Téléchargez
notre application
Ouvrir

Coronavirus : La Grande-Bretagne n'exclut pas des restrictions alors qu'elle "perd du terrain"

reuters.com  |   |  373  mots
Coronavirus: la grande-bretagne n'exclut pas des restrictions alors qu'elle perd du terrain[reuters.com]
(Crédits : Toby Melville)

par Alistair Smout et Michael Holden

LONDRES (Reuters) - Le ministre britannique de la Santé, Sajid Javid, a résisté mercredi à l'appel des médecins demandant un retour de restrictions sanitaires pour endiguer une nouvelle vague croissante de cas au COVID-19, mais il n'a pas écarté cette hypothèse si la population refuse les offres de vaccination.

La Grande-Bretagne a fait état mardi de 223 décès supplémentaires liés à l'épidémie de coronavirus, un record quotidien depuis mars dernier, tandis que près de 50.000 nouvelles contaminations ont été signalées mercredi - un pic en Europe.

Si le projet du gouvernement est de s'appuyer sur la campagne de vaccination et les traitements contre le COVID-19 pour limiter l'impact de la crise sanitaire cet hiver, plutôt que d'imposer des restrictions ou un confinement, Sajid Javid n'a pas exclu la mise en place d'un "Plan B" avec recours au télétravail et à un pass sanitaire.

Il a appelé les 5 millions de personnes âgées de plus de 16 ans n'étant pas encore vaccinées à remédier à cela, et demandé que ceux concernés par un rappel vaccinal l'acceptent.

"Si nous ne jouons pas notre rôle, en se faisant vacciner, avec les changements de comportement que nous pouvons adopter, il sera plus probable d'avoir des restrictions cet hiver", a dit le ministre de la Santé lors d'une conférence de presse.

"Si un nombre insuffisant de personnes reçoivent leur rappel de vaccin (...), si les gens ne portent pas de masque quand il vaudrait mieux le faire (...), cela va tous nous affecter, et bien sûr rendre plus probable des restrictions supplémentaires", a-t-il ajouté.

Le nombre de nouvelles infections au coronavirus pourrait atteindre quotidiennement le seuil des 100.000, a prévenu Sajid Javid, soulignant que l'épidémie de coronavirus n'était pas terminée et que la Grande-Bretagne perdait du terrain dans ses efforts pour contenir la crise sanitaire avec le déploiement des vaccins.

"Il nous faut maintenir les progrès que nous avons effectués, nous pourrions les perdre si les gens n'acceptent pas les offres de vaccination", a-t-il dit.

(Reportage Alistair Smout et Michael Holden, avec Estelle Shirbon et Andy Bruce; version française Jean Terzian)