Wall Street sans direction pour terminer un mois d'avril prolifique

 |   |  1281  mots
Les places américaines n'ont pas trouvé de tendance jeudi, entre plusieurs résultats d'entreprises supérieurs aux attentes et la chute des valeurs pétrolières. Le Dow Jones cède ainsi 0,22% à 8.168 points, affichant en avril sa plus forte progression mensuelle depuis 2002. Le S&P 500 abandonne 0,10% à 873 points mais le Nasdaq prend 0,31% à 1.717 points.

Après avoir ouvert en nette hausse, Wall Street a terminé sans direction jeudi, au lendemain d'une progression de 2%. Les marchés avaient décidé d'ignorer le plongeon de 6,1% du Produit intérieur burt américain (PIB) au premier trimestre, privilégiant le net rebond de la consommation des ménages sur cette période et les commentaires optimistes de la Réserve fédérale. En laissant mercredi soir ses taux inchangés, cette dernières a estimé que la contraction de l'activité avait ralenti. Et ce jeudi, plusieurs résultats positifs ont prolongé l'optimisme, avant que le repli des valeurs pétrolières ne pèse trop sur la tendance

A la clôture, le Dow Jones cède ainsi 0,22% à 8.168 points, le S&P 500 abandonne 0,10% à 873 points mais le Nasdaq prend 0,31% à 1.717 points. Malgré cette légère baisse, le Dow Jones signe sa meilleure performance mensuelle depuis 2002, en hausse de 7,3%. Avec une progression de 9,5%, le S&P 500 n'avait pas fait mieux depuis mars 2000.

Sur le front des valeurs, les dépenses de consommation des ménages sont reparties à la baisse en mars après deux mois de hausse, et ont reculé de 0,2% par rapport à février. Ce repli était attendu, après deux mois consécutifs de hausse. Mais il est légèrement plus forte que ce que prévoyaient les analystes, qui tablaient sur un recul de 0,1%.

Par ailleurs, les demandes hebdomadaires d'allocations ont baissé la semaine dernière, avec 631.000 dossiers déposés, contre 640.000 demandes anticipées par les économistes. En moyenne sur quatre semaines, chiffre plus représentatif d'une tendance, le nombre de nouveaux chômeurs inscrits a reculé pour atteindre 637.250, contre 648.000 la semaine précédente.

Enfin, l'activité industrielle de la région de Chicago a continué de se dégrader en avril, mais à un rythme moins rapide qu'en mars et bien moindre que prévu, selon l'indice des directeurs d'achats publié jeudi par l'association professionnelle ISM. Ce dernieri est remonté de 31,4 points à 40,1 points alors que les investisseurs escomptaient un chiffre de 35.

Du côté des valeurs, Exxon Mobil recule de 2,59% à 66,67 dollars. Le groupe pétrolier mondial a fait état ce jeudi d'un plongeon de 58% de ses profits au premier trimestre, en raison notamment du repli des cours du pétrole et du ralentissement économique mondial. Le bénéfice net ressort ainsi à 4,55 milliards de dollars, soit 92 cents par action. Les marchés attendaient pour leur part un bénéfice par action (BPA) de 95 cents. Le chiffre d'affaires a chuté de 45% sur la période, à 64,02 milliards de dollars, contre seulement 54,03 milliards escomptés par les investisseurs.

Dans son sillage, Chevron perd 2,16% à 66,10 dollars et ConocoPhillips laisse 1,23% à 41 dollars. Les parapétrolières baissent également: Schlumberger de 2,08% à 48,99 dollars et Halliburton de 1,27% à 20,22 dollars. L'évolution de ces valeurs pèsent fortement sur les indices new-yorkais compte tenu de leur capitalisation élevée.

Procter & Gamble cède 1,94% à 49,44 dollars. Le groupe américain de produits de grande consommation a publié un bénéfice net de 2,6 milliards de dollars au titre de son troisième trimestre, en baisse de 4% par rapport à l'année précédente. Par action et hors exceptionnels, il est supérieur de 4 cents au consensus du marché (84 cents contre 80). Le chiffre d'affaires est en revanche légèrement inférieur aux attentes, à 18,4 milliards de dollars. Le propriétaire des marques Ariel, Pampers ou encore Gillette a par ailleurs resserré sa fourchette de prévisions de BPA sur l'ensemble de l'année, visant entre 4,20 et 4,25 dollars contre 4,20-4,35 dollars précédemment.

Colgate Palmolive abandonne 1,19% à 59 dollars, malgré une hausse de ses profits au premier trimestre. Ces derniers ont atteint 508 millions de dollars, en progrès de 9% par rapport à l'an passé. Par action, cela représente 97 cents, un cent de mieux que les attentes. Le chiffre d'affaires a en revanche reculé de 5,5%, à 3,5 milliards de dollars. Les marchés escomptaient des ventes de 3,6 milliards de dollars.

L'équipementier en télécoms Motorola chute de 7,21% à 5,53 dollars, après avoir creusé ses pertes sur les trois premiers mois de l'année, à 231 millions de dollars. Les marchés s'attendaient cependant à une performance encore plus médiocre, tablant sur un déficit supérieur de 3 cents par action hors exceptionnels. Les revenus du groupe ont reculé de 28%, à seulement 5,37 milliards de dollars, contre 5,55 milliards escomptés par les opérateurs, pénalisés par l'effondrement des ventes de son téléphone portable à succès RazR.

Eastman Kodak plonge de 16,21% à 3,05 dollars. Le groupe américain de photographie et d'imagerie a vu son déficit se creuser très fortement au cours des trois premiers mois de l'année, à 353 millions de dollars contre 115 millions l'an passé. Hors exceptionnels, la perte par action s'élève à 95 cents, bien au delà des 33 cents anticipés par les analystes. Les ventes ont fondu de 29% sur la période, à 1,48 milliard de dollars. Une performance également moins bonne qu'attendue par les marchés, qui tablaient sur des ventes de 1,66 milliard de dollars. En outre, Kodak a suspendu le versement de son dividende.

Viacom perd 4,97% à 20,66 dollars. Le groupe américain de médias, propriétaire des studios de cinéma Paramount, a fait état ce jeudi d'un bénéfice net en recul de 34% pour le premier trimestre à 177 millions de dollars, mais supérieur aux attentes du marché. Rapportés par action, les profits ressortent en effet à 29 cents, soit 3 cents de mieux que les attentes. Le chiffre d'affaires s'est établi à 2,90 milliards de dollars, en recul de 7% sur un an. Les analystes anticipaient des ventes de 2,97 milliards.

Du côté des hausses, Dow Chemical bondit de 18,43% à 16 dollars. Le chimiste américain a vu son bénéfice net s'effondrer de 96% au cours des trois premiers mois de l'année, à seulement 35 millions de dollars. Hors exceptionnels, le BPA s'élève à 12 cents, alors que les investisseurs misaient de leur côté sur une perte de 21 cents par action. Ses revenus ont reculé de 39% sur le trimestre, à 9,09 milliards, pénalisés par un repli des ventes en volume et par une baisse de 20% de ses prix.

Comcast progresse de 1,44% à 15,46 dollars. Le premier opérateur de réseaux câblés aux Etats-Unis a dégagé des profits de 772 millions de dollars au cours des trois premiers mois de l'année. Cela représente 27 cents par action alors que les marchés attendaient 23 cents. Le chiffre d'affaires est également supérieur au consensus, à 8,84 milliards de dollars (contre 8,76 milliards escomptés par les analystes). Il a progressé de 5,3%, en raison d'une forte augmentation du nombre d'abonnés.

Egalement dans le vert, International Paper s'envole de 16,15% à 12,66 dollars. Le groupe papetier a réalisé 257 millions de dollars de profits au premier trimestre, en hausse de 93% sur un an. Il a notamment profité d'une baisse de ses dépenses en matières premières, qui a plus que compensé la stagnation des ventes. Le chiffre d'affaires est ainsi resté parfaitement stable, à 5,67 milliards de dollars et en deçà des attentes du marché (6,27 milliards). Hors éléments exceptionnels, le bénéfice courant s'établit ainsi à 8 cents par action. Il est bien supérieur aux anticipations des analystes qui tablaient au contraire sur une perte de 4 cents.

Enfin, Kellogg grimpe de 6,61% à 42,11 dollars. Le leader mondial des céréales pour le petit-déjeuner a publié ce jeudi un bénéfice net en hausse légère à 321 millions de dollars pour le premier trimestre, ce qui est supérieur aux attentes du marché. Le bénéfice par action s'établit ainsi à 92 cents hors éléments exceptionnels, alors que les analystes n'attendaient que 79 cents. Les efforts de restructuration ont permis au groupe de compenser la baisse de son chiffre d'affaires, qui a reculé de 2,7% à 3,17 milliards de dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :