Les nuages s'accumulent malgré un bel été boursier

 |   |  385  mots
Copyright AFP

L?été se poursuit sur les places boursières, avec des marchés qui tutoient leurs plus hauts annuels. Mais pendant que les marchés grimpent, la sécheresse qui fait ressurgir le spectre d?une crise alimentaire et les tensions géopolitiques avec l?Iran à l?heure où tous les pays cherchent à réduire leurs déficits, pourraient bien gâcher la fête.

VERS UNE NOUVELLE CRISE ALIMENTAIRE ?

La pire sécheresse depuis un demi-siècle qui sévit aux Etats-Unis a provoqué une tension brutale sur les cours mondiaux de céréales. Alors que les récoltes de maïs ont dévissé de 16% Aux Etats-Unis, les prix du maïs quant à eux se sont envolés de 40% depuis le 31 mai.

LA FAUTE A LA METEO

Aux Etats-Unis et en Russie, les deux principaux producteurs mondiaux de céréales, le mercure affiche des températures caniculaires, alors qu?au brésil, les pluies diluviennes menacent les récoltes. Une météo qui promet une récolte désastreuse pour cette année. Résultat, les prix des céréales ont bondi de 6% en un mois. Une flambée des cours qui n?est pas sans rappeler la crise alimentaire de 2008 qui avaient plongé des milliers de personnes dans le dénuement le plus total.

ISRAEL-IRAN : RIEN NE VA PLUS

C?est un marronnier, mais les tensions géopolitiques entre Israël et l?Iran continuent d?alimenter la hausse de l?or noir avec un brent qui est passé de 90$ à 112$ en l?espace de quelques semaines. En cause, la perspective à nouveau relancée de voir Israël lancer une attaque sur les installations nucléaires Iranienne. Les tensions entre les deux pays atteignent leur paroxysme, à tel point que certains observateurs spécialistes du Moyen-Orient n?excluent pas une intervention Israélienne avant les élections présidentielles américaines qui auront lieu en novembre prochain.

L?AUTOMOBILISTE PEUT SE RÉJOUIR DE LA CRISE

La crise économique commence à sérieusement peser sur la demande mondiale de brut. Un contexte international économique qualifié de « médiocre », qui pousse l?AIE, l?Agence Internationale pour l?Energie à réduire nettement sa prévision de demande mondiale pour 2012 et pour 2013. De quoi contenir la flambée de cours de...
Lire la suite

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :