Profitant d'un flux de nouvelles positives, Sechilienne figure parmi les plus fortes hausses du SRD

 |   |  379  mots
Copyright Reuters
Le titre du producteur d'électricité thermique, photovoltaïque et éolienne est très entouré après plusieurs annonces tant au niveau développement qu'au niveau fiscal.

Séchilienne Sidec profite, ce lundi, d'un flux de nouvelles positives. Outre l'annonce d'un accord pour la signature d'un contrat de 30 ans en Martinique, le producteur d'électricité thermique, photovoltaïque et éolienne a annoncé qu'il bénéficierait de nouveau en 2011 de produits de défiscalisation liés à ses centrales photovoltaïques.

Les investisseurs apprécient. Le titre que se négocie 12 fois les bénéfices estimés pour 2011 par le consensus Factset, gagne 4,24% à 17,07 à la clôture de la Bourse de Paris.

Le producteur indépendant d'électricité a fait savoir dans un communiqué que son résultat brut d'exploitation (Ebitda), à conditions économiques équivalentes, devrait progresser d'au moins 15% cette année, notamment grâce à des produits de défiscalisation à percevoir sur 11,8 mégawatts (MW) d'installations photovoltaïques raccordés avant le 31 mars.

Séchilienne Sidec a également confirmé qu'il visait une croissance de 10% de son Ebitda hors défiscalisation en 2011 et indiqué qu'il mettrait en service près de 70 MW cette année, ce qui représentera une croissance de sa capacité installée consolidée de 16%.

"L'obtention de nouvelles défiscalisations est (...) une bonne nouvelle et devrait entraîner un ajustement à la hausse autour de +20% de notre BPA 2011 et celui du consensus", a estimé dans une note Emmanuel Chevalier, analyste chez CM-CIC securities.

"Malgré un momentum qui reste difficile (pas de nouveaux projets post 2011), nous réitérons notre recommandation à l'achat, le cours actuel ne valorisant selon nous pas les actifs existants", a-t-il ajouté.

Par ailleurs, le groupe a annonce, dans le secteur thermique, que la CRE (Commission de Régulation de l'Energie) vient de donner son accord à la signature d'un contrat de 30 ans de fourniture d'électricité à partir de la future centrale de CCG-2 d'une puissance de 38 MW en Martinique, conçue notamment pour utiliser un large éventail de biomasse et alimenter en vapeur la sucrerie SAEM du Galion.

Ce contrat prévoit le versement d'une prime fixe déterminée sur la base des coûts d'investissements prévisionnels et des coûts fixes de production. Elle est calculée de façon à assurer un taux de rémunération conforme à l'arrêté ministériel du 23 mars 2006. Elle sera notamment assortie d'un système de bonus/malus basé sur la disponibilité de la centrale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :