La Chine pourrait réduire ses achats de bons américains

 |   |  371  mots
(Crédits : Reuters)
Des responsables en charge de la gestion des réserves de change de la Chine ont recommandé, selon l'agence Bloomberg, de ralentir voire de suspendre les achats de titres de dette des Etats-Unis, au profit d'actifs plus rémunérateurs.

Des responsables chinois chargés de la supervision des réserves de change du pays ont recommandé de ralentir ou de suspendre les achats d'emprunts d'Etat américains, rapporte mercredi Bloomberg en citant des sources au fait du dossier.

Si une telle décision se confirmait, elle serait d'importance, la Chine disposant des plus importantes réserves de change au monde tout en étant le premier acheteur d'obligataire américain du monde.

Tensions commerciales

Ces sources font valoir que les bons du Trésor américain sont devenus moins attractifs que d'autres actifs. Elles évoquent également des tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis, sans donner davantage d'explications. Un arrêt d'achats de "Treasuries" aurait un effet sur le dollar.

"Alors que la Fed est en train de mettre un terme à sa plus grande expérimentation dans l'histoire monétaire récente, des vents contraires sont en train de se lever. Un premier signal d'alarme est l'aplatissement très net de la courbe des taux américaine en 2017, un développement à suivre de près en 2018", commente Witold Bahrke, stratégiste chez Nordea Asset Management.

Ces indiscrétions chinoises ont fait grimper les rendements des Treasuries à 10 ans à un pic de 10 mois à 2,593% mercredi (quand le taux d'une obligation monte, la valeur du titre sur le marché diminue), avant de revenir à 2,58%.

Surtout elles perturbent un marché obligataire qui a déjà dû digérer l'annonce mardi par la Banque du Japon de réduire le montant de ses rachats d'obligations d'Etat japonaises de longue échéance. Les annonces de la BoJ ont fait grimper les rendements obligataires au Japon, aux Etats-Unis et dans la zone euro.

Vers un resserrement général des politiques monétaires

Et le mouvement devrait se poursuivre avec le resserrement en cours de la politique monétaire accommodante suivie par la Fed et la BCE.

"Le résultat sera une plus grande volatilité alors que le cycle du crédit américain est en train de changer de direction. Les rendements attendus sur les classes d'actifs traditionnelles devraient être inférieurs à ceux enregistrés en 2017", assure Witold Bahrke.

C'est ce dont s'alarment précisément les responsables chinois en charge des réserves de change du pays.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :