Le marché parisien fait fi du cas portugais

 |   |  619  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
La démission du Premier ministre Portugais face au rejet par le parlement du programme d'austérité n'a eu aucune incidence sur la tendance haussière des marchés d'actions. A Paris, le CAC 40 a conclu la séance de jeudi sur un gain de 1,41 %.

Contre toute attente la démission du Premier ministre portugais José Socrates mercredi soir, face au refus du parlement de voter le programme d'austérité du grouvernemant portugais, n'a pratiquement pas eu d'incidence sur les marchés d'actions. Si les indices européens ont ouvert dans le rouge, ils sont rapidement repassés dans le vert jeudi matin avant de terminer sur une hausse siginifive. A Paris, le CAC 40 enregistre ainsi sa deuxième séance de hausse avec un gain de 1,41 % à 3.968,84 points.

La même tendance ressort sur l'ensemble des places européennes. A Londres, le Footsie a terminé en hausse de 1,47 % tandis que le DAX enregistrait, dans le même temps, un gain de 1,90 %. De son côté l'Euro Stoxx 50 s'adjugeait 1,52 %.

Pourtant l'impasse politique et budgétaire portugaise laisse à penser que le Portugal devrait rapidement faire appel à une aide financière internationale. Sur le marché des taux, les emprunts d'Etat portugais ont touché des sommets jeudi : le taux à 2 ans a atteint 6,89 %, à 5 ans, 8,40 % et à 10 ans, 7,72 %. Mais la perspective d'une aide financière de la part du Portugal semble avoir été déjà intégrée par les investisseurs.

Preuve en est que les problèmes portugais n'ont pas eu d'incidence non plus sur l'évolution de la devise européenne. Après deux journées de recul, l'euro a rebondi face au dollar pour s'échanger désormais au-dessus des 1,41 dollar. Les investisseurs estiment en effet que malgré les problèmes actuels du Portugal, la monnaie unique ne devrait pas perdre sur le long terme son statut de valeur refuge.

Il faut dire par ailleurs que l'Europe s'est dite prête sous conditions à aider le Portugal, le montant de 75 milliards d'euros ayant été évoqué.

Autant dire que le sujet, largement anticipé, n'a pas eu l'attention des investisseurs qui ont en revanche été plus sensibles aux bons chiffres de l'emploi américain où les dernières inscriptions hebdomdaires au chômage ont continué de baisser sur la semaine écoulée.

Valeurs en hausse

Toutes les valeurs du CAC 40 ont terminé dans le vert. La plus forte hausse de l'indice est revenue à Peugeot qui a enregistré une hausse de 3,77 %.

STMicroelectonics s'est adjugé 3 % après deux séances de baisse. Le groupe a par ailleurs annoncé un partenariat avec Gemalto, le spécialiste des cartes à puces, destiné à développer de solutions pour les applications sans contact.

EADS (+ 1,71 %) a profité de son côté de l'annonce de la restructuration d'une de ses filiales, Cassidian (spécialisée dans la défense et la sécurité). La réorganisation aurait pour objectif une réorientation sur les marchés émergents et permettrait de dégager 400 millions d'euros d'économies.

Après deux séances de baisse, Accor s'est repris de 3,75 % enregistrant à cette occasion la deuxième plus forte hausse du CAC 40.

Hors CAC 40

C'est Ingenico qui s'est démarqué avec une hausse de 7,87 %, enregistrant la plus forte hausse du SBF 120. Le groupe a profité d'une information rapportée par le quotidien Les Echos, selon lequel le groupe français aurait été retenu par Google pour une expérimentation de paiement sans contact (une technologie permettant de payer avec son téléphone portable).

Edenred a finalement terminé sur un gain de 2,83 % après s'êrte apprécié jusqu'à 9,42 % en séance, touchant à cette occasion un nouveau plus haut historique à 22,64 euros. Toujours sujet à des vives spéculations, le titre enregistre sa quatrième séance consécutive de hausse.

Pétrole

De leur coté, les cours du pétrole ont légèrement reculé. A la clôture des marchés, un baril de Brent de la mer du Nord s'échangeait contre 115,07 dollars (- 0,47 %) tandis que le WTI se payait contre 105,23 dollars (- 0,52 %).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :