec lesquel une collaboration de qualité était possible.cela a aussi été ainsi en europe du temps de mon père et de mon grand pére ." Donc c'est de l'humour! Donc l'humour d'epictete tombe à plat! Par contre l'humour des machines à bois: chapeau: j'admire ceux qui tirent des conclusions générales et définitives à partir d'un cas isolé et mineur!
PS je ne suis pas fontionnaire, mais chef d'entreprise!
Réponse de le 04/08/2012 à 23:31 :
Faire de l humour avec le nazisme, alors que chez nous, y a des groupes comme ça sur Lyon, bof...
Réponse de le 04/08/2012 à 23:38 :
ils ne sont pas plus bosseurs que nous mais pourquoi sont-ils 30% que nous, tout simplement en embauchant de la main d'oeuvre provenant des pays de l'Est et qui coûte 800 euros par mois. Il n'existe pas de salaire minimum en Allemagne.
Réponse de le 04/08/2012 à 23:45 :
C'est bien, vous avez relu les manuels de propagande de l'UMPS !
Réponse de le 04/08/2012 à 23:56 :
@réponse : si vous êtes chef d'entreprise vous devez savoir que les allemands sont premiers dans la grande majorité des secteurs industriels :
premier dans les voitures, dans les machines outils, les tracteurs agricoles, dans les machines à récolter, dans les machines outils en général, dois-je continuer ??
ma conclusion est claire : d'une part nous n'aimons pas l'argent alors que les allemands aiment l'argent et la réussite, nous n'aimons pas nos entreprises dont les chefs sont considérés comme des profiteurs, nous voulons des impôts sur la succession qui sont quasiment inexistants en Allemagne.
et nous sommes quasiment incapables de faire de la vraie qualité !!!
Réponse de le 05/08/2012 à 12:24 :
il parait que l'allemagne aide l'immigration: qu'est-ce que vous attendez, vous qui me paraissez souffrir d'un syndrôme de germanophilie compulsif! Dans la liste, vous avez oublié que l'allemagne est la première dans les NTIC, dans la recherche fondamentale (notamment les mathématiques, allez voir le nombre de médailles Fields) , dans l'aeronautique (airbus selon vous est certainement allemand) , dans l'industrie pharmaceutique, dans le nucléaire, etc, etc. Je précise que je plaisante au cas où vous n'auriez pas compris et que la réalité est bien différente! L'allemagne est peut être forte dans certains secteurs traditionnels (mécanique et ce qu'il y a autour) mais elle est totalement absente dans maints domaines , pour lesquels il n'y a d'avenir que dans une europe unie d'ailleurs. Enfin l'allemagne ne fait plus d'enfants, dépense très peu dans la défense, n'a pas de territoires extérieurs qui coûtent cher mais sont aussi un potentiel économique énorme. La qualité, bof, un de mes amis qui a un mercédès Vito pourrait en sortir des tartines...je m'arrête car je tombe dans le travers de l'anecdote érigée en vérité absolue.
Réponse de le 06/08/2012 à 0:42 :
@Bertrand: "les francais incapables de faire de la vraie qualité"?? Encore une fois, vous montrez le complexe d'infériorité des francais.
Les allemands sont fiers de leurs produits. Ils achètent VW plus que Peugeot ou Renault parce que c'est allemand. Mais quelle est la qualité réelle des VW? Surtout quand on voit leurs prix. Les francais n'ont aucune raison d'acheter des VW, et pourtant...
a écrit le 04/08/2012 à 18:52 :
Les Allemands ont deja vu le demontage organisé de ses infrastructures industrielles apres la 2 eme Guerre ( reparations), a du encaisser pendant les 20 dernieres années les frais de la reunification. Leur demander maintenant d ´encaisser sans broncher les dettes des voisins du Sud qui se sont mis dans cette situation en pleine connaissance de cause c´est malsain, tres malsain !
2013 : elections du gouvernement federal en Allemagne. Il n´y aura que tres peu de champs de manoeuvre aux candidtats. pour continuer à jouer au bon Samaritain avec les voisins !


Réponse de le 04/08/2012 à 19:04 :
@ventreachoux "jouer au bon Samaritain avec les voisins" Une question: à votre avis pourquoi les Allemands jouent-ils au bon Samaritain?
Réponse de le 04/08/2012 à 19:31 :
@EcoLib:
1 ere raison: Solidartité et maintien de la paix en Europe. C´est primodiral = 70 %
2 eme raison: sauvegarder ces marchés, bien qu entre temps les marchés hors Europe sont devenus plus importants = 20 %
3 eme raison : eviter si possible la perte des crédits octroyés sous formes de garanties =. 10 %.
Satisfait ?
Réponse de le 04/08/2012 à 19:39 :
Tout à fait d'accord, pourquoi les allemands paieraient pour le laxisme et les fainéants. C'est un subtil complot afin de démolir l'économie de la zone euro et de promouvoir l'union soviétique, c'est à dire le pouvoir du bureaucrate payé à faire des ponts qui ne mènent nulle part, des pauvres, des chômeurs le tout appuyé par des janissaires, terroristes payés à faire la grève.
a écrit le 04/08/2012 à 18:26 :
Tout ce que construit la population est systématique détruit par le politique... On le voit en Europe: pourquoi tuer un homme quand on peut en tuer des millions. Nous vivons sous Staline!
a écrit le 04/08/2012 à 18:24 :
les PIGS font des efforts, mais c'est tellement soudain et violent que le cout économique et social est démesuré. Dans ces conditions, ils auront du mal à s'en sortir et c'est malheureux. Je ne sais pas ce qu'on apprend dans les écoles d'administration, mais il serait peut être temps de remettre les programmes à jour : en tout cas pour l'ENA, c'est même certain car nous avons accueilli des stagiaires dans notre entreprise pour qu'ils se fassent une idée de ce qu'est l'entreprise (sic!). dans le contexte actuel, l'évolution vers un système fédéral est inévitable, même si les H&F politiques jurent que non. Dernière chose : je ne comprends pas pourquoi un état ne peut pas tésoriser parce que sans réserves pour compenser les phases difficiles ou meme pour investir, c'est le serpent qui se mord la queue : moins de ressources mais plus de couts sociaux à compenser, donc plus d'impots, mais comme moins de ressources...
Réponse de le 04/08/2012 à 21:41 :
Une Europe Fédérale finira indubitablement comme l'ex-Yougoslavie : dans un bain de sang, les peuples préférant toujours leur autonomie à un pouvoir central abscons et autiste.
Réponse de le 05/08/2012 à 1:50 :
que sont devenus les peuples dans l'ex Yougoslavie ???
a écrit le 04/08/2012 à 18:20 :
La "grooosse" magistrale erreur a été d'imposer une monnaie totem l'Euro à des pays dont les structures économiques étaient si différentes, certains pays dans la zone ont besoin d'une monnaie avec une parités différente pour préserver leurs compétitivité. On ne met pas tout le monde dans le même "lit" nos politiques sont tombés dans le syndrome de Procuste!!!. La monnaie commune et non unique aurait dû être une phase préparatoire. Le mur est en vue!!!
a écrit le 04/08/2012 à 18:17 :
Après l'Espagne , l'Italie et c'en est fini pour la zone euro, L'Italie est la 3ème puissance économique de l?Europe.
Comme dise les Américains "Too Big to Fail"! Ou sinon.. ?
a écrit le 04/08/2012 à 17:37 :
La fable de la cigale et de la fourmi prend ici tout son sens, vous avez l'Allemagne (la fourmi), laborieuse inventive, économe qui tel un cheval de trait doit tirer une charrette contenant une myriade de cigales (l'Italie, l'Espagne, le Portugal, la Grèce, ect..., dont on voit bien que les responsables politiques ne font aucun effort ou un semblant d'esquisse pour sortir leurs pays respectifs de la crise qu'ils ont eux mêmes crée!.
Réponse de le 04/08/2012 à 17:58 :
La France fait partie de la cigale avec sa population de fainéants
Réponse de le 04/08/2012 à 18:16 :
faire travailler un francais mission impossible pour n'importe quelle entreprise
Réponse de le 04/08/2012 à 18:38 :
@couleuvre
C'est pas que les Français soient fainéants, mais comme ils voient ce qui se passe, comment voulez vous qu'ils soient motivés pour bosser?.
Réponse de le 04/08/2012 à 18:41 :
Et vous vous y connaissez Mme la couleuvre !
Réponse de le 04/08/2012 à 18:44 :
Ah les bonnes feignantes de rentiers soixanthuitards partis en retraite à 55 balais et qu'on va trainer 30 ans au bas mot avec leurs pensions Ponzi !
Réponse de le 04/08/2012 à 18:50 :
Vous oubliez les individus fonctionnarisés!
Réponse de le 04/08/2012 à 18:58 :
@couleuvre: et vous travaillez-vous beaucoup ou êtes-vous rentier(e)??
Réponse de le 04/08/2012 à 20:08 :
On va également se trainer le "HENRI", grosse couleuvre, qui passe à longueur de journée son temps sur le site de la Tribune pour prouver qu'il existe. Soit il ne fout rien au boulot, soit c'est un 68ards.
Réponse de le 05/08/2012 à 1:49 :
Et ouais, hé hé hé ...
a écrit le 04/08/2012 à 17:27 :
Ils ont bien raison ces bosseurs Allemands de ne pas vouloir trainer comme un boulet le restant des parasites et des paresseux de l'Europe!.
Les Allemands travaillent jusqu'à l'âge de 67 ans, voir plus pour quelques catégories!, comparé à certaines catégories socioprofessionnelles de certains de leur voisins qui prennent leur retraite à 50 ou 52 ans sans que ces derniers ne se soient beaucoup éreintés pendant le temps de leur carrière!.
Réponse de le 04/08/2012 à 19:03 :
L´age moyen de depart a la retraite pour les Allemands ( hommes) c´est 63 ans.
Les fonctionnaires eux ne peuvent que rarement partir avec la fin des 65.
L´age va etre progressivement remonté à 67 mais ce sera un processus sur une dizaine d´années , ceci du a la courbe demographique.
Mais c´est vrai que les grandes entreprises ont toujours des programmes de pre retraite qui permettent d´arrêter avant, Ou bien d´arreter avant l áge de la retraite en sacrifiant 0,3 % par mois ( 1 an plus tot = 3 % de retaire en moins, 5 ans plus tot = 18 % en moins).
Comme beaucoup sont reellement des fourmies et ont bien planifié les ressources pour le 3 eme age, nombruex sont ceux qui peuvent se permettre d´arreter quelques années plus tôt.
C´est ca la verité en Allemagne.
Réponse de le 05/08/2012 à 20:35 :
Il y a aussi des allemands qui sont "retenus" autant que possible par leur entreprise alors même qu'ils pourraient prendre leur retraite. La raison? Plein emploi dans certaines régions/industries et difficultés pour les entreprises de remplacer ceux qui partent. Ca faisait la une du Bild Zeitung la semaine dernière.
a écrit le 04/08/2012 à 17:21 :
"une hausse de 12,7 points de PIB (Produit intérieur brut) de la pression fiscale en Allemagne, nécessaire pour financer l?aide aux créations d?emplois dans les pays en difficulté, conduirait à une destruction de la compétitivité internationale de l?Allemagne, et n?est donc pas envisageable."
Rien que ça... N'importe quoi ! 12,7 point de PIB !!! Et pourquoi pas trois chiffres après la virgule ! Ces pseudo-économistes sont des pitres !!! Ce type de chiffres sortis du chapeau sont d'un ridicule...
Sur le fond, les choses sont claires, sans baisse de leurs taux obligataires l'Espagne et l'Italie sont morts. Pour les faire baisser, il n'y a pas 36 solutions : soit la BCE rachète directement des titres sur le marché soit on passe par le MES doté d'une licence bancaire !! Ce n'est pas orthodoxe mais ce sont les deux mauvaises solutions dont dispose la zone euro. Il n'y en a pas d'autres. Un pays comme l'Espagne ne pourra pas pousser plus loin l'austérité, avec une récession de 2%, 25% de chômeurs et des taux à plus de 7%, c'est mort. Ca ne plait pas aux allemands, dont acte. Mais il n'y a pas d'autre choix possible. C'est trop tard !!!! Il aurait fallu agir il y a 2 ans, mettre en place des plans sur 10 ans, les différencier selon les pays. Les problèmes de la Grèce ne sont pas ceux de l'Irlande, ni de l'Espagne... Etc. Maintenant c'est trop tard. Parler de cigales ou de fourmis est dépassé. C'EST TROP TARD. Il ne reste que la bombe atomique... Et encore pas sûr que ça fonctionne !
Réponse de le 04/08/2012 à 17:29 :
La solution pour faire baisser les taux : cesser définitivement de s'endetter, équilibrer ses comptes, dégager un excédent, rembourser la dette, baisser les dépenses publiques, rendre au privé tout ce qui doit l'être. Bref, sortir du socialisme.
Réponse de le 04/08/2012 à 17:52 :
Sauf que dans le monde réel avec des taux à 7%, l'Espagne devrait dégager un excédent primaire de l?ordre de 6% de son PIB pour seulement stabiliser sa dette. C'est impossible. Peut-être dans 2 ou 3 ans. Problème : avec des taux aussi élevés et la récession, le ratio dette/PIB sera encore plus haut d'ici là. L'austérité aura (peut-être) des effets à moyens terme mais si vous êtes mort à court terme... Le moyen terme...
Réponse de le 04/08/2012 à 18:12 :
@Pistol : ce n'est pas une question de plaire ou non, c'est une question de respecter les traités signés (pour la BCE, c'est une interdiction de financer les Etats, pour le MES, il n'est pas prévu qu'il se dote d'une licence bancaire - dans ce même esprit d'interdiction de financement des Etats) et pour ce qui est des aides versées aux pays en difficultés, elles doivent être conditionnées de mesures pour rééquilibrer les budgets nationaux et de garanties solides pour les pays qui abondent les fonds (FESF, MES) ce qui est tout à fait normal. D'ailleurs, il n'y a pas que l'Allemagne qui appelle à respecter les traités, ce sont presque tous les pays du nord.
Réponse de le 04/08/2012 à 18:29 :
La théorie c'est très bien mais la réalité va s'imposer. On pourrait disserter des heures sur la théorie ou le droit mais encore une fois, un pays en récession avec un déficit prévu de 6%, 25% de chômage, des taux à 7% NE PEUT PAS sortir un excédent primaire de 6%. Même avec les plans d?autorité successifs, c'est impossible. Si les taux espagnols ne baissent pas, l'Espagne va être obligé de demander l'aide du MES pour 300-400 milliards. Ce qui signifie que le MES sera "à poil" ! Et rien ne sera réglé. En passant, le MES ou le FESF auront prêté aux Etats !!!!!! Suivra l'Italie à brève échéance et ce sera fini. La zone euro sera morte. Point. Doter le MES d'une licence bancaire n'est pas une bonne solution mais c'est la moins mauvaise et la moins couteuse. C'est trop tard.
Réponse de le 04/08/2012 à 18:31 :
Bombe atomique, vous déraisonnez, ce qu'il faut c'est en effet des excédents et démolir le socialisme come idéologie mortifère et diabolique pour la société.
Réponse de le 04/08/2012 à 23:34 :
ce qu'il faut c'est faire comme les pays du nord : produire des produits que tout le monde veut, mais cela prend des 10 aines d'années !!
et non ne favoriser que le tourisme, les vacances, les week-end et autres RTT inexistantes en Allemagne !!
et il faut supprimer les fonctionnaires, politiques et autres inutiles qui pèsent sur la création de richesse !!!
Réponse de le 05/08/2012 à 0:27 :
"produire des produits que tout le monde veut" = quoi par exemple?
Réponse de le 05/08/2012 à 2:46 :
Ce que dit Pistol est très bien vu, seul un miracle pourrait changer la donne. Il ne restera que vos jambes pour fuir.
L'Europe correspond, à la perfection, à la définition du colosse au pieds d'argiles. Condamnée à s'écrouler, et avec elle le reste du monde.
Le système américain montre à présent ses limites.
a écrit le 04/08/2012 à 17:10 :
Vous l'avez voulu cette UE...l'Euro va changer l'Europe dixit Chirac en 98
Mission accomplie..
a écrit le 04/08/2012 à 16:52 :
On revient toujours à la Cigale et à la Fourmis. Ce qui sauve momentanément l'UE c'est la crainte de tous ceux qui en profitent (fonctionnaires et élus) de voir tout l'édifice s'effondrer et par ricochet de perdre tous leurs privilèges exorbitants. Pourquoi tout ce beau monde est-il exonéré de l'impôt sur le revenu entre autres ?
Réponse de le 04/08/2012 à 17:05 :
L'impôt sur le revenu des fonctionnaires et des élus est un non-sens : autant baisser directement leurs salaires du montant des impôts, au moins ça baissera les coûts de prélèvement et la justification d'un supplément de bureaucratie.
Réponse de le 04/08/2012 à 17:17 :
Oui vous avez bien raison de dénoncer ces privilèges, souvenez vous il y a quelque temps notre bonne fée Lagarde vitupérait contre les Grecs qui ne payaient pas suffisamment d'impôts, alors qu'en étant directrice du FMI, cette dame se voit exonérer d'impôts sur tout ses revenus qui s'élèvent à des centaines de milliers d'Euros!.
a écrit le 04/08/2012 à 16:08 :
La fausse solidarité contrainte ne mène qu'à l'aléa moral et au comportement de passager clandestin. Que chaque Etat fasse d'abord les efforts d'assainissement et d'équilibre de ses comptes, on pourra ensuite accepter à mettre en commun les excédents budgétaires lorsqu'ils seront enfin dégagés et que les dettes publiques dues au socialisme pseudo-démocratique seront définitivement interdites dans la zone euro.
Réponse de le 04/08/2012 à 16:28 :
sauf que l'Allemagne fait ses excédents budgétaires sur le dos de ses partenaires européens. Donc en supposant que chaque pays fasse des cures d'austérité (hausses d'impôts, baisse de salaires, hausse de la TVA...), vous allez la relancer comment la croissance?
Réponse de le 04/08/2012 à 17:03 :
Les courageux ne travaillent jamais sur le dos des fainéants. Dans le monde réel, c'est l'inverse : les parasites cherchent à profiter des producteurs de richesses. La croissance naît des échanges volontaires privés. C'est en baissant massivement les dépenses publiques et les impôts qu'on retrouvera la croissance. TINA !
Réponse de le 04/08/2012 à 17:40 :
@yawohl Herr Major
Les Allemands sont un peuple de bosseurs!, ce ne sont pas des personnes qui vivent sur le dos de leurs voisins comme on peut l'observer.
Réponse de le 04/08/2012 à 23:39 :
tout ce que je vois c'est que les allemands vendent des machines outils 30 % moins cher que les français et très nettement plus fiables que les françaises.
tout le reste n'est que théorie.
les allemands vendent plus de machines outils aux chinois qu'en Europe de sud qui ne sauraient même pas quoi en faire !!
Réponse de le 04/08/2012 à 23:53 :
sauf que ces chinois rachètent des entreprises en Allemagne et leur technologie qui va avec et dans peu de temps ils feront les mêmes machines qu'eux, 50% moins cher.
Réponse de le 05/08/2012 à 8:59 :
@moué
Ne fabrique pas Allemand ou Français qui veut!, méfiez vous des contrefaçons!.
Comme me disait mon grand père, de toute façon tu en auras toujours pour ton argent!.
Réponse de le 05/08/2012 à 18:11 :
Toujours ce sentiment de supériorité des Français envers les Chinois ? Mais ça ne durera pas. Ils sauront rattraper leur retard. Soyez patients.
Réponse de le 05/08/2012 à 20:09 :
Ben oui tu vois mon gars c'est comme ça!, même si tu déteste les occidentaux, sache que 95% des grandes découvertes et des brevets d'inventions sont issus des occidentaux!.
Allez, pour le plaisir, liste nous les grandes découvertes et les brevets d'inventions des gens qui ne sont pas des "occidentaux"?.
T'es à la hauteur ou tu y est pas!, c'est pas plus compliqué!.
Tiens pas plus tard que la semaine dernière, les Chinois ont copiés des modèles Volkswagen, fallait s'y attendre, ça n'a pas fait la une des journaux, tout juste 12 lignes dans les journaux les plus sérieux!.
Réponse de le 05/08/2012 à 22:06 :
Qui a parlé de détester les occidentaux ? Encore un qui prône la supériorité de civilisation? Peur des Chinois ? Attend les Russes qui arrivent et les Indiens aussi. Et les Brésiliens.
a écrit le 04/08/2012 à 16:00 :
Le soit disant développement économique de la zone euro montre enfin son vrai visage : un mécano branlant et instable du fait du manque de courage des représentant politiques : pas de convergence fiscale, pas de mesure coercitives, un arrêt complet des mesures de soutien aux différents secteurs économiques quelque soit le pays, pas de fonctionnement simplifié des administrations nationales, pas de mesure d'efficacité des plans d'investissement, des services public ignorant le fonctionnement des entreprises, copinage, etc.bref, c'est de la me....
Réponse de le 04/08/2012 à 16:19 :
pour faire ça il faudrait que tous les Etats perdent leur souveraineté au profit de Bruxelles (cad les allemands)
Réponse de le 04/08/2012 à 17:51 :
@arf tout à fait d'accord avec vous.
Réponse de le 04/08/2012 à 23:42 :
il ne faut plus le moindre soutien à aucun secteur économique, plus aucun impôt, plus d'administration, plus aucun investissement.
plus d'impôts implique plus aucun emprunt !
a écrit le 04/08/2012 à 15:48 :
ça fait des mois et des mois que l'on nous serine le même discours !!! le résultat c'est qu'on sacrifie les peuples pour enrichir les rentiers , cette crise est une bénédiction pour eux
Réponse de le 04/08/2012 à 16:00 :
Les rentiers sont les peuples.
Réponse de le 04/08/2012 à 23:43 :
qu'appelez-vous un rentier ???????????? donnez nous votre définition du rentier !!!!!!
Réponse de le 05/08/2012 à 10:21 :
Un rentier c'est une personne qui tire des revenus de son patrimoine immobilier ou mobilier et non de son travail.
Les rentiers c'est une partie du peuple , juste une minorité , la plus riche .
a écrit le 04/08/2012 à 15:39 :
Le jour où ils vont couper le robinet, il y aura matière à pleurer. Personne n'est en capacité de payer les dettes des pays européens et le nouveau prêt à la Grèce est fait avec de la monnaie de singe : on ouvre une ligne de crédit que les peuples rembourseront.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :