Les banques irlandaises chutent à la Bourse de Dublin

Les actions des banques irlandaises ont perdu jusqu'à 23% ce mardi à la Bourse de Dublin en raison des craintes des actionnaires actuels de voir leurs participations réduites après la recapitalisation liée au plan d'aide international en cours de négociation.

2 mn

Copyright Reuters

Les cours de Bourse des banques irlandaises est en chute libre. Alors que le plan d'aide internationale est en négociation avec l'Union européenne et le Fonds monétaire international, le titre de Bank of Ireland perdait 22,88% à 30 centimes d'euros à la clôture, celui d' Allied Irish Banks (AIB) perdait 14,22% à 35 centimes et celui d'Irish Life & Permanent  5,71% à 79,2 centimes. C'est la deuxième séance consécutive de baisse car les cours avaient déjà chuté lundi de 19%, 6% et 30%, en raison des craintes de dillution massive des actionnaires existants. Le plan de sauvetage doit en effet servir à recapitaliser le secteur bancaire irlandais encore très chargé en créances douteuses, ce qui aura pour effet de réduire simultanément les parts détenues par les actionnaires actuels et donc leurs futurs dividendes.

Pour le gouverneur de la banque centrale irlandaise, Patrick Honohan, cette défiance vis à vis des banques est injustifiée, précisant qu'il s'attendait à ce qu'il y ait beaucoup de conditions liées à l'octroi d'un plan d'aide. " Pour autant que je sache, les banques irlandaises sont à vendre. Cela fait plusieurs années que je plaide pour que les banques de petits pays soient aux mains de capitaux étrangers", a-t-il néanmoins ajouté. S'exprimant devant une association de comptables irlandais, à Dublin, il a ajouté que des ratios de capital plus élevés et une transparence pleine et entière sur l'exposition au marché des crédits immobiliers étaient les deux principales clefs pour rétablir la crédibilité des banques du pays. "S'il y a de grosses sommes évoquées dans un accord (avec l'UE et le FMI) il n'est pas sûr qu'elles soient toutes utilisées. Celles qui le seront seront pour l'essentiel un substitut au financement sur les marchés", a poursuivi Patrick Honohan.

Les incertitudes politiques ne sont cependant pas favorables au retour de la confiance des marchés. Le Premier ministre centriste Brian Cowen , est fortement critiqué non seulement par ses opposants mais aussi au sein même de sa coalllition, alors  qu'il tente de convaincre la parlement d'adopter un plan d'austérité très strict, en prélablable au plan de sauvetage international. 
 

2 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.