Wall Street termine dans le rouge, les profits des entreprises inquiètent

 |   |  914  mots
Les places américaines ont légèrement reculé ce lundi malgré l'annonce d'un possible plan de réduction d'impôts. Le Dow Jones perd ainsi 0,91% à 8.953 points, le Nasdaq cède 0,26% à 1.628 points et le S&P 500 recule de 0,47% à 927 points.

Retour dans le rouge à Wall Street. Pour la première semaine de l'année, les marchés américains ne poursuivent pas ce lundi leur rebond de la fin 2008. Ce lundi, les investisseurs réagissent notamment aux estimations de profits des entreprises du S&P 500. Selon les analystes interrogés par Bloomberg, leurs bénéfices devraient reculer de 11% au premier trimestre 2009 et de 6,5% au cours des trois mois suivants.

Du coup, le Dow Jones perd 0,91% à 8.953 points, le Nasdaq cède 0,26% à 1.628 points et le S&P 500 recule de 0,47% à 927 points.

A deux semaines de sa prise officielle de fonction, Barack Obama peaufine son vaste plan de relance de l'économie, qu'il a déjà qualifié de "sans précédent depuis la crise des années 30". Selon un responsable démocrate, le président élu envisage des réductions d'impôts pour les entreprises et pour la classe moyenne d'un montant de 310 milliards de dollars. Une augmentation des prestations publiques de l'assurance maladie et de l'assurance chômage est également à l'étude.

Du côté des valeurs, Ford cède 4,88% à 3,71dollars. Le constructeur automobile allemand Daimler a démenti ce lundi être intéressé par le rachat de la marque suédoise Volvo que détient Ford. Le groupe de Detroit avait annoncé en décembre son intention de céder Volvo, sa dernière grande filiale étrangère, dans le but de renforcer sa trésorerie pour mener à bien la restructuration de ses activités. Par ailleurs, les ventes de Ford ont baissé de 32,4% en décembre, un chiffre légèrement supérieur aux attentes.

Son concurrent General Motors (GM) gagne 1,64% à 3,71 dollars après un meilleur mois de décembre que prévu. Le premier constructeur américain a vu ses ventes reculer de 31% le mois dernier, là où le site spécialisé Edmunds.com s'attendait à un repli plus marqué de 39%. Surtout, GM met fin à l'hémoragie et affiche des ambitions nouvelles pour les mois à venir.

L'état de santé de Steve Jobs continue d'influer sur le cours d'action Apple. Le patron de la marque à la pomme ne sera pas présent cette semaine sur le salon Macworld. Opéré d'un cancer du pancréas en 2004, Steve Jobs a publié une lettre ce lundi pour mettre fin aux rumeurs sur son état de santé, expliquant être victime d'un dérèglement hormonal. Le conseil d'administration du groupe lui a par ailleurs renouvelé sa confiance. L'action Apple en profite et bondit de 4,22% à 94,58 dollars.

Sur le secteur financier, JPMorgan plonge de 6,70% à 29,25 dollars. Deutsche Bank n'attend plus qu'un bénéfice de 2,05 dollars par action en 2009 pour la banque américaine. En 2010, les profits sont estimés à 3,20 dollars par titre, contre 3,55 dollars escomptés précédemment. Ces deux chiffres sont inférieurs aux attentes des marchés.

Wells Fargo chute de 6,47% à 28,06 dollars. La banque californienne, qui vient de prendre le contrôle de sa concurrente Wachovia pour devenir la quatrième banque américaine en terme d'actifs,  a vu ses perspectives de profits abaissées par Deutsche Bank. Celle-ci table sur un bénéfice de 1,70 dollar par action en 2009, contre 2 dollars précédemment, et de 2,80 dollars en 2010, contre 3,10 dollars.

Citigroup recule de 0,84% à 7,08 dollars. Deutsche Bank a revu ce lundi à la baisse ses prévisions de résultats pour la banque new-yorkaise, tablant désormais sur une perte de 1 dollar par titre en 2009 et sur un bénéfice de 75 cents l'année suivante. La banque allemande attendait jusque-là une perte de 70 cents l'an prochain et un bénéfice de 1,15 dollar en 2010.

Enfin, Bank of America cède 2,44% à 13,98 dollars. La banque de Caroline du Nord, qui a finalisé en fin de semaine dernière le rachat de la banque d'affaires Merrill Lynch, fait également les frais d'un abaissement des estimations de Deutsche Bank. Cette dernière n'attend plus qu'un bénéfice par action de 1,15 dollar, contre 1,35 dollar, et a par ailleurs revu à la baisse son objectif de cours sur le titre, passant de 26 à 17 dollars.

Les valeurs pétrolières n'ont pas profité des tensions au Proche-Orient qui ont mis un terme à la baisse des cours du pétrole. Exxon Mobil perd ainsi 0,01% à 81,93 dollars, Chevron progresse de 0,18% à 76,66 dollars et ConocoPhillips prend 1,13% à 55,47 dollars. La raison: les profits des grands pétroliers américains devraient fortement reculer cette année, selon les analystes interrogés par Bloomberg.

Pfizer cède 0,60% à 18,16 dollars. Le laboratoire américain, numéro un mondial de la pharmacie, s'est dit ouvert à des acquisitions. Le groupe prépare l'arrivée en 2011 de la version générique de son traitement anti-cholestérol Lipitor, dont le chiffre d'affaires annuel atteint 12 milliards de dollars. Son directeur général, Jeff Kindler, affirme être prêt à saisir toutes les opportunités de rachat permettant à Pfizer d'accroître ses revenus.

Boeing s'adjuge 2,03% à 46,17 dollars. L'avionneur américain a signé un contrat de 2,1 milliards de dollars avec l'Inde portant sur la vente d'avions de patrouille maritime. L'Inde, équipée à 70% de matériel russe, est le premier marché d'armements parmi les pays émergents, avec 50 milliards de dollars de contrats potentiels ici à 2018 pour moderniser son armée.

Enfin, AT&T et Verizon plongent respectivement de 3,37% à 28,43 dollars et de 6,24% à 32,48 dollars. Bernstein a dégradé ce lundi les deux opérateurs téléphoniques américains, passant à "performance de marché" pour le premier et à "sous-performer" pour le second. Les objectifs de cours ont été également revus à la baisse : de 35 à 27 dollars pour AT&T et de 32 à 27 dollars pour Verizon.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :