Wall Street plie sous le poids des dettes américaines et européennes

 |   |  304  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les places américaines ont accusé une quatrième séance de baisse. L'indice élargi S&P 500 est nettement repassé sous les 1.200 points, pour la première fois depuis début octobre.

Wall Street entame la semaine dans le rouge. Au delà de la situation en Europe (avec l'avertissement de Moody's sur la note française), les marchés s'inquiètent également d'un probable blocage sur les négociations au Congrès américain pour réduire les déficits publics. Si aucun accord n'est trouvé avant mercredi, les Etats-Unis pourraient subir une nouvelle dégradation de leur note.

A la clôture, le Dow Jones recule de 2,11% à 11.547 points, le S&P 500 abandonne 1,86% à 1.193 points et le Nasdaq perd 1,92% à 2.523 points.

Du côté des valeurs, Gilead Sciences chute de 9,08% à 36,26 dollars. Le groupe pharmaceutique a annoncé lundi avoir conclu le rachat de Pharmaset (+85,44% à 134,76 dollars) pour environ 11 milliards de dollars. Le numéro un mondial des traitements du sida est prêt à débourser 137 dollars par action, soit une prime de 89% sur le cours de clôture de vendredi soir. Il prévoit que l'opération pèsera sur ses résultats jusqu'en 2014.

Pfizer perd 2,92% à 18,96 dollars. Le laboratoire est prêt à débourser plus de 60 millions de dollars pour clore une enquête judiciaire américaine sur des soupçons de corruption dans le cadre de ses activités à l'étranger, rapportait dimanche le Wall Street Journal en citant des sources proches du dossier. Pfizer avait indiqué début novembre être parvenu à un accord de principe avec les régulateurs de la Securities and Exchange Commission (SEC) et le département américain de la Justice.

Chevron recule de 2,27% à 95,66 dollars. Le groupe pétrolier s'est engagé dimanche à nettoyer la marée noire qui touche les eaux brésiliennes depuis le début du mois après un accident dans l'un de ses puits de pétrole offshore. Il a dit avoir réussi à boucher la fuite à l'origine de la pollution, tout en reconnaissant que des résidus subsistent.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :