Téléchargez
notre application
Ouvrir

Spéculations autour de SMCP après le défaut obligataire de son actionnaire majoritaire

reuters.com  |   |  276  mots
L'actionnaire majoritaire de smcp fait defaut sur un emprunt obligataire[reuters.com]
(Crédits : Philippe Wojazer)

PARIS (Reuters) - SMCP a annoncé jeudi que son actionnaire majoritaire European TopSoho avait fait défaut sur un emprunt obligataire, alimentant les spéculations sur une évolution du capital du groupe de prêt-à-porter.

European TopSoho n'a pas remboursé l'emprunt obligataire échangeable en actions SMCP d'un montant de 250 millions d'euros à son échéance du 21 septembre 2021, a indiqué SMCP dans un communiqué.

"European TopSoho dispose d'un délai courant jusqu'au 30 septembre 2021 (inclus) pour remédier à ce défaut", ajoute-t-il.

"A la connaissance de SMCP, les actions sous-jacentes à cet emprunt et nanties dans ce cadre représentent 37% du capital social de SMCP", précise encore le groupe.

SMCP assure que cette situation ne remet pas en cause ses propres financements et ses opérations.

European TopSoho, filiale du groupe chinois Shandong Ruyi, détient 53% du capital de SMCP, propriétaire des marques Sandro, Maje et Claudie Pierlot.

European TopSoho et Shandong Ruyi n'étaient pas joignables dans l'immédiat pour un commentaire.

Il semble qu'il y ait une probabilité accrue que Shandong Ruyi ne soit pas en mesure de rembourser l'obligation en espèces et soit donc obligé de payer via des actions, explique Katheryn Parker, analyste chez Jefferies.

Dans ce cas, "SMCP n'aurait plus Shandong Ruyi comme actionnaire majoritaire, ce qui serait positif pour le titre car cela supprimerait l'incertitude d'avoir un actionnaire susceptible de faire défaut", ajoute-t-elle, évoquant la possibilité d'une vente du groupe à un fonds d'investissement ou à un autre acteur du secteur.

A la Bourse de Paris, l'action SMCP grimpait jeudi à 13h32 de 5,59% à 6,415 euros.

(Reportage Blandine Hénault et Sarah Morland, avec la contribution de Mimosa Spencer, édité par Jean-Michel Bélot)