Vote blanc : ce qui se fait à l'étranger

 |   |  709  mots
Dans certains pays, le vote blanc peut avoir un impact sur l'élection
Dans certains pays, le vote blanc peut avoir un impact sur l'élection (Crédits : reuters.com)
Le vote blanc a été reconnu en France cette semaine. Voici un tour d'horizon de ce qui se fait à l'étranger de plus marquant.

En Allemagne, les nuls et blancs ne sont pas distingués et ne sont pas en soi comptabilisés. Dans les résultats officiels, les votes sont divisés entre « votes valides » (gültige Stimme) et « votes invalides » (ungültige Stimme) qui regroupent les blancs et les nuls. Le calcul de la répartition des sièges au Bundestag ou dans les élections régionales se fait sur l'ensemble des votes valides. A noter qu'il est possible à l'électeur allemand, lors des élections où il possède deux voix (une pour le scrutin de liste à la proportionnelle, l'autre pour le scrutin uninominal majoritaire à un tour) de voter blanc ou nul pour l'une d'entre elle, et de voter régulièrement pour l'autre.

Seule exception : le Land de Berlin calcule la limite des 5 % nécessaires pour entrer à la chambre des députés berlinoise sur l'ensemble des votes, qu'ils soient valides ou non. En revanche, la répartition des sièges est calculée seulement sur l'ensemble des votes valides. L'influence des votes blancs ou nuls existe donc bien marginalement dans ce cas, puisqu'elle peut empêcher certains petits partis qui auraient 5 % des votes valides, mais moins de 5 % des votes émis d'entrer à la chambre.

En Italie, le droit prévoit la distinction entre les votes nuls qui ne sont pas considéré comme des votes « valides » et les votes blancs qui sont « valides, mais sans indication de choix. » En conséquence, les votes blancs ne sont pas pris en compte pour le calcul de l'attribution des sièges qui sont comptabilisés sur les « votes exprimés. » S'il y a distinction formelle, il n'y a pas de différences concrètes dans les conséquences du vote blanc ou du vote nul.

En décembre 2008, les Pays-Bas ont introduit la même différence, sans conséquence sur le résultat des élections. Cette distinction en aura en revanche, pour les référendums, puisque pour que l'une des deux options proposées devra obtenir la majorité absolue des votes « valides », comprenant les exprimés et les blancs. En Suède, les votes blancs ne sont considérés comme « valides » que pour les référendums.

En Suisse, on comptabilise les votes blancs comme valides. Leur seul poids électoral concerne les élections majoritaires dans certains scrutins locaux où ils participent à la détermination de la majorité absolue au premier tour. Cette pratique est également en vigueur pour la présidentielles en Uruguay et au Pérou. Dans ce dernier pays, les votes blancs sontsi les votes blancs et nuls représentent les deux tiers des suffrages valides, l'élection est annulée.

En Espagne, le vote blanc est reconnu et recensé, et il est considéré comme un vote valide. Il est donc pris en compte pour le calcul du seuil de participation au partage du nombre de sièges qui, pour les élections au Congrès des députés (chambre basse des Cortès), se situe à 3 % des votes valides. Dans les élections régionales et locales, ce seuil se situe à 5 %. En revanche, seuls les suffrages exprimés sont pris en compte dans le décompte des sièges à pourvoir. Il existe en Espagne un parti politique appelé « Sièges Blancs » (Escaños Blancos) qui demande que l'on attribue des sièges vides proportionnellement aux votes blancs.

En Colombie, la cour constitutionnelle a reconnu le vote blanc comme « une expression valide de dissension à travers laquelle s'exprime la liberté de l'électeur » et a demandé que son décompte « ait une incidence décisive sur le processus électoral. » Le vote blanc est ainsi répertorié comme un vote normal, à l'égal de l'ensemble des listes et des candidats. Si les votes blancs obtiennent la majorité absolue dans le cadre d'une élection uninominale majoritaire, il faut revoter et les candidats qui se sont présentées ne peuvent se représenter.

En Inde, la Cour suprême a imposé que l'on propose aux électeurs une case « aucun » (None of the Above, NOTA) pour marquer le rejet du choix proposé à l'électeur. Cette possibilité sera donc proposée aux électeurs indiens qui éliront leur parlement fédéral cette année. Mais ces votes n'auront pas d'incidence sur les résultats.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2019 à 10:48 :
En fait, la "validation" des votes blancs, c'est encore de l'enfumage pour faire style qu'on adhère aux demandes des électeurs puisqu'au final cela semble ne pas changer grand chose quant au résultat de l'élection...
a écrit le 21/01/2019 à 10:45 :
Il faudrait quand même que les journalistes se relisent un peu car bon nombre de phrases de cet article n'ont aucun sens !!! Déjà que les explications sont elles-même complexes... Ce n'est pas parce qu'on est sur internet qu'il faut manquer de respect au lecteur qui se donne la peine de s'intéresser à un article !!!
a écrit le 17/02/2014 à 6:14 :
Avant d'arriver à l'exemple de la Colombie, je pensais : il faut comptabiliser les votes blancs et lorsqu'il n'est pas possible de donner un résultat à l'élection en raisons des votes blancs, que tous les candidats qui sont sont présentés ne puissent se représenter. C'est exactement le cas colombien. La Colombie a la solution parfaite que nous devrions réclamer.
a écrit le 16/02/2014 à 19:47 :
La Colombie ! c'est la bonne solution ! elle permet de désavouer le choix des appareils et de demander autre chose. En 2017 Hollande versus Sarko et on ne peut même pas leur dire de retourner... où ils veulent.
a écrit le 16/02/2014 à 14:03 :
Le vote blanc sera attribué dans la plus grande mauvaise foi par les perdants,

alors il y a vote qui peut s'avérer très utile, c'est le vote blanc MOTiVé, il sera considéré comme nul, mais le résultat sera le même pour l'élimination de ceux qui l'auront mérité, droite comme gauche,

mais la différence sera intéressante, explication :

Si les votes blancs motivés précisent qui a été rejeté, soit la droite par un électeur de droite, ou la gauche par un électeur de gauche,
et que par ailleurs les urnes sont bourrées de vote nuls motivés,

alors les apparatchics vont se précipiter pour compter qui a droite et à gauche a perdu et combien de voix chacun a perdu.

Les médias n'auront plus qu'à publier les pertes des uns de gauche PS et des autres de droite... UMP Nouveau Centre UDI sans étiquettes
Réponse de le 16/02/2014 à 16:00 :
Motivé ou non, le vote blanc est inutile. Aucune mystification ne pourra changer les règles du jeu démocratique telles qu'elles sont établies par la cinquième république. Entre l'amputation et la gangrène il faut choisir, c'est cela être un adulte responsable. Si les électeurs ne sont pas responsables, il faudrait réaliser un analyse du corps électoral afin d'optimiser la représentativité électorale. Admettons si 90 % des moins de 25 ans ne s'intéressent pas à la politique et ne votent pas, cela ne changerait rien à la représentativité électorale de supprimer le droit de vote à cette population. Idem pour les plus de 75 ans par exemple.
Réponse de le 16/02/2014 à 16:27 :
Faites un vote utile ; votez Marine.
Réponse de le 16/02/2014 à 16:38 :
vous manquez de réflexion sur le vote blanc d' un citoyen avec les mêmes droits que vous et pas moins , il veut influer sur le système qu'il ne trouve pas démocratique car rien ne change depuis cinquante ans , donc je m'abstiendrai pour ne pas mêler mon vote avec vous ! car nous sommes aux antipodes de ce que vous pensez .
Réponse de le 16/02/2014 à 17:13 :
@élène

Si vous ne voulez plus de la cinquième république, ce n'est pas le vote blanc qui changera les règles établies car il est constitutionnellement inutile. En persistant à voter blanc ou à ne pas prendre votre courage à deux mains pour vous révolter, vous continuerez de subir la cinquième république. De mon point de vue, cela s'apparente à du masochisme. Chacun prend son pied comme il l'entend...
Réponse de le 16/02/2014 à 17:33 :
Assez d'accord avec Michel, si l'on veut arrêter les mariages co-sanguins UMP Nouveau Centre PS UDI qui ont tous fini dans les cohabitations transformées en compromissions et débouchant sur la pire corruption, les français doivent envisager de faire plus que de s'indigner, il faudra "tirer la nappe" renverser les tables et ramasser la vaisselle cassée pour l'envoyer aux ordures, leurs espace prédestiné.

On peut commencer par le vote blanc motivé pour désigner les ordures à rassembler.
Réponse de le 16/02/2014 à 17:41 :
Votez dan un tel contexte perpétue le système ,vous n'en verrez pas la fin quant à la révolte ne rêvez pas! il faut avoir du courage pour ça ! ou des c.... !
Réponse de le 16/02/2014 à 21:01 :
Effectivement voter blanc et motiver son rejet, ou son dégout plus précisément, ce sera un bon moyen d'éliminer la vermine politique.

Motiver, et éliminer, ce seront les 2 mamelles des échéances en France, les unes après les autres, jusqu'à la purge dans la voyoucratie politique.
a écrit le 16/02/2014 à 11:40 :
Finalement, on aurait des leçons de démocratie à prendre du Pérou et de la Colombie. Ou encore de la Suisse pour ce qui est des referendums. Décidément, nos démocraties sont bien fragiles. Et je suis gentil...
Réponse de le 16/02/2014 à 13:37 :
Il a l'air très bien le modèle Colombien. Je veux le même !
Réponse de le 16/02/2014 à 16:06 :
@Colombophile: le système colombien me plait bien aussi, mais comme le nouveau système indien, je crois qu'il faudrait une case "aucun des candidats" pour confirmer que ce vote blanc est voulu et non une erreur ou une mauvaise compréhension de la part de la personne votant :-)
a écrit le 16/02/2014 à 10:51 :
Le vote blanc, ça a existé aussi en Afrique du sud, mais en France on n'a pas mandella.
Réponse de le 16/02/2014 à 16:23 :
Tout à fait.
Réponse de le 16/02/2014 à 20:07 :
@Mandela: on voit à ton humour noir que tu connais bien le pays :-)
a écrit le 16/02/2014 à 7:57 :
le vote blanc exprimés bien le des accords des gens en politique .On na de moins en moins confiance a nos politiciens .
Réponse de le 16/02/2014 à 13:40 :
"on a de moins en moins confiance en nos politiciens" et c'est encore tellement en deça ! si vous saviez !!!!
a écrit le 16/02/2014 à 1:37 :
Le vote blanc est inutile, il faut le supprimer. Il n'existe que pour limiter l'abstention ou la non participation à une élection. Une véritable démocratie se doit de valider une élection lorsque le choix d'un candidat représente un choix majoritaire parmi les électeurs inscrits, soit plus de 50 % des inscrits. A défaut, l'élection devrait être réorganisée ultérieurement et maintenir le gouvernement précédent en place. Ainsi les peuples ne pourront que se plaindre de leur immobilisme.
Réponse de le 16/02/2014 à 6:54 :
Donc si je suis votre raisonnement ça reste la porte ouverte à tous les mauvais qui détiennent déjà le pouvoir (droite gauche) et pas de renouvellement de la classe politique. Vous êtes donc pour le maintien de la médiocrité
Réponse de le 16/02/2014 à 15:51 :
@Aliénation

Le maintien de la médiocrité c'est celle du peuple incapable de réaliser des choix difficiles... et pourtant beaucoup préféreront l'amputation à la gangrène.
Réponse de le 16/02/2014 à 16:01 :
@Michel: si on a bien compris, on doit voter pour un quidam avec lequel on est pas d'accord parce que le système le veut ? et on se retrouvera, comme d'habitude, avec un pantin représentant 20 à 25% des voix des inscrits (au 1er tour), et une fois élu, ce pantin impsoera aux 75% qui n'ont pas voté pour lui (mais contre l'autre au 2e tour) tout ce qu'il voudra. Belle démocratie en effet :-)
Réponse de le 16/02/2014 à 16:33 :
@Patrickb

J'ai indiqué que sans légitimité de 50 % des inscrits aucun candidat ne pourrait être élu selon ma proposition et cela maintiendrait le précédent gouvernement aussi illégitime que celui qui aurait pu suivre. Si vous n'êtes pas d'accord avec les règles de la cinquième république, il faudra alors s'en affranchir par un soulèvement populaire au risque de plonger le pays dans le chaos. Si vous aimez parier sur l'avenir vous avez le choix...
Réponse de le 16/02/2014 à 16:37 :
@Patrickb

La validation d'une élection par une légitimité de 50 % des inscrits est autant valable pour le premier que pour le second tour, le nombre d'inscrits étant invariable entre deux tours.
Réponse de le 16/02/2014 à 21:05 :
@Michel: ce qui reviens à dire que tu es d'accord avec la manipulation actuelle qui fait que l'on aura jamais que 2 partis si on continue ainsi...et l'heureux élu avec ses 20-25% (au 1er tour) pourra faire tout et n'importe quoi, surtout pour garder le pouvoir. Je suis sûr d'ailleurs que tu penses que 85% des gens on voté pour Chirac parce que tout le monde abondait en son sens (ceci est à mon avis un excellent exemple du problème du système en France).
a écrit le 15/02/2014 à 20:19 :
Voter blanc ou s'abstenir le résultat est le même, pour un vote inutile pourquoi se déplacer, si le vote blanc est considéré comme un acte majeur il doit être pris en compte comme vote exprimé, si cela était le cas peu de présidents seraient élus et encore moins l'actuel, c'est pourquoi le FN récolte de nombreuses voix par le dégoût que l'on porte a la politique de Hollande et de ses sbires tous Enarques mais pas gestionnaires
Réponse de le 15/02/2014 à 22:18 :
Tout à fait exact. Au point que je trouve indécent ce racolage auquel nous avons droit sur le sujet. Tous les médias se rependant en commentaires sur le vote blanc quand celui-ci est tout sauf un vote comme il devrait l'être.
Réponse de le 15/02/2014 à 23:06 :
Tous a fait d'accord vivement que le vote blanc soit reconnu et que ceux qui ce sont fait éliminé ne puisse ce représenter au vote suivant. Ca aura l'avantage dépurer la politique et surtout les politiciens.
a écrit le 15/02/2014 à 19:35 :
Vote blanc ; gabegie monumentale! parce que vous croyez qu'ils vont en tenir compte"? c'est fait juste avant les municipales pour que les gens qui en ont plus que marre du gouvernement votent le moins possible FN ! ça, c'est "démocratique", en effet !!!!!
Réponse de le 16/02/2014 à 10:53 :
Tant qu'à voter "blanc", votez Marine ; c'est pareil.
Réponse de le 16/02/2014 à 13:42 :
Vous absolument raison ! c'est bien ce que je ferai perso
Réponse de le 17/02/2014 à 6:21 :
Si voter blanc et voter Marine Le Pen (vous l'appellez Marine, elle n'a pas de nom cette dame ?), c'est pareil, alors ce n'est pas un compliment pour son programme. Cela signifie que l'on vote pour elle non par conviction que son programme est le bon, mais pour éliminer les autres. Or, Voter Marine le Pen c'est voter pour quelqu'un avec un programme qui est est ce qu'il est (en ce qui me concerne, j'ai une indigestion de croix gammées et d'insignes nazis). Voter blanc, c'est voter contre le système sans approuver l'un des candidats ni son programmpe, ce n'est absolument pas la même chose.
a écrit le 15/02/2014 à 18:11 :
C'est une magouille pour influencer le vote car il ne sera pas contabilise le meilleur vote est le vote anti UMPS
a écrit le 15/02/2014 à 17:01 :
Ni la France ni aucun des pays présentés ne sont démocratiques car malgré un défaut ostensible de participation, des dictatures sont mises en place.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :