L’aversion au risque fait son retour

 |   |  331  mots
Marc Fiorentino
Marc Fiorentino (Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité économique commentée par Marc Fiorentino...

Le mois dernier, on s'interrogeait de l'étonnante sérénité des marchés face au nombre important de sujets d'inquiétude. La guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, le risque politique italien ou bien la déroute des marchés émergents, et les sanctions à l'encontre de l'Iran ont été autant d'éléments qui glissaient tels de l'eau sur un film protecteur. Et voici que la Turquie est venue rompre un équilibre qui s'est révélé finalement bien précaire sur les marchés.

LA TURQUIE DANS LA TOURMENTE

La livre turque continue sa chute à la vitesse d'un derviche tourneur. Vendredi, elle a lâché près de 20% dans le sillage des déclarations du président Erdogan qui appelle désormais les Turcs à changer leurs devises étrangères ou leur or, en livres, pour participer à l'effort national. Depuis le début de l'année, la devise turque cède plus de 45% à un nouveau record à 7,24 pour un dollar sur fond d'une défiance accrue des marchés vis-à-vis de la politique économique d'Ankara. Recep Erdogan ennemi « autoproclamé des taux d'intérêt » refuse toujours d'avoir recours à une hausse des taux d'intérêt pour contrer une inflation à 16% en juillet. Et la grave crise diplomatique qui a éclaté avec les Etats-Unis après l'affaire du pasteur évangéliste américain, isole encore plus Ankara.

CLOU EN ACIER

Pour enfoncer le clou, Donald Trump a prévu de doubler les droits de douane sur l'acier turc de 25% à 50%. « Leur monnaie, la livre turque, descend rapidement contre notre dollar fort », explique le président américain sur Twitter pour justifier cette décision. Oui, les relations entre les Etats-Unis la Turquie ne sont « pas bonnes en ce moment ». Cela ne fait aucun doute. Cette nouvelle escalade des tensions entre les deux pays pourrait-elle remettre en cause leur alliance au sein de l'Otan ? Rappelons...

Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :