L'école high tech du ministère de la Défense rejoindra Saclay en 2010

 |   |  388  mots
Le ministre de la Défense Hervé Morin a présenté le 18 juin le projet retenu pour le transfert, prévu en 2012, de l'Ecole nationale supérieure de techniques avancées (ENSTA) sous tutelle de son ministère, sur le campus scientifique du plateau de Saclay.

L'Ecole nationale supérieure de techniques avancées (ENSTA), la grande école  high tech du ministère de la Défense, rejoindra le pôle scientifique du plateau de Saclay en 2012. Ce transfert s'inscrit dans le cadre du regroupement de plusieurs grandes écoles d'ingénieurs sur le campus du plateau de Saclay, afin de constituer à terme un pôle scientifique de niveau mondial. Hervé Morin, le ministre de la Défense, a présenté le 18 juin le projet approuvé depuis juin 2004 du transfert de l'ENSTA, aujourd'hui localisée dans le XV° arrondissement de Paris.

Conçus par les architectes Jean-Baptiste Lacoudre et Hubert Godet, les nouveaux locaux feront appel aux « techniques avancées » qui figurent dans le nom de l'école: chauffage solaire, toitures végétalisées, traitement des eaux pluviales... Début des travaux: 2010. Coût global du projet: 132 millions d'euros.

L'ENSTA ParisTech est de fait membre fondateur du Pôle de recherche et d'enseignement supérieur ParisTech, constitué de 11 grandes écoles d'ingénieurs et d'une grande école de commerce. Le campus du plateau de Saclay accueille d'ores et déjà trois écoles de ParisTech, Polytechnique, HEC Paris et l'Institut d'Optique Graduate School, ainsi que trois des six laboratoires de recherche de l'ENSTA ParisTech.

L'ENSTA, qui forme aujourd'hui 600 étudiants par an toutes formations confondues (cycle ingénieur, mastères spécialisés, doctorat), prévoit d'accueillir 670 étudiants et 180 personnels dans ses nouveaux locaux dès septembre 2012. Dotée de 17% de surfaces d'enseignement et de 42% de surface de recherche supplémentaires, l'école espère être mieux à même d'atteindre ses objectifs: augmenter de 30% le nombre d'ingénieurs diplômés chaque année, de 40% son activité de recherche contractualisée, de 40% ses ressources propres, et renforcer son ouverture internationale.

Elle entend en outre renforcer son identité en se recentrant sur une spécialisation en ingénierie privilégiant les applications à l'énergie et aux transports, qui représentent déjà plus de 50% des domaines applicatifs de l'école. Elle compte également créer avec Polytechnique une dynamique commune pour développer la recherche au profit de l'innovation dans l'industrie et les services. Une halle technologique partagée est enfin prévue avec Agro ParisTech et Mines ParisTech pour conduire, en partenariat avec un industriel, des opérations d'incubation et de validation de procédés technologiques.
 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le regroupement des écoles de ParisTech avance bien rapidement ... Surement poussé par la volonté du petit nicolas de faire un grand pôle d'enseignement à la MIT.. A quand un campus unique pour les paristechniciens ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :