2011, année de démesure sur les marchés financiers

 |   |  360  mots
Infographie La Tribune
Infographie La Tribune
Rarement les écarts de performance auront été aussi importants. Les belles histoires sont récompensées tandis que les investisseurs délaissent les bancaires.

En 2009, on avait eu la divine surprise du 9 mars, date à partir de laquelle les marchés financiers n'avaient cessé de se reprendre. En 2011, on a eu la douche estivale, période à partir de laquelle les mêmes marchés se sont largement effondrés sans discontinuer. Résultat : dans un climat de défiance générale, la plupart des valeurs, y compris celles présentant des bilans sains et des performances plus que satisfaisantes, ont été emportées dans un vent de panique parfaitement irrationnel, éloignant un peu plus les investisseurs restant intéressés par des actions. Corollaire de ce mouvement, la volatilité, c'est-à-dire, les écarts de performance sur les valeurs, n'a jamais été aussi importante. D'où les forts décalages constatés en cette fin d'année. Décalages au niveau des différents indices (voir La Tribune du 29 décembre) mais aussi parmi les actions.

A cet égard, le palmarès des "tops" et des "flops" de 2011 s'avère riche d'enseignements. D'abord parce qu'il nous permet de voir quels sont les secteurs épargnés et ceux qui, au contraire, ont attiré la foudre des investisseurs. Et là, il est clair que les banques ont largement concentré sur elles le désamour des intervenants boursiers. Ensuite parce que ce classement fait la part belle aux entreprises ayant su mettre en avant des arguments financiers ou commerciaux. En ce sens, on se rassure de voir que les plus belles histoires ainsi que les stratégies les plus prometteuses sont quand même récompensées. Et ce, quels que soient les continents puisque de Shanghai à New York en passant par Paris, Londres ou Lisbonne, on dénote de fortes hausses (+ 191% au mieux sur la Bourse chinoise, + 145% sur le Stoxx 600 européen, + 46% pour le SBF 120 français).

A l'inverse, les "flops" sont tout aussi impressionnants, certaines entreprises ayant quasiment fondu avec des replis allant jusqu'à... 90%.

Les écarts ont atteint des amplitudes exceptionnelles et ont fait de 2011 le millésime de la démesure. Ce que détestent par-dessus tout les investisseurs en actions. Le retour en grâce de cette classe d'actifs sera assurément long et difficile.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/01/2012 à 6:18 :
on voit de +en+ que les capitaux ne sont pas utilisés pour l'entreprise mais pour le profit spéculatif: les promesses de réglementation des marchés du G 20 et les paroles de notre Président???
a écrit le 30/12/2011 à 9:14 :
Et sans surprise la perte du AAA de la France pour la semaine prochaine !
( pour la trêve des confiseurs)
Réponse de le 08/01/2012 à 17:26 :
un peu planté sur ce coup là , non ?
a écrit le 30/12/2011 à 8:43 :
Quand le patrimoine des français ne sera plus constitué que d'immobilier, alors la France sera ruinée.
Réponse de le 30/12/2011 à 13:23 :
Parce que vous trouvez qu'on est riche avec notre deficit public de 1700 milliards à rembourser? La non-dependance à l'emprunt d etat est le gage de notre croissance et developpement futur.... c est pas clair pour tout le monde
Réponse de le 30/12/2011 à 14:58 :
Ne pas oublier les 1300 millards d'assurance vie,
Réponse de le 21/12/2012 à 15:09 :
oui tu à raison mon cher sub

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :