La Bourse de Paris dépasse les 5.400 points, rassurée sur le Brexit

 |   |  458  mots
(Crédits : Euronext)
La Bourse de Paris a clôturé en nette hausse vendredi 15 mars (+1,04%), retrouvant ses niveaux d'octobre 2018 au-dessus 5.400 points, plusieurs bonnes nouvelles macroéconomiques venant conforter dans leur optimisme des investisseurs rassurés sur le Brexit.

L'indice CAC 40 a progressé de 55,54 points à 5.405,32 points, dans un volume d'échanges très élevé de 9,07 milliards d'euros. La veille, la cote parisienne avait terminé en hausse de 0,82%. Au cours de la semaine écoulée, il a gagné 3,33%. Ses gains depuis le 1er janvier s'élèvent à 14,26%. Après une ouverture sans direction, la Bourse de Paris a gagné du terrain.

"De bonnes nouvelles macroéconomiques ont tiré le marché", en ce jour des quatre sorcières marquée par l'arrivée à expiration simultanée de toute une série d'options et de contrats à terme, a noté Philippe Cohen, gérant de Kiplink Finance.

"Le report du Brexit enlève aussi un poids" tandis que les relations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis prennent "une bonne tournure" même si le sommet entre le président américain et son homologue chinois se tient en avril plutôt qu'en mars, ajoute l'expert interrogé par l'AFP.

Les marchés européens immunisés contre le Brexit

Dans la soirée de jeudi, Donald Trump a de nouveau exprimé son optimisme quant à un futur accord commercial avec la Chine, précisant s'attendre à une décision d'ici trois à quatre semaines. Pékin a de son côté adopté vendredi au Parlement une loi censée garantir un traitement équitable aux investisseurs étrangers en Chine.

De plus, la Chine a donné des gages d'action vis-à-vis du ralentissement de la deuxième économie du monde, source d'inquiétudes dans le monde entier. La question du report du Brexit devrait dominer l'agenda du sommet européen des 21 et 22 mars à Bruxelles. Pour l'heure, "le marché a intégré qu'il n'y aura pas de sortie sans accord ni de sortie brutale", a précisé M. Cohen.

La dirigeante conservatrice Theresa May a obtenu de faire voter le Parlement une troisième fois la semaine prochaine sur ce Traité de retrait, fruit d'âpres négociations avec Bruxelles et destiné à mettre en oeuvre une sortie de l'UE en douceur.

Une inflation en hausse dans la zone euro

En matière d'indicateurs européens, l'inflation a progressé en février dans la zone euro à 1,5% contre 1,4% en janvier, selon Eurostat. La Banque de France a estimé que l'économie française résisterait mieux que ses partenaires européens en 2019 et 2020.

Aux Etats-Unis, la croissance de l'activité manufacturière dans la région de New York s'est un peu affaissée en mars, surprenant les analystes qui s'attendaient au contraire à une accélération.

La production industrielle a légèrement augmenté en février, quant à la confiance des consommateurs américains, elle a rebondi plus que prévu au début du mois de mars grâce à un regain d'optimisme des ménages aux bas revenus.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/03/2019 à 22:13 :
Il y a un paradoxe bizarre :

Chaque fois que la bourse augmente de manière phénoménale : le monde va très mal au niveau de la sécurité :
Guerre , crash, massacre de masse ... ( ça c’est se qu’on lit dans les médias, après le reste nous savons)
Réponse de le 17/03/2019 à 22:32 :
Erreur de frappe : (le reste nous saurons jamais, l’information ne passe que par les médias)
Réponse de le 18/03/2019 à 17:22 :
C'est faux, archi faux.
La bourse a baissé après le 11 septembre, le CAC 40 a même été divisé par 2 entre le 11 septembre et l'invasion de l'Irak.
Dès que la corée du nord balance un missile, elle baisse en Asie. Boeing a perdu bcp après les derniers crashs de 737.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :