L'onde eurosceptique frappe les observateurs internationaux

 |   |  422  mots
Le succès de Nigel Farage, chef de file de l'Ukip, parti eurosceptique britannique, est largement commenté dans la presse européenne. (Photo: Reuters)
Le succès de Nigel Farage, chef de file de l'Ukip, parti eurosceptique britannique, est largement commenté dans la presse européenne. (Photo: Reuters) (Crédits : reuters.com)
Les principaux journaux européens titrent sur la vague eurosceptique qui inonde l'Europe, lui donnant parfois la priorité par rapport aux résultats nationaux.

Au-delà du séisme qui frappe la France, un phénomène plus large capte l'attention des journaux européens: l'onde eurosceptique qui balaie les partis traditionnels, notamment en Grande-Bretagne.

Financial Times: Les eurosceptiques font rage à Bruxelles

"Le Front national et l'Ukip mènent la vague anti-UE", explique le FT. Dans un éditorial, le quotidien économique britannique prédit que, décrit la "Nouvelle tour de Babel d'Europe", prédisant que "le Parlament européen est sur le point de devenir plus bruyant, plus indiscipliné, plus déroutant et plus difficile à traiter".

Suddeutsche Zeitung: Les critiques de l'Europe triomphent en Grande-Bretagne

"Nigel Farage conquiert l'île", observe le quotidien allemand. "Le Premier ministre David Cameron connaît une défaite, son partenaire de la coalition une catastrophe. Ailleurs aussi triomphent les eurosceptiques, le vote secoue vigoureusement plusieurs pays".

En Allemagne, en revanche, grâce à son "énergie, popularité et passion forte", "le principal candidat, Martin Schulz, sort le SPD du désert".

Il Sole 24 Ore: L'Europe secouée par l'euroscepticisme

"Le demi-milliard d'Européens qui se réveillent aujourd'hui découvrent que leur vocation européenne est encore majoritaire dans le continent mais plus faible par rapport au passé. Les vrais vainqueurs de ces élections sont les extrémistes, de droite pour la plupart, mais aussi de gauche, unis seulement par la haine de Bruxelles, synonime de 'système de pouvoir' ", écrit le quotidien économique italien. Cependant, en Italie, Le Premier ministre de gauche "Renzi mène le PD (son parti) au-delà du 40%", titre Il Sole. L'eurosceptique Grillo fait un "flop", alors que Forza Italia, le parti fondé par Silvio Berlusconi, baisse à 16%.

La Libre Belgique: La Belgique est à nouveau au bord du gouffre nationaliste

La Belgique, où dimanche se tenaient non seulement les élections européennes, mais également des scrutins fédéraux et régionaux, "est à nouveau face à un raz-de-marée jaune et noir en Flandre. Celui de la N-VA", observe le quotidien, qui s'inquiète: "blocages communautaires en vue". Le pays était surtout marqué par la fusillade survenue dans le musée juif de Bruxelles qui a provoqué la mort de quatre personnes. 

El Pais: Forte punition au PP et au PSOE

"Les populaire gagnent face au socialistes, obtenant deux sièges de plus. Mais, pour la première fois, les deux plus grand partis ensemble n'obtiennent pas la majorité des votes", explique le quotidien espagnol. C'est pourquoi, selon El Pais, celui qui perd est "le bipartitisme".

>> Retrouvez tous les résultats des élections européennes, pays par pays

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/05/2014 à 21:49 :
On fête avec grande joie la mort d'un tyran du nom de Jarujelski, heureusement que nous ne sommes pas en régime statolâtre ou de mensonge... des gens qui massacrent l'humanité sans pitié et s'enrichissent par ce biais. C'est marrant, il parait qu'en Egypte le régime est tombé par des mouvements liés aux réseaux sociaux. Comme quoi il existe des vrais fausses démocraties... par des gens élus à 90% ou bien à 10%... en Grèce l'Europe aurait trafiqué les comptes publics... c'est une Europe corroyeuse et voleuse de vies qui fait proliférer le chômage, qui réduit le PIB et qui décourage les gens de travailler par la radiation! On a un bon Rossignol de chômage et de croissance nulle en Europe!
a écrit le 31/05/2014 à 20:33 :
Sur ce scrutin on pourra dire que les Nations se défendent de la bureaucratie normative aveugle qui ne tient pas compte des spécificités locales. Pour autant, une fédération reste souhaitable avec réformes institutionnelles. La prolifération des fonx augmente le chômage, nous avons un phénomène de planque, n'oublions pas que la France perd son industrie rapidement et en a moins que la moyenne européenne. Et de quoi parle-t-on du déficit qui enfle, de la croissance à l'arrêt, des soucis de R&D, des impôts à venir, du chômage qui monte et qui pèse sur le pouvoir d'achat, alors on nous fait manger du rat alors qu'on gèle le social? On apprend que les banques sont dégradées, la situation ne semble pas saine... on ferme 60000 entreprises et les CCI sont en émoi. Fera-t-on un PIB vice? Il parait qu'on hébergerait des machétistes... et qu'on aurait un delta de 15 milliards dans le calcul du déficit commercial... On nous publie, la France a-t-elle un avenir industriel? On parle des bourdes du genre limage des quais ou bien des embassades du genre dans les coulisses de Cannes? On joue à SALIERI? On nous sert un charnier de chômeurs... on peut chanter mon petit oison a pris sa volée... Et si on parlait LEGISLATIVES?
a écrit le 31/05/2014 à 15:30 :
C'est normal ça fait du chômage, de l'austérité... on oublie de critiquer les bulles de logement, le gel des politiques sociales, et la suppression de 60000 entreprises, on oublie la fronde des CCI, le PIB vice, c'est scandaleux, le chômage dans la construction, on hébergerait des machétistes, c'est à l'hôtel? On oublie le delta du calcul du commerce, et on nous sert la France a-t-elle encore un avenir industriel... une paille! On oublie les bourdes, comme le limage des quais, on serait des ratés dans le cycle de la reprise avec des banques dégradées... on est à combien dans le chômage?
a écrit le 26/05/2014 à 23:43 :
Si l'Europe avait aux yeux de nos dirigeants tant d'importance nous aurions déjà une langue commune, ensuite un ministère des orientations françaises pour l'Europe. Ne jamais tenir compte de l'abstention, pire des votes blancs dans le calcul des résultats montrent le peu de respect des politiques vis à vis de leurs électeurs.
a écrit le 26/05/2014 à 17:30 :
thankfully! mr Farage !
a écrit le 26/05/2014 à 17:26 :
Avec la victoire de Farage le royaume uni va sortir de l'union c'est pour 2017.
a écrit le 26/05/2014 à 15:19 :
Des observateurs, digne de ce nom, ne peuvent que constater; que la gestion est nulle et qu'il faut revoir toute sa politique si l'on veut un rendement régulier et sans heurt dans le futur!
a écrit le 26/05/2014 à 13:00 :
l'europe est mal gérée, trop chere, non démocratique, eet cette élection n'est pas représentative en france 43% de votant et 25% de FN soit sur 100% de francais, cel fait 11% de FN donc pas représentative.
a écrit le 26/05/2014 à 10:41 :
"L'onde eurosceptique frappe les observateurs internationaux" si elle pouvait frapper autant les politiques que les observateurs ce serait bien. Ce n'est jamais que la conséquence du désenchantement des citoyens et du ras le bol de toutes les mesures qu'on leur impose et qui sont prisent sans qu'ils aient directement la parole. Qu'est-ce qu'on à faire de la taille des concombres par exemple alors que les chose importante restent en plan comme l'énergie, la défense, la souveraineté de l'Europe.
Réponse de le 26/05/2014 à 13:07 :
Exact ! Les grands problèmes devraient être résolus au niveau Européen, mais ces commissions planchent actuellement sur les chasses d'eau des toilettes!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :