Téléchargez
notre application
Ouvrir

USA/Chine : Première réunion tendue en Alaska

reuters.com  |   |  539  mots
Usa/chine: premiere reunion tendue en alaska[reuters.com]
(Crédits : Pool New)

par Humeyra Pamuk, Michael Martina et David Brunnstrom

ANCHORAGE, Alaska (Reuters) - Les Etats-Unis et la Chine ont vivement critiqué leurs politiques respectives jeudi, lors de leur première réunion physique à haut niveau ministériel en Alaska.

Lors de ces discussions engagées à Anchorage, qui succèdent à des échanges bilatéraux des autorités américaines avec leurs alliés japonais et sud-coréen, Washington a immédiatement adopté un ton ferme vis-à-vis de Pékin, sans chercher à masquer les divergences entre les deux grandes puissances mondiales.

"Nous discuterons (...) de nos profondes inquiétudes concernant les agissements de la Chine, notamment au Xinjiang, à Hong Kong et à Taïwan, les cyberattaques contre les États-Unis et les mesures de coercition économique contre des alliés", a déclaré le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken à ses homologues chinois lors d'un long échange très inhabituel devant les caméras.

"Chacune de ces actions menace l'ordre basé sur le droit qui préserve la stabilité mondiale", a martelé le secrétaire d'Etat américain.

Le chef de la diplomatie chinoise, Yang Jiechi, a répondu à ces propos par une longue riposte de quinze minutes stigmatisant la démocratie américaine, jugée fragile, les traitements à l'encontre des minorités et critiquant la politique américaine en matière d'affaires étrangères et de commerce.

Le conseiller d'Etat a également accusé les Etats-Unis d'user de leur puissance militaire et de leur suprématie financière pour faire pression sur des pays, et d'abuser du motif de sécurité nationale pour menacer l'avenir du commerce international et inciter certains pays à attaquer la Chine.

Il a déclaré que les droits de l'homme aux Etats-Unis se trouvaient à un plancher, avec des Afro-Américains "massacrés", ajoutant qu'Etats-Unis et Chine feraient mieux de s'occuper chacun de leurs affaires.

Yang Jiechi a ajouté que la région du Xinjiang, Hong Kong et Taiwan étaient des parties indissociables du territoire chinois et que Pékin s'opposait fermement à toute ingérence américaine dans ses affaires internes.

Le chef de la diplomatie chinoise a dit qu'il était nécessaire d'abandonner la "mentalité de Guerre froide" et de confrontation. "Nous espérons ne voir aucune confrontation, aucun conflit, un respect mutuel et une coopération gagnant-gagnant avec les Etats-Unis", a-t-il ajouté.

VIOLATION DU PROTOCOLE

Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison blanche, Jake Sullivan, et d'autres membres de la délégation se sont échangé des notes tout au long du discours du ministre chinois.

À la fin, le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a retenu les journalistes dans la salle pour répondre aux accusations de Pékin.

Les deux parties se sont accusées mutuellement de violer le protocole de la réunion en prenant la parole trop longtemps lors des remarques préliminaires.

"La délégation chinoise (...) semble être arrivée avec l'intention de jouer pour la galerie, en privilégiant la théâtralité et la dramaturgie plutôt que le contenu", a déclaré à la presse le responsable américain, à l'hôtel où se tenait la réunion.

Les discussions entre les deux pays devraient se poursuivre vendredi.

(version française Jean Terzian, Camille Raynaud et Diana Mandiá)