Téléchargez
notre application
Ouvrir

Un général des forces bosniaques condamné à 10 ans de prison pour les crimes de jihadistes étrangers

reuters.com  |   |  326  mots
Un general des forces bosniaques condamne a 10 ans de prison pour les crimes de jihadistes etrangers[reuters.com]
(Crédits : Dado Ruvic)

SARAJEVO (Reuters) - Un tribunal de Sarajevo a condamné vendredi un général des forces bosniaques, Sakib Mahmuljin, à 10 ans de prison pour ne pas avoir empêché ou sanctionné les crimes commis par des jihadistes étrangers contre des prisonniers serbes lors du conflit qui s'est déroulé dans les années 1990.

Des centaines de combattants islamistes sont venus d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient pour soutenir les forces gouvernementales bosniaques, principalement musulmanes, à combattre les Serbes orthodoxes séparatistes et les Croates catholiques pendant la guerre, qui a fait 100.000 morts.

Sakib Mahmuljin, 68 ans, a été condamné à l'issue de cinq années de procès pour ne pas avoir empêché ou puni les meurtres et pour le traitement inhumain des prisonniers de guerre serbes, dont certains étaient blessés ou malades, ainsi que de certains civils serbes, a déclaré le tribunal de Sarajevo.

Dans son jugement, le tribunal a déclaré avoir déterminé que des jihadistes étrangers avaient assassiné 53 prisonniers de guerre serbes entre juillet et octobre 1995, vers la fin du conflit. Pendant cette période, ils ont torturé certains prisonniers et décapité l'un d'entre eux, a-t-il ajouté.

Sakib Mahmuljin, qui commandait le 3e corps de l'armée bosniaque, peut faire appel du verdict.

La guerre a éclaté en 1992 quand les Serbes de Bosnie ont rejeté la proclamation d'indépendance de la Bosnie, qui s'est traduite par l'éclatement de l'ex-Yougoslavie.

Les Serbes de Bosnie ont attaqué des villes et des villages dans tout le pays afin de se constituer un territoire et créer un État exclusivement serbe.

L'accord de paix de Dayton, parrainé par les États-Unis, a mis fin au conflit en décembre 1995 en divisant la Bosnie en deux régions largement autonomes sur une base ethnique.

Après la fin de la guerre, la plupart des islamistes étrangers ont quitté la Bosnie sous la pression des États-Unis.

(Daria Sito-Sucic, version française Kate Entringer, édité par Jean-Michel Bélot)