Les tergiversations de Mario Monti lassent la presse italienne

 |   |  291  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le président du Conseil démissionaire a annoncé qu'il se mettait en disponibilité pour diriger un nouveau gouvernement après les élections anticipées prévues en février. Il ne se porte pas pour autant candidat officiel à la campagne électorale.

La presse italienne a du mal à dissimuler son désarroi après le nouveau revirement de Mario Monti quant aux suites de sa carrière politique. Le président du Conseil italien, qui a donné sa démission en début de semaine, avait indiqué dans un premier temps qu'il ne se présenterait pas aux élections législatives prévues en février. Dimanche, il a fini par annoncer que sans être candidat, il se mettait en disponibilité pour diriger un nouveau gouvernement.

"Mario Monti sera un candidat non-candidat", ironise Massimo Franco, dans un éditorial du Corriere della Sera. Le premier quotidien italien fait d'ailleurs sa Une sur ce titre : "Manque de clarté". "Les élections se tiennent dans deux mois jour pour jour, souligne Massimo Franco, il serait bien que l'électorat puisse choisir en ayant un cadre bien clair des camps et de leurs leaders".

La Repubblica, un quotidien marqué à gauche, s'interroge également sur la stratégie d' "Il profesore". "La ligne est vague, le vocabulaire fumeux (...) Monti est candidat à sa manière, comme un candidat réticent", écrit l'éditorial.

Sur la droite de l'échiquier de la presse italienne, La Stampa pointe une bourde du président du Conseil italien : "Le discours de Monti risque de n'avoir aucune conséquence pratique (...) parce que le parcours annoncé n'est pas clair."

D'autres journaux se sont amusés à caricaturer Mario Monti en Moïse portant les tables de la loi. Le président du Conseil a en effet précisé que la formation d'un nouveau gouvernement impliquait, pour ceux qui le soutiendraient, l'acceptation d'un programme baptisé « Agenda Monti ». Il a également précisé qu'il formerait un gouvernement ouvert à la société civile, sous-entendu un gouvernement technocratique, à l'instar du gouvernement sortant...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/12/2012 à 12:28 :
Je ne comprend pas la presse italienne, ils devraient savoir que Mario monti ayant été nommé sénateur à vie, il ne peut donc pas se présenter au législative. Pas besoin d être un génie pour en déduire qu il ne deviendra pas député. Il peut par contre se proposer pour diriger le futur gouvernement qui dépend de la majorité au parlement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :