Après l'échec de son mariage, Nyse Euronext se remobilise

 |   |  834  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
L'entreprise de marché va regrouper ses activités de compensation des produits dérivés à Londres. Une nécessité après l'échec de son rapprochement avec Deutsche Börse. Elle se prépare ainsi à attaquer le marché des produits de gré à gré (OTC) promis à un bel avenir.

Après l?échec de son rapprochement avec Deutsche Börse, l?opérateur de marché Nyse Euronext ne chôme pas. D?autant qu?il a un autre fer au feu : la mise en place d?une structure entièrement dédiée aux valeurs moyennes, un récent rapport réclamé par Bercy ayant pointé du doigt les lacunes de l?entreprise américano-européenne en la matière. De même, celle-ci doit-elle gérer la prochaine évolution du tour de table de la chambre de compensation LCH Clearnet qui fait l?objet d?une offre de la part de la Bourse londonienne, le LSE.
Du coup, Nyse Euronext a annoncé son souhait de regrouper toutes ses activités de compensation pour les produits dérivés à Londres, les dérivés représentant un secteur clé pour le groupe. Raison pour laquelle il avait d?ailleurs avancé dans l?idée d?un rapprochement avec Deutsche Börse avec pour objectif de créer un mastodonte dans ce secteur. Mais début février, la Commission européenne a mis fin à ce projet en mettant son veto à la fusion, invoquant un risque de trop grande concentration.

Nyse Euronext possède 9,1% de LCH Clearnet

Contraint de faire cavalier seul, Nyse Euronext a donc décidé de grossir par ses propres moyens. Ce projet de regroupement à Londres va le conduire à cesser sa collaboration avec LCH Clearnet (sauf à Paris) dont il possède encore 9,1%. Il n?est pas sûr, d?ailleurs, qu?il vende sa participation dans le cadre de l?offre du London Stock Exchange.
Il faut savoir qu?une chambre de compensation prend en charge les engagements contractés en Bourse entre deux parties et garantit leur réalisation. Une fonction centrale pour les marchés réglementés et de plus en plus importante sur les marchés de gré à gré puisqu'elles assurent la sécurité des opérations entre vendeurs et acheteurs, jouant en dernier ressort le rôle de fonds de garantie. La compensation de tous les produits dérivés échangés à Amsterdam, Bruxelles, Lisbonne et Paris, actuellement assurée par LCH Clearnet à Paris, sera transférée vers une nouvelle structure à Londres au premier trimestre 2014.

De nouvelles règles de la part des régulateurs

La nouvelle entité, RCH (Recognised Clearing House) nécessitera un investissement de 85 millions de dollars répartis sur les deux prochaines années. Jusqu'à présent, Nyse Euronext fonctionnait avec NyseLiffe Clearing, destinée à intégrer la compensation pour les produits dérivés sur sa plate-forme Liffe à Londres, tout en laissant les activités de garantie et de gestion des défaillances à LCH Clearnet.
Ce regroupement à Londres doit notamment permettre à Nyse Euronext de réaliser des économies de coûts. Economies qu?il a chiffrées à 30 millions de dollars par an. Il n'exclut pas non plus de bénéficier de revenus supplémentaires à partir de 2014, en particulier issus de l'éventuelle compensation de produits échangés de gré à gré. Cette décision est aussi le fait des dernières décisions des régulateurs, lesquels imposent dorénavant un regroupement de toutes les fonctions de compensation sur un seul et même site.
Concernant la compensation des échanges au comptant, comme ceux sur les actions, Nyse Euronext entend négocier un nouvel accord avec LCH Clearnet, l'actuel contrat prenant fin en décembre 2013. Il n?est pas question toutefois de délocaliser cette activité qui demeurera bel et bien à Paris, comme le souhaitent les clients. Il s?en est fallu de peu, toutefois que cette activité ne quitte le sol parisien puisque si le rapprochement avec Deutsche Börse avait été couronné de succès, il était prévu une fusion avec l?allemand Eurex.

La compensation des produits OTC : le marché de l'avenir

Pour Jean de Castries, directeur général d?Equinox Consulting, la décision de Nyse Euronext de se doter d?une chambre de compensation pour les produits dérivés est stratégique compte tenu du potentiel très important que représente la compensation des produits OTC. Pour lui, l?opérateur se positionne ici sur le marché de l?avenir. « Mais le timing de la création de cette nouvelle chambre de compensation est critique », souligne cet expert. Car la structure ne sera pas opérationnelle avant mi 2013, la migration des marchés de Nyse Euronext n?intervenant au plus tôt que début 2014 .

D?ici là, la concurrence ne va pas chômer. A commencer par celle de LCH Clearnet qui, même si elle s?apprête à perdre l?activité générée par Nyse Euronext sur les dérivés, ne va pas ménager ses efforts dans l?immédiat pour compenser ce manque à gagner. D?autant qu?avec l?appui du LSE, les choses devraient aller vite. L?américain ICE, de son côté va lui aussi « pousser les feux » sur cette activité.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :