Le risque politique fait plonger les Bourses européennes

 |   |  711  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Les doutes émis par Moody's sur la note "triple A" de la France et l'instabilité politique provoquée par la crise de la dette souveraine ont miné l'ensemble des Bourses européennes. De Paris à Francfort, les chutes de cours avoisinent les 3%.

Après avoir perdu près de 5% la semaine dernière et être retombée sous les 3.000 points vendredi - pour la première fois depuis le 5 octobre - la Bourse de Paris a poursuivi sa baisse ce lundi. Les élections espagnoles de ce week-end, qui ont provoqué le départ anticipé de José Luis Zapatero, et les inquiétudes d'un probable blocage sur les négociations au Congrès américain pour réduire les déficits publics ont mis en exergue la montée en puissance du risque politique. A cela se sont ajoutés les doutes émis par Moody's sur le "triple A" français. Dans ce contexte, le CAC 40 a terminé sur un repli de 3,41 % à 2.894,94 points.

Un mouvement généralisé à l'ensemble des places mondiales. A Londres, le FTSE a rendu 2,62%, à Francfort le DAX a plongé de 3,35%. Le FTSE MIB milanais a plié de 4,74% et l'Ibex madrilène de 3,48%. Outre Atlantique, à la mi-séance, le Dow Jones perdait 2,61% tandis que le S&P 500, plus large, lâchait 2,45%.

Un plongeon des marchés qui tient certes de la mise en garde de Moody's sur le "triple A" français en cas de hausse durable des coûts de financement de la France, mais surtout des craintes liées à la crise de la dette qui sévit des deux côtés de l'Atlantique.

Aux Etats-Unis la "super commission" qui doit trouver des économies de 1.200 milliards de dollars semble se diriger droit vers un échec. Et ce alors que la date butoir du 23 novembre s'approche à grand pas. Certes, comme l'indiquait Aurel BGC dans sa note matinale, un blocage n'aurait rien de "dramatique pour les finances publiques, des coupes automatiques vont être mises en place en 2013". Reste que l'exécutif de la première puissance mondiale serait pieds et poings liés, et ce jusqu'aux prochaines élections.

Par ailleurs, l'effet domino de la crise de la dette souveraine en zone euro inquiète de plus en plus les investisseurs et notamment ses conséquences sur la santé de l'économie allemande. «L'Allemagne ne peut rester durablement épargné par la crise en cas "d'effet domino" affectant les "AAA" les plus solides. L'économie allemande reste très sensible à un ralentissement de l'économie européenne » estime en effet Aurel BGC.

Dans ce contexte, la Commission Européenne va de nouveau proposer, mercredi, la création d'euro-obligations. Selon une étude de la commission européenne, "des euro-obligations en lieu et place des emprunts nationaux des différents pays de la zone euro pourraient être la meilleure solution en vue de stabiliser le marché de la dette souveraine". La création d'"obligations de stabilité "permettrait en effet à tous les pays de la zone euro de combler leurs besoins de financement. Ce qui "assurerait le refinancement intégral de tous les Etats membres, quelle que soit la situation de leurs finances publiques nationales". 

Sur le front des valeurs

Dans un contexte de craintes quant à la situation économique de la zone euro, les valeurs cycliques ont tout naturellement préempté la tête des plus fortes baisses, à l'image d'ArcelorMittal (-7,15%), de STMicroelectronics  (6,50%), Schneider Electric (-5,89%), Renalut (-5,72%) ou encore de Vallourec (-5,70%).

La crise de la dette planant toujours sur les marchés, les valeurs financières ont continué de subir de fortes pressions vendeuses. Ainsi Crédit Agricole a rendu 5,51%, Axa 5,06%, BNP Paribas 4,33%, Société Générale 3,93%. Hors CAC, Natixis a lâché 4,15%.

Aucune des composantes de l'indice phare de la place parisienne n'a terminé dans le vert, la meilleure performance revenant à Cap Gemini avec un repli de 0,60 %.

Hors CAC

Soitec a dévissé de 9,35 %, après avoir enfoncé un support technique important à 3,5 euros.

A contre courant du marché, Orpea a gagné 4,90%. Le titre avait chuté de plus de 15% la semaine dernière après l'annonce d'une augmentation de capital de 203 millions d'euros mardi dernier. 

Devise et Pétrole

Sur le marché des changes, la monnaie unique était à la peine face au billet vert. A la clôture des marchés, un euro s'échangeait contre 1,343 dollar (-0,65%). Dans le même temps, les cours de l'or noir étaient mal orientés. Le Baril de brent de la Mer du Nord reculait de 1,44% à 106,01 dollars tandis que celui de WTI perdait 1,82% à 95,89 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/11/2011 à 0:37 :
Ce qui est surprenant c'est que personne ne parle du vrai problème: le déséquilibre des balances commerciales entre les pays de la Zone Euro du aux divergences économiques grandissantes depuis l'introduction de l'Euro.
Les économies, puisque divergentes, deviennent de plus en plus difficiles à coordonner.
Tant que des mesures adéquates ne seront pas décidées et appliquées ces divergences iront en s'aggravant.
Une des conséquences de ces divergences est le cour de change de l'Euro qui pour l'Allemagne devrait tourner autour de 1,70 pour le $-US alors que pour l'Italie et la France ce serait autour de 1,20,- Et je ne parle même pas de la Grèce et du Portugal.
Ce manque de convergences économiques nous conduira à une forme de Zone de libre échanges avec des républiques bananières (Wikipedia: Une république bananière désigne un pays peu développé, dont l'industrie repose typiquement sur la seule production de bananes (Olives dans nôtre cas), et dirigé par une petite ploutocratie autoritaire sujette à renversement.) C'est déjà le cas en Grèce et l'Italie s'y dirige à grand pas. Puisque ces deux pays ne sont plus dirigés par des gouvernements élus.
Ce n'était certainement pas le but de l'UE! En tout cas pas le but avoué.
Réponse de le 22/11/2011 à 6:17 :
Vous avez raison, les menteurs du pouvoir cachent les statistiques des déficits abyssaux de la France avec les pays européens et mondiaux. La désindustrialisation en est la cause, la cause de la désindustrialisation réside dans les actes des traitres de la République dans une guerre économique sans précédent.
a écrit le 21/11/2011 à 22:21 :
Peu importe..... faîtes des euro-bonds et vous hypothéquez l'avenir. Faîtes des impôts sur le travail et vous hypothéquez le présent.

Prenons la grande masse du capital en France par exemple. Prenez la création de richesse depuis 1974 (donc le capital détenu par les Français), prenez le cumul de la dette française depuis 1974, faîtes la soustraction, et vous verrez la richesse produite depuis 37 ans.... Ce que je me tue à dire à mes ainés depuis des années, c'est qu'ils ne sont pas riches, ils ont juste fait des lois pour léguer leurs dettes à leurs enfants et ne pas les payer.... La capacité de la France à produire des richesses est HS depuis 30 ans, certains ont simplement oublié qu'ils avaient de lourdes dettes aux fesses...
a écrit le 21/11/2011 à 21:59 :
Que de mensonges! Que de manipulations! Que d'entourloupes! Comment ne plus douter de la competence des brasseurs d'air qui nous gouvernent! Comment encore croire a un gouvernement qui ne cesse de nous dire que tout va bien? Comment ne plus douter de la mise en place d'un troisieme plan de rigueur? Comment peut-on encore continuer a supporter tous ces menteurs? Il ne faut pas confondre l'euro et la mauvaise gestion de l'euro! On nous a enfume avec la negation et le mepris de la volonte du peuple qui avait majoritairement dit non au traite de constitution europeenne. Sarkozy est passe en force. L'entree de la Grece dans l'euro est la pire des insultes faite aux legitimites des peuples. La mise en place de tous les satellites de Goldman Sachs paracheve tout ce dont on nous gave sur l'europe et l'euro! Il fallait trouver des boucs emissaires bien qu'infrequentables pour faire diversion: Moubarak, Ben Ali, Gbagbo, Kadhafi, Berlusconi.... La dictature des agences de notation a remplace le pouvoir des peuples a disposer d'eux-memes. La democratie est devenue une grosse farce que l'on peut transposer en afrique du nord par le biais de guerres neo-coloniales deguisees en guerres de liberation. Les Egyptions sont passes du reve au cauchemard, les tunisiens ne vont pas tarder a les suivre. A quand le troisieme plan de rigueur? Y a t-il encore quelqu'un pour dire la verite au peuple?
Réponse de le 22/11/2011 à 5:02 :
Allons voir du coté Bleu Marine?
Réponse de le 22/11/2011 à 5:22 :
c'est la même chose, elle ne veut pas le pouvoir et ne l'aura pas.
a écrit le 21/11/2011 à 20:07 :
La creation des eurobons serait un remede pire que le mal. Elle permettrait en effet a nos dirigeants de rculer les prises de mesures necessaires, et de nous endetter un peu plus. Il faut arreter la machine infernale....
a écrit le 21/11/2011 à 18:59 :
Comment ne pas douter aussi des compétences de ceux qui pilotent les ministères de l'économie des finances et du budget en France.
a écrit le 21/11/2011 à 18:02 :
Spéculation boursière = Spéculation des dirigeants = Spéculation des médias = Spéculation des électeurs = Spéculation...
a écrit le 21/11/2011 à 17:54 :
moi j'ai rien senti et ca ne m?empêche pas de dormir. Perso je suis étudiant et j'ai même pas de quoi manger le midi alors les bourses...Quand le prix des matières 1er sera réaliste...on m'appel!
Réponse de le 21/11/2011 à 18:54 :
Je t?achète ton ordinateur un bon prix. Moi je dis ça, c'est pour t'aider...
a écrit le 21/11/2011 à 17:45 :
voilà ça montre que l'euro est une catastrophe, qu'est ce qu'on attend pour y sortir. en + on a mis l'euro contre la volonté du peuple
Réponse de le 21/11/2011 à 18:11 :
oui NRZ693
Réponse de le 21/11/2011 à 18:22 :
Ce n est pas l euro la catastrophe c est le fait qu il n y pas ni jamais eu d' europe : Aucun pouvoir politique , aucune harmonisation sociale et fiscale .
Réponse de le 21/11/2011 à 19:42 :
@ Joli discours
Exact, mais allez harmoniser un smic roumain a 150 euros, un smic grec a 850 euros , un smic francais a 1300 euros et espagnol a 750 euros....

A part harmoniser vers le bas, moi je vois pas.
Réponse de le 21/11/2011 à 20:27 :
Le probleme est bien la Popeye, il n'y a que les politiques qui ne l'ont pas vu, ou se gardent bien de le voir pour ne pas perdre leur poste, ou les elections.
Avant de faire l'euro il fallait consolider l'europe des 9, harmoniser les fiscalités et les lois sociales!! Eux ils ont mis la charrue avant les boeufs, creoyant crééer une zone de libre échange sous les recos indirectes des americains pour faire entrer la Turquie dans l'Europe. Finalement je crois que ces derniers sont aujourd'hui bien content de ne pas en faire partie!
Réponse de le 21/11/2011 à 21:15 :
j ai acceuilli cette devise sans grands prejugés car elle apportait simplication et unité a un grand groupe humain ayant une histoire commune comprehensible et douleureuse surtout et etait porteuse de nombreux ideaux. evidement, rien n'est en phase entre l'Europe des 5, 6 ou 7 qui venaient des s'echarper dans des proportions inconvables pour les moins de 20 ans et encore moins pour les autre jeunesses du monde entier dont l'education scolaire ne doit faire de la WWII un tres grand chapitre.
a écrit le 21/11/2011 à 17:34 :
je ne comprends pas pourquoi l'euro ne baisse pas franchement ?
le dollar monte, la bourse baisse,
Réponse de le 21/11/2011 à 19:44 :
tu va voir, bientôt ton rêve se réaliser, c'est qu'une question de temps... tout est truque a mort afin de du temps, ne l'oublie pas...
Réponse de le 21/11/2011 à 21:07 :
il monte encore tous les jours malgre les nouvelles foudroyantes a son encontre. introduction a 1.10 USD. ce cours devrait pouvoir permettre des echanges honnetes et equilibres sans penaliser trop la valeur du travail entre us/chine/eu.

la valeur du travail et le cours des monnaies me semblent le point crucial -et de frictions- entre les etats.
le trucage est un vaste mot. que des gens tirent les ficelles c'est bien possible et pas nouveau nouveau. mais le chaos ne profitera que temporairement a un tres petit nombre, le temps qu'lil soit identifie.



Réponse de le 21/11/2011 à 21:53 :
Parce que le dollar est encore plus pourri que l'Euro!! Les phares sont braqués sur l'Europe pour laisser dans la pénombre le marasme dans lequel sont plongés les états unis. A croire que le gouvernement américain paie les agences de notations (toutes les 3 américaines)pour frapper sur le gong des notations, à chaque son rendu la cloche européenne se fendille! et nos élus se dispersent en conjectures stériles au lieu de faire des coupes franches dans les depenses des nations et de l'europe!
a écrit le 21/11/2011 à 16:02 :
Quel risque politique? Malheureusement, c'est de certitude dont il faut parler. Incapacité des gouvernants à contrôler les dépenses alors qu'il y a le feu à la maison, qu'il est tout simplement hautement improbable que les pays européens puissent lever 1000 milliards de plus que cette année pour le financement des augmentations de dettes (et alors que l'on durcit les critères pour les banques en terme de capitaux propres, leur rognant les ailes), désindustrialisation massive à coup de prestations sociales, impôts au taquet qui ne peuvent plus apporter réponse, définancialisation en route (haro sur les banques, décidemment sorcières parfaites responsables de tous les maux), déénergisation (avec la prise de décision suicidaire sur le Mox par les futurs gouvernants), oeillères des politiques incapables de présentir qu'il faut une refonte importante de la représentation nationale, et qu'à défaut, le peuple qui ne comprend rien finira dans la rue....). Risque dites-vous? Nous sommes malheureusement à la veille d'une catastrophe nationale!
a écrit le 21/11/2011 à 15:50 :
Les jours qui se suivent montre dans plusieurs domaines que nous sommes gouvernés par des gens qui ne prévoient pas, mais qui subissent.
a écrit le 21/11/2011 à 12:33 :
L'effondrement de l'industrie française génère la désindsutrialisation qui engendre l'implosion de l'économie. L'Etat Français en grande difficultés, et les collectivités locales seront sans ressources pour entretenir les parcs style Versailles dans les moindres petites bourgades, les avenues de Versailles dans les entrées des gandes agglomérations. Les taxes vont devenir énorme pour les ménages qui finiront tous comme en Roumanie, sous des baches et une casquette à la main pour mandier. Bref la misère va s'amplifier.
Réponse de le 21/11/2011 à 21:37 :
Tout ?ait d'accord avec toi!
a écrit le 21/11/2011 à 11:22 :
Ca s'en va et sa revient c'est fait de tout petits rien ...

Attendons que la France soit attaquée par les spéculateurs et la bourse s'envolera à nouveau. N'ayez crainte.

Cela dit lorsqu'un pays est attaqué par les marchés financiers, il semble que le pouvoir en place n'y resiste pas... Pourvu que Berlusconi et Papandréou aient donné des envies à Sarkozy !!
Réponse de le 21/11/2011 à 20:13 :
il y a 20 ans je disais que la france finirai comme le brésil, on est en plein dedans : dette et violence
a écrit le 21/11/2011 à 10:49 :
N'en déplaise à ceux qui ont manqué d'égards à IrmaSachs, celle ci a encore eu raison, elle annonçait en début de semaine dernière le CAC à 2950 vendredi, on y est, et confirmait son pronostic de juillet d'un CAC à 2800 points au mieux et 2500 au pire fin décembre. Rappelons que début avril 2011 alors le CAC oscillait alors autour de 4000 points, elle avait annoncé un CAC à 3300 fin juin, ce qui s'est produit mi-juillet.
Réponse de le 21/11/2011 à 13:11 :
A quand un blog IrmaSachs?
Réponse de le 21/11/2011 à 17:58 :
Olivier delamarche l'annonce depûis bien longtemps!!!
Réponse de le 21/11/2011 à 19:02 :
chaque fois que la bourse chute, je vie une sorte de petit orgasme... j'adore
Réponse de le 21/11/2011 à 19:48 :
je rêve tous les soirs du crash final, je me languis, cela va faire du bien a certains qui ne se croient pas concernés et a l?abri!! pauvre France de moutons, le réveil va être brutal... début 2012 le CAC sera autour de 1500 points et la France n'aura plus son triple A, on prend les paris???
Réponse de le 22/11/2011 à 5:25 :
je m'en fout le CAC 40 est américain

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :