Deuxième séance de hausse pour la Bourse de Tokyo

 |   |  569  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La Bourse de Tokyo a fini en hausse de 0,98% ce vendredi. De son côté, la Banque du Japon (BoJ) maintient sa politique et met en garde sur la croissance.

La Bourse de Tokyo a fini en hausse de près de 1% vendredi, enchaînant une deuxième séance de progression consécutive à la faveur du retour timide des hedge funds sur le marché, portés par l'espoir que le rebond amorcé va tenir sur le court terme. L'indice Nikkei a gagné 0,98%, 83,60 points à 8.605,62 et le Topix, plus large, a pris 4,69 points (+0,64%) à 741,55.

Les gains enregistrés sur jeudi et vendredi limitent la perte hebdomadaire à 1,1%. Dans des volumes étroits avant les chiffres de l'emploi aux Etats-Unis, prévus plus tard dans la journée, les investisseurs ont continué de parier sur un début de résolution de la crise de la dette dans la zone euro avec le soutien affiché des dirigeants européens au secteur bancaire.

"Même si le marché japonais a affiché une hausse aujourd'hui, c'est juste une réaction aux développements à l'international, comme le soulagement de voir une éventuelle amélioration en Europe (...)", a estimé Koichi Ogawa, gérant de portefeuille chez Daiwa SB Investments. "Personne ne veut prendre des positions importantes avant les chiffres de l'emploi américains en cas de mauvaise surprise et le marché est également dans un mode attentiste afin de voir comment évolue le plan de recapitalisation des banques européennes et celui visant à empêcher la Grèce de faire défaut."

Le titre de l'opérateur de téléphonie mobile Softbank a bondi de 6,5% après que le groupe a dit qu'il appliquerait pour l'iPhone 4S un tarif plus bas que son rival KDDI. Evoluant en contre-tendance, l'action Sony a perdu 3,74% après que des sources ont dit que le groupe d'électronique grand public était en discussions avec Ericsson en vue de racheter la participation du groupe dans leur coentreprise spécialisée dans la fabrication de combinés multimédias.

De son côté,  la Banque du Japon (BoJ) maintient sa politique.  Elle a adopté un ton légèrement plus inquiet ce vendredi au sujet du ralentissement de la croissance à l'étranger mais a laissé sa politique monétaire inchangée. L'institut d'émission s'en est en revanche tenu à son diagnostic d'une économie nippone qui se redresse à un rythme régulier.  "La croissance économique à l'étranger devrait ralentir pour le moment mais restera sur une tendance stable, portée par les économies émergentes", écrit la BoJ dans un communiqué publié après la décision sur les taux.

Comme attendu, la banque centrale japonaise a confirmé par un vote unanime la fourchette de 0,0%-0,1% pour son principal taux directeur. Elle n'a en revanche pas accru son programme de rachats d'actifs. "Même si l'incertitude autour de l'Europe s'est accrue depuis le mois dernier, la BoJ ne semble pas être devenue plus prudente. Elle ne voit sans doute pas les problèmes de l'Europe au centre de son principal scénario", juge Yuichi Kodama, économiste en chef chez Meiji Yasuda Life Insurance.

Par ailleurs, la BoJ a décidé de prolonger de six mois un programme de prêts de 1.000 milliards de yens à destination des banques implantées dans la zone dévastée par le séisme et le tsunami du 11 mars. Ce programme devait s'arrêter à la fin du mois. Au mois d'août, la banque centrale avait assoupli encore davantage sa politique monétaire en renforçant son programme de rachats d'actifs, avant de laisser sa politique inchangée en septembre.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :