Le Portugal commence à réduire son impôt sur les sociétés

 |   |  499  mots
Le gouvernement portugais va réduire l'impôt sur les sociétés de 25 à 23% l'année prochaine et à un taux de l'ordre de 17 à 19% en 2016, afin de favoriser la reprise de l'économie, a annoncé lundi le secrétaire d'Etat aux Affaires fiscales.
Le gouvernement portugais va réduire l'impôt sur les sociétés de 25 à 23% l'année prochaine et à un taux de l'ordre de 17 à 19% en 2016, afin de favoriser la reprise de l'économie, a annoncé lundi le secrétaire d'Etat aux Affaires fiscales. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le gouvernement portugais a annoncé qu'il allait réduire l'impôt sur les sociétés de 25% à 23% en 2014 et cette baisse devrait se poursuivre les années qui suivent.

En Europe, les réformes concernant les impôts sur les sociétés (IS) se suivent et ne se ressemblent pas. Alors que Bercy a dernièrement annoncé que l'IS allait augmenter à près de 38% pour certaines entreprises durant les deux prochaines années, le gouvernement portugais a lui annoncé qu'il allait réduire le taux d'impôt sur les sociétés de 25% à 23% l'année prochaine. Et Lisbonne n'en resterait pas là puisqu'il vise un taux compris entre 17% et 19% dès 2016. Paulo Nuncio, secrétaire d'Etat au Budget, a défendu cette décision en avançant que :

C'est une réforme fondamentale destinée à augmenter la compétitivité de notre économie et à relancer la croissance. (...) Le gouvernement estime que l'impact sur les recettes fiscales ne dépassera pas 70 millions d'euros en 2014.

Cette annonce intervient alors que début octobre, la Troïka des bailleurs internationaux n'avait pas adouci la feuille de route du Portugal, contraignant Lisbonne à maintenir sa politique d'austérité sévère.

"Le même niveau de compétitivité fiscale que la Pologne ou la République tchèque"

Mais, pour Paulo Nuncio, ce manque à gagner en terme de recettes fiscales "sera en bonne partie compensé par les effets positifs sur l'économie notamment sur le plan des investissements et de la création d'emplois". Selon lui :

Cette nouvelle mesure va bénéficier à toutes les entreprises et en particulier aux petites et moyennes entreprises. (...) Avec cette diminution graduelle de l'impôt, le Portugal aura le même niveau de compétitivité fiscale que des pays comme la Pologne ou la République tchèque.

Un taux encore largement supérieur à celui de l'Irlande ou de Chypre

Le taux actuel de l'impôt sur les sociétés, qui s'établit à 25%, peut monter dans les faits jusqu'à 31,5% si l'on ajoute les taxes locales. Ces taux portugais restent largement supérieurs à ceux de pays également sous assistance financière comme l'Irlande, qui a refusé de relever le sien (actuellement à 12,5%), et comme Chypre qui l'a fait passer de 10% à 12,5% en avril dernier.

Récession moindre en 2013, croissance plus forte que prévue en 2014

Cette réforme, qui doit entrer en vigueur le 1er janvier, a été approuvée lors du conseil des ministres extraordinaire réuni dimanche, au terme duquel le gouvernement a bouclé le projet de budget pour 2014. Le projet de loi des Finances, marqué par une forte réduction des dépenses, doit être remis au Parlement d'ici mardi.

Cette réforme fiscale intervient alors que le gouvernement portugais avait relevé début octobre ses prévisions de croissance, tablant désormais sur une récession moindre en 2013 (-1,8% contre -2,3% prévus auparavant) et une croissance de 0,8% en 2014 contre 0,6%. Le taux de chômage devrait toutefois rester élevé, à 17,7% en 2014.

A lire aussi :

>> Réforme de l'impôt sur les sociétés : cette fois, ce sera la bonne?

>> Impôt sur les sociétés : la surtaxe pourrait passer de 5% à 11%

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/10/2013 à 10:20 :
Elle est belle l'Europe du chacun pour soi et dieu pour tous,ça devient l'Europe des paradis fiscaux excellent.
a écrit le 15/10/2013 à 15:36 :
Les taxes et impôts sont certes trop élevés en France, mais ce qu'il faut, c'est harmoniser ces prélèvements au niveau européen parce qu'on voit bien ce qui se passe: les entreprises baissent les impôts des grandes sociétés pour les attirer et ces pays demandent en plus une aide de l'UE pour le manque à gagner (par exemple l'Irlande). Il est scandaleux qu'on leur accorde des aides, alors qu'ils torpillent les autres pays en abaissant les impôts et torpillent le contribuable européen en lui faisant payer le manque à gagner découlant de cette baisse des taxes et impôts !!!
Réponse de le 15/10/2013 à 16:00 :
Si on ne les avait pas aidé alors l'euro aurait explosé en vol ... Maintenant il faudrait y mettre fin mais de manière coordonnée ...
a écrit le 15/10/2013 à 14:42 :
"Devagar devagarinho"... (doucement tres doucement...)
Pour l'instant il ne s'agit que "d'annonces" et quand on connait l'administration portugaise,....car une fois passées au parlement,l'application des descisions peut demander des mois et des mois....
Exp:ici a l'IMTT de Faro... Passage d'immatriculation vehicule, de française a portugaise = 8 mois de delais !!!
Alors avant de penser a investir.....:-)
a écrit le 15/10/2013 à 11:56 :
Le Portugal est sur la bonne voie... Mais il manque d'ambition.
Réponse de le 15/10/2013 à 12:56 :
Et ... quand les états n'auront strictement plus d'argent, que va-t'il se passer, à votre avis..??
a écrit le 15/10/2013 à 11:12 :
La stratégie du choc a encore l'air de fonctionner.
Réponse de le 15/10/2013 à 12:57 :
En effet, Matei. Mais TOUTES les structures sont faites maintenant pour ça. Donc, nous irons jusqu'au bout.
a écrit le 15/10/2013 à 10:32 :
Ils sortiront du trou avant que nous n'ayons commencé à envisager les réformes...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :