Sanofi-Aventis met fin à sa dégringolade boursière

 |   |  493  mots
Après avoir cédé 12% en deux séances, le titre Sanofi-Aventis s'est repris très légèrement.

L'action Sanofi -Aventis a marqué une pause ce lundi en Bourse de Paris, après la publication samedi d'études largement anticipées sur le risque de cancer associé à l'utilisation de son antidiabétique Lantus. Le titre a repris 1,47% à 41,45 euros après avoir chuté de plus de 12% jeudi et vendredi derniers. 

Quatre études réalisées auprès de 300.000 diabétiques en Europe et diffusées par l'Association européenne d'études sur le diabète (EASD) ne permettent pas d'exclure un lien possible entre l'antidiabétique Lantus et un risque de cancer accru. Sur son site internet, l'EASD ajoute que ces études menées sur quatre "registres" (bases de données) en Allemagne, en Suède, en Ecosse et au Royaume-Uni sont "loin de permettre de tirer une conclusion", mais "soulignent la nécessité de poursuivre les recherches sur la question". 

Plusieurs brokers ont revu en baisse lundi matin leur recommandations, leurs objectifs de cours et leurs estimations de résultats du groupe, ainsi que du chiffre d'affaires dégagé par le Lantus, suivant l'example d'autres brokers vendredi. Après JP Morgan et Morgan Stanley, Oddo Securities et Exane BNP Paribas ont abaissé leur recommandation sur le titre lundi. Oddo est passé d'"achat" à "accumuler" sur le titre. Le broker met cependant en avant le fait que ces études n'ont pas tiré de conclusion définitive et estime donc qu'elles ne devraient pas mener au "tremblement de terre" redouté. Exane est passé de "surperformance" à "neutre" sur le titre. Ses analystes estiment que les études sont contradictoires et non concluantes, mais qu'elles peuvent avoir un impact durable.

Bien que les résultats de ces études ne soient pas clairs, la publicité massive dont elles ont fait l'objet, place Sanofi dans la position inconfortable d'avoir à défendre la sécurité du Lantus et à prouver qu'il n'est pas cancérigène. Cela peut prendre des semaines, sinon des mois, écrivent-ils.  Entre le scénario rose - où patients et médecins considèrent qu'il s'agit d'un non-évènement - et le scénario noir - où le chiffre d'affaires du Lantus chute de 50% - Exane adopte un moyen terme et fixe son objectif de cours à 47 euros, entre un plus haut de 53 euros et un plus bas de 41 euros.

Morgan Stanley estime en revanche que ces études "confirment les craintes qui ont motivé notre récente dégradation du titre" et abaisse massivement ses estimations de ventes du Lantus. "Maintenant que nous avons ces données en main, nous abaissons nos estimations de chiffre d'affaires du Lantus et de bénéfice par action, de 52% et 11% pour 2010 et de 85% et 23% pour 2015, dit le broker qui anticipe un mouvement vers d'autres thérapies telles que Levemir de Novo Nordisk, le Byetta d'Amylin Pharmaceuticals  et d'autres produits analogues. Toutefois, après la chute du titre, l'intermédiaire estime que l'érosion du chiffre d'affaires du Lantus est désormais entièrement prise en compte par le marché.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :