Un courtier norvégien contracte une dette de 100 millions d'euros

 |   |  424  mots
Une série de paris ratés pris sur le marché de l'énergie ont conduit à l'éviction d'Einar Aas.
Une série de paris ratés pris sur le marché de l'énergie ont conduit à l'éviction d'Einar Aas. (Crédits : Reuters)
Les pertes essuyées par le trader norvégien Einar Aas, dues à des prises de position démesurées sur le marché de l'énergie, ont été si conséquentes qu'il a été expulsé du marché. Il laisse derrière lui une ardoise de plus de 100 millions d'euros.

Le chiffre est colossal. Le marché nordique de l'énergie a enregistré sa plus grosse perte de trading depuis dix ans, à hauteur de 100 millions d'euros. Cette bérézina est le fait d'Einar Aas, courtier norvégien. Pourtant dépeint comme un trader d'expérience, ce pilier du marché nordique de l'énergie - où s'échangent des contrats de fournitures d'électricité en Scandinavie et en Allemagne -  a eu les yeux plus gros que le ventre en prenant une position démesurée par rapport à la liquidité du marché.

Lire aussi : Un ex-trader français de Barclays condamné pour fraude sur l'Euribor

Einar Aas pensait que l'écart entre les prix de l'énergie sur les marchés de l'électricité nordique et allemand allait se réduire et avait misé massivement en ce sens. Or, lundi 10 septembre, ces prix ont "fluctué de façon extraordinaire", a expliqué, jeudi 13 septembre, le Nasdaq, l'opérateur gérant les marchés  en question. Ce brutal revirement dans les prix a contraint le courtier à liquider son portefeuille pour faire face à ses engagements vis-à-vis des autres acteurs du marché.

"Lundi, mes 350 derniers millions (de couronnes norvégiennes, 36 millions d'euros) de moyens disponibles ont été transférés. Mercredi soir, tout mon portefeuille a été vendu de force par le Nasdaq, cela a généré une perte personnelle très importante. La suite, c'est soit un accord soit une mise en faillite personnelle", a expliqué M. Aas à un journal norvégien.

Le Nasdaq met la main à la poche

"Lundi, mes 350 derniers millions (de couronnes norvégiennes, 36 millions d'euros) de moyens disponibles ont été transférés", a expliqué M. Aas à un journal norvégien. Mais ni cette manne, pas plus que les titres qu'il avait apporté en garantie ainsi que sa propre contribution au fonds de garantie, n'ont suffit à couvrir la perte.

Ainsi, le trader ne disposait plus des marges requises pour faire face à ses obligations financières et le Nasdaq, constatant qu'il était en défaut de paiement, a dû fermer, mardi 11 septembre, le compte de M. Aas auprès de sa chambre de compensation. Le Nasdaq a également dû prélever des contributions aux autres acteurs de la Bourse, pour plusieurs millions d'euros, et engager 7 millions d'euros de ses fonds propres pour éviter des défauts en chaîne. Ils ont au total dû débourser 114 millions pour couvrir les paris ratés du courtierL'acte de M. Aas n'est pas resté sans conséquences : il a été exclu du marché.

 (Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/09/2018 à 8:04 :
Dans cet environnement de requins, le succès est le seul résultat autorisé. La spéculation est le levier employé par tous, quand ça rapporte on se fait discret quand ça rate on brûle en place publique.
a écrit le 14/09/2018 à 18:02 :
je veux pas etre mechant mais pour ce genre de trucs on peut avoir des strategies moins risquees avec des montages sur options

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :