Quand la Chine ralentit

 |   |  379  mots
Marc Fiorentino
Marc Fiorentino (Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité commentée par Marc Fiorentino...

Les chiffres sont tombés ce matin. La croissance chinoise en 2015 n'a été que de 6.9%. C'est le niveau le plus bas depuis 25 ans. Un ralentissement marqué par rapport aux 7.3% de 2014 et surtout par rapport aux 10% de moyenne des périodes d'expansion.

LA RÉVOLUTION ÉCONOMIQUE CHINOISE

On a appris ce matin que la croissance pour le dernier trimestre de 2015 a été de 6.8%. On a donc pour l'année une croissance de 6.9%. Du jamais vu depuis un quart de siècle. Laissons de côté le débat sur la véracité des chiffres. On sait qu'en réalité on tourne plutôt autour d'une croissance réelle de 4%. La grande transition économique chinoise continue : la part des exportations dans le PIB continue à chuter, de 35% en 2007 à un peu plus de 20% aujourd'hui, la consommation des ménages progresse et le secteur des services a absorbé les pertes d'emplois de l'industrie manufacturière. La Chine de 2015 n'a rien à voir avec la Chine de 2007.

UNE TRANSITION RÉUSSIE MAIS INACHEVÉE

De ce point de vue, on peut dire que la transition est réussie.

La révolution culturelle économique progresse de façon spectaculaire. Le problème c'est qu'un virage stratégique majeur comme celui-ci demande 10 à 15 ans et que nous sommes pour l'instant au milieu du gué. La Chine a deux problèmes majeurs liés à la phase économique précédente : un surendettement massif de tous les agents économiques et une surcapacité industrielle totalement inadaptée au ralentissement économique mondial. Sans parler de sa lourdeur administrative. Ces problèmes là ne pourront pas se résoudre rapidement, ce qui signifie que le ralentissement de la croissance chinoise n'est pas terminé. Mais la Chine qui émergera à la fin de ce processus douloureux sera un pays très puissant et dont la croissance sera plus faible mais plus pérenne.

LA CHINE ENTRE PARENTHÈSES

En attendant, l'inquiétude est forte. Et c'est normal. Le krach boursier chinois ne doit cependant pas inquiéter. Il est déconnecté de l'économie. C'est l'explosion d'une bulle spéculative artificiellement créée par le gouvernement pour provoquer un rebond puissant de la Bourse. Que cette bulle explose est...

Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/01/2016 à 12:11 :
Mais à quoi sert pareil raisonnement ? Peut-on accuser un taux de croissance inférieur aux précédents en taisant la temporalité avec l'évolution progressive de la base de calcul ? A quoi sert d'affirmer que 2015 n'a rien à voir avec 2007 ? La même cécité ? que celle qui défend que la situation de l'économie et des bourses en 2015 ou 2016 n'a rien à voir avec la crise de 2007/2008 parce que l'on se trouverait dans une autre économie nouvelle ? Et pourquoi à Davos y en a des puissants qui alertent contre la menace pour l'homme de cette "nouvelle économie" de plus en plus digitalisée ? Qui peut prétendre que ça ne date pas déjà de plusieurs années ? Qui peut nier ou ne pas comprendre que la pérennisation de la cavalerie boursière et monétaire ne fait que continuer depuis des décennies ? Qui ? Des "cavaliers" de l'immédiateté ? Ceux qui sont jeunes et "digitalisés" savent très bien qu'ils scient la branche sur laquelle ils sont assis mais qu'ils ne peuvent pas de tirer une balle dans le pied ou dans la tête ; ils foncent dans le noir vers l'avenir fugitif du progrès technique et verront quoi faire au fur et à mesure. Peut-être l'Orient chinois est-il plus perspicace que l'Occident donneur de leçons.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :