Téléchargez
notre application
Ouvrir

L'UE va maintenir les restrictions sur les déplacements non-essentiels

reuters.com  |   |  366  mots
L'ue va maintenir les restrictions sur les deplacements non-essentiels[reuters.com]
(Crédits : Johanna Geron)

par Gabriela Baczynska et Sabine Siebold

BRUXELLES/BERLIN (Reuters) - Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne vont convenir en fin de semaine de maintenir les restrictions sur les déplacements non-essentiels à l'intérieur du bloc communautaire, malgré que l'exécutif à Bruxelles a demandé mardi à six pays membres d'alléger les mesures de contrôle aux frontières.

Selon un projet de communiqué pour le sommet en visioconférence des "Vingt-Sept" prévu jeudi et vendredi, que Reuters a pu consulter, les pays membres vont convenir que des restrictions doivent rester en vigueur pour l'ensemble des déplacements non-essentiels à l'intérieur de l'UE car le risque de propagation du coronavirus demeure sérieux et les nouveaux variants posent des défis supplémentaires.

"Des mesures restrictives (concernant) les déplacements non-essentiels pourraient être encore nécessaires pour contenir la propagation du virus", a déclaré le président du Conseil européen, Charles Michel, dans une lettre transmise aux dirigeants des Vingt-Sept en amont de la réunion.

La Commission européenne souhaite une approche coordonnée des mesures aux frontières appliquées par les Etats membres de l'UE. Elle a fait savoir mardi qu'elle avait donné un délai de 10 jours à six pays - Belgique, Danemark, Finlande, Allemagne, Hongrie et Suède - pour justifier leurs restrictions unilatérales, qui sont "allées trop loin" selon le commissaire européen à la Justice, Didier Reynders.

Clément Beaune, le secrétaire d'Etat français chargé des Affaires européens, a déclaré à Reuters que Paris et Berlin s'étaient donnés 48 heures pour coordonner des mesures sanitaires telles qu'un dépistage accru en Moselle, afin d'éviter d'y fermer leur frontière.

Le président français Emmanuel Macron estiment que les frontières internes de l'UE doivent rester ouvertes. Il s'était opposé l'an dernier à Berlin après la décision du gouvernement allemand de fermer ses frontières lors de la première vague de la pandémie.

D'après des sources à Berlin, l'Allemagne souhaite désormais éviter les stricts contrôles frontaliers imposés l'an dernier.

(avec Michel Rose à Paris et Kate Abnett à Bruxelles; version française Jean Terzian)