Zone euro : Draghi s'attend à une "amélioration graduelle" d'ici fin 2013

 |   |  268  mots
Le président de la Banque centrale européenne Mario Draghi. Copyright Reuters
Le président de la Banque centrale européenne Mario Draghi. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, s'attend à une "amélioration graduelle" de la situation financière de l'eurozone avant la fin de l'année, a-t-il déclaré lundi à Shanghai.

"La situation de l'eurozone reste difficile mais quelques signaux d'une possible stabilisation sont apparus, et notre scénario de base continue d'être celui d'une amélioration très graduelle commençant dans la dernière partie de l'année", a déclaré le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi lors d'une conférence financière dans la capitale économique chinoise.

La BCE "continuera de soutenir l'effort économique en assurant la stabilité des prix dans la zone euro", a-t-il encore indiqué, selon une version écrite de son discours. "En calibrant notre réponse politique aux défis à venir, la BCE restera profondément impliquée dans notre schéma de politique monétaire", a poursuivi Mario Draghi.

Le taux directeur toujours à 0,5%

En quête de solutions pour soutenir la croissance en zone euro, l'institution monétaire de Francfort a réduit début mai son principal taux directeur, baromètre du crédit en zone euro, d'un quart de point, à 0,50% début mai, un niveau jamais atteint jusque-là.

Egalement début mai, la BCE avait abaissé à 1% son taux de prêt marginal au jour le jour, auquel les banques peuvent emprunter pour 24 heures auprès d'elle, mais a maintenu à 0% le taux des dépôts au jour le jour, auquel les banques peuvent placer de l'argent pour 24 heures auprès d'elle. Mario Draghi n'avait alors pas exclu la possibilité de porter ce dernier taux à un niveau négatif, afin d'encourager les banques à prêter aux entreprises et aux ménages plutôt que d'entasser leurs liquidités excédentaires auprès de la BCE.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/06/2013 à 18:55 :
Bah, tout le monde sait que Monsieur Draghi ne prêche pas dans le désert de la réalité économique mais bien dans les oasis qu'il maintient en vie artificiellement grâce aux vannes monétaires qu'il laisse ouvertes continuellement, en espérant (par quel miracle ? On ne sait, il n'est pas le Messie !) que les oasis voudront bien irriguer des parcelles de désert pour que des pousses vertes puissent en jaillir de nouveau.
a écrit le 03/06/2013 à 14:46 :
Améliorations, oui, mais pas pour nous ! pour les banksters, les arrivistes, les politicards, les cols blancs etc, mais pour nous, ça va aller de plus/plus mal, donc, gabegies, mensonges et paroles en l'air, ils sont les rois des champions ; seulement, ça ne prend plus, on nous prend pour des fêlés du bocal, pour des "qui avalent tout", ce n'est plus du tout le cas, fort heureusement..
a écrit le 03/06/2013 à 13:17 :
Amelioration des bonus des banquiers, des salaires au sein de Bruxelles et autres combines...les autres attendre la saint glinglin....
a écrit le 03/06/2013 à 12:54 :
"Une amélioration très graduelle"... Très drôle! J'aimerais prendre connaissance des indicateurs en la possession de Mr Draghi pour qu'il puisse sortir ainsi de telles énormités. En réalité la BCE est pour sa part paralysée par ses désaccords internes, et ne parvient pas à prendre deux mesures dont les effets sont envisagés avec scepticisme. Si elle devait finalement adopter un taux négatif pour les dépôts des banques, ainsi qu'un mécanisme permettant de développer le crédit aux entreprises des pays du Sud de l'Europe, cela a peu de chances d'aboutir au développement du crédit par des banques: celles-ci ont d'autres priorités. Même limité à maintenir les entreprises à flot, l'objectif ne serait pas atteint, car le crédit ne supplée pas à une diminution du chiffre d'affaires, il repousse le problème et crée un risque de défaut pour les banques ou ceux qui en fin de chaîne prennent le risque, si le crédit est titrisé. Le taux d?inflation descendu à 1,4%, le syndrome japonais prend de la consistance dans la zone euro. Mais la BCE, dont la mission d'origine est de lutter contre l'inflation n'est pas outillée pour le faire remonter à son taux d'objectif de 2%. Une franche entrée dans la déflation pourrait alors résulter de la poursuite de la récession dont la sortie est toujours vainement annoncée pour le lendemain. Le Japon y est plongé depuis vingt ans, Mr Draghi devrait savoir combien il est problématique de s'en échapper.



a écrit le 03/06/2013 à 10:37 :
Un message à super Mario et Flamby. Arrêtez de nous prendre pour des cons.... Vous êtes les deux seuls à croire encore à vos mensonges...
a écrit le 03/06/2013 à 10:28 :
Sacré menteur, ils ont voté à Bruxelles la saisie des comptes bancaires des particuliers comme à CHYPRE, une véritable dictature s'installe en Europe comme aux USA, il faut vider ses comptes, les grands naifs vont devoir se réveiller... Il promet quoi ! 500 chômeurs par jour en France au lieu des 1000, idem pour les autres pays de la zone Euro... Merci Mr Goldman SACHS on va vous croire, tous complices du système bancaire et financier.
Réponse de le 03/06/2013 à 10:40 :
Mélanie à raison. Videz vos comptes..!
Réponse de le 03/06/2013 à 14:49 :
ouais, on vide nos comptes", et on met les économies sous le matelas, pour se faire " saucissonner" , battre comme plâtre, et voler pour finir, belle perspective !
a écrit le 03/06/2013 à 10:13 :
Toujours plus, et l'essentiel pour eux est bien que cela continue. Mais les banquiers sont comme les Dalton et ils se livreront eux mêmes pour toucher la prime.
a écrit le 03/06/2013 à 10:03 :
Nous avons eu droit à la blague du vendredi de Me Lagarde au suhjet de la Grèce qui va mieux et maintenant, la boutade du lundi matin de la part de Mr Draghi.
a écrit le 03/06/2013 à 9:51 :
Tout va bien. les fonctionnaires européens se remplissent les poches. Que demander de plus ? Cette UE est une véritable mascarade au sein de laquelle les citoyens n'ont rien à dire.
Réponse de le 03/06/2013 à 10:06 :
+1. vivement la fin de cette UERSS.
a écrit le 03/06/2013 à 9:07 :
M Draghi, vous avez simplement "oublié" que c'est la richesse qui créé de la monnaie et non pas la monnaie qui peut créer de la richesse. Vous êtes trop intelligent et trop rusé pour ne pas le savoir. Simplement, vous ne pouvez pas avouer au "vulgum pecus" que nous sommes que votre politique monétaire n'est pas dictée par l'intérêt des peuples de la zone euro.
Réponse de le 03/06/2013 à 9:27 :
Entre super Mario et Flamby, l'on peut avoir confiance dans leurs prévisions... C'est à celui qui se plantera le plus....."dans l'intérêt des peuples de la zone euro...!" Vous reconnaissez un surplus d'intelligence à super Mario, j'opterais plus volontiers pour le mensonge, le diabolisme, l'égoïsme, le sectarisme, bref la bêtise crasse. Croyez-vous qu'il soit intelligent, de mentir aux peuples..??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :