Nette hausse à la Bourse de Paris dans des volumes d'échanges limités

 |   |  372  mots
Dopée par Wall Street, la Bourse de Paris entame la semaine sur une nette hausse. Le CAC 40 progresse ce soir de 2,41% à 3.245 points. Le volume d'affaires reste toutefois faible : seulement 2,6 milliards d'euros.

STMicroélectronics termine en tête de l'indice parisien avec une belle progression de 9,13% à 5,15 euros. Le marché a salué les déclarations du PDG du fabricant de semi-conducteurs. Ce dernier a indiqué entrevoir des signes de reprise de la demande. Dans le sillage de ces annonces, Goldman Sachs et Chevreux ont relevé leur recommandation sur le titre.

Accor progresse bien aussi de 7,5% à 33,95 euros et Michelin de 7,12% à 40,60 euros. De son côté, Pernod Ricard gagne 5,04% à 47,06 euros. Bank of America a ajouté le titre au sein de sa liste de valeurs favorites à l'achat en Europe.

Les valeurs financières terminent bien la journée, et notamment BNP Paribas et Société Générale. BNP Paribas bondit de 5,9% à 46,20 euros et Société Générale progresse de 4,24% à 37,27 euros. Pour sa part, Crédit Agricole gagne 3,52% à 10,73 euros. Dexia limite ses gains, prenant 0,44% à 4,52 euros.

Total, la première pondération du CAC, rebondit dans le sillage des cours du pétrole et favorise la tendance du marché parisien. Le titre progresse de 3,66% à 41,95 euros. Le fabricant de tubes Vallourec prend aussi 1,04% à 86,69 euros.

Dans le rouge à mi-séance, Renault a profité du rebond du marché pour terminer en petite hausse et ce malgré un abaissement de recommandation de la part d'UBS. Le titre avance ce soir de 1,13% à 24,25 euros.

EDF, aussi, finit en légère progression de 1,05% à 36,72 euros. Selon la presse britannique, l'électricien pourrait vendre son réseau de distribution d'électricité en Grande-Bretagne afin de réduire sa dette.

Seul GDF Suez n'a pas convaincu les investisseurs aujourd'hui. C'est la seule valeur du CAC à finir dans le rouge. Elle perd 1,76% à 25,90 euros.

Sur le reste du SRD, Havas a lui carrément plongé de 15,29% à 1,95 euro. Le marché a sanctionné un chiffre d'affaires trimestriel décevant. Par ailleurs, le titre pâtit d'un abaissement de recommandation de Citigroup.

Sur les marchés pétroliers, les cours du pétrole sont donc repartis à la hausse. Le baril de WTI américain s'échange même au dessus des 58 dollars, à 58,03 dollars à New York. Le baril de Brent de la mer du Nord vaut lui 57,72 dollars.

Sur le marché des devises, l'euro est revenu au dessus de 1,35 dollar: 1 euro vaut 1,3502 dollar.

(également disponible en vidéo sur votre site latribune.fr)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :