La Bourse des obligations « corporate » du NYSE Euronext démarre en douceur

 |   |  478  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Lancée en pleine période estivale, la plate-forme d'échanges d'obligations « corporate » du NYSE se met doucement en route. Pour l'instant, entre 50 000 et 100 000 ordres sont traités tous les jours.

« Les volumes des échanges sont encore modestes », tient à préciser d'emblée Nathalie Masset, directeur adjoint des marchés obligataires européens chez NYSE Euronext. Et d'ajouter dans la foulée : « la tendance est à la hausse, mais il est encore tôt pour réaliser un premier bilan ».

En effet, NYSE BondMatch, la plate-forme de négociation d'obligations des entreprises lancée le 11 juillet dernier par NYSE Euronext, doit encore faire ses preuves et répondre aux attentes des émetteurs et des investisseurs. « Nous avons démarré en mode pilote », explique Mme Masset. « L'objectif est de permettre à certains utilisateurs et fournisseurs de finaliser leurs solutions de connexion et d'intermédiation, et de tester les fonctionnalités de la plate-forme », détaille-t-elle. En clair, il s'agit d'affiner les derniers détails techniques du système.

Pour l'instant, elle se dit satisfaite du démarrage de la plate-forme et souligne que des échanges ont été enregistrés dès le premier jour. « Nous attendons une montée en charge progressive des volumes dans les mois à venir », ajoute-elle. A terme, la plate-forme vise à échanger des ordres d'un à cinq millions d'euros, réalisés par de gros investisseurs. En attendant, 1 200 titres d'environ 400 entreprises sont déjà listés sur la plate-forme, qui compte une vingtaine de membres actifs. Pour la plupart, des banques et des brokers.

« Nous recevons entre 50 000 et 100 000 ordres par jour », souligne Mme. Masset, sans préciser pour autant le montant en euros que ces ordres représentent. Un volume de transactions encore très éloigné des niveaux du marché des actions parisiennes. A titre de comparaison, une seule valeur du CAC 40 peut recevoir jusqu'à 540 000 ordres au cours d'une séance chargée, selon l'AMF.

Mais avant de penser en termes de volumes d'échanges, l'objectif de NYSE Euronext est d'apporter plus de transparence et de liquidité au marché secondaire des obligations des entreprises, dominé à 90% par les transactions de gré à gré. Dans ce système, les prix des titres ne sont ni publics ni uniformes, et peuvent changer à chaque nouvelle transaction.

A l'image du marché des actions, les prix des titres listés sur NYSE BondMatch est fixé en fonction de l'offre et la demande. En même temps, les risques de contrepartie sont éliminés car la plate-forme centralise les échanges et la compensation des titres négociés est assurée par LCH.Clearnet SA.

NYSE Euronext travaille en ce moment sur une grille tarifaire future. L'adhésion à la plate-forme ainsi que l'envoi d'ordres sont gratuits et les transactions réalisées sont facturées 0,0075% du nominal échangé.

Mais NYSE BondMatch n'est pas la seule plateforme à vouloir entrer dans le marché des obligations des entreprises. Deux autres projets concurrents ont obtenu le feu vert de l'AMF : Galaxy, proposée par l'américain Trading Screen et une bourse opérée par MTS, une filiale du London Stock Exchange.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :