Téléchargez
notre application
Ouvrir

Nucléaire iranien : Coordination Etats-Unis-Russie sur les négociations de Vienne

reuters.com  |   |  490  mots

par Humeyra Pamuk et Miranda Murray

WASHINGTON/BERLIN (Reuters) - Les chefs des délégations russe et américaine prenant part aux négociations sur le nucléaire iranien se sont rencontrés mercredi à Vienne, où s'est ouvert lundi un huitième cycle des pourparlers destinés à raviver l'accord de 2015, un objectif pour lequel Washington et Moscou disent être en coordination.

Le négociateur en chef de la Russie, Mikhaïl Oulianov, a déclaré qu'il avait rencontré à deux reprises l'émissaire spécial américain pour l'Iran, Robert Malley, publiant sur Twitter des photos montrant les deux représentants assis de part et d'autre d'une longue table.

Interrogé sur la teneur des échanges, le département d'Etat américain a indiqué qu'il ne divulguait pas les détails de conversations diplomatiques.

"Des consultations et une coordination étroites entre les délégations russe et américaine durant les discussions de Vienne constituent une condition préalable importante pour progresser vers le rétablissement du JCPOA", a écrit Mikhaïl Oulianov en référence au Plan d'action global commun (PAGC, JCPOA en anglais) signé en 2015 par l'Iran, les Etats-Unis, la Russie, la Chine et les "E3" - Allemagne, France, Royaume-Uni.

Séparément, le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken s'est entretenu par téléphone avec ses homologues allemand, français et britannique, ont annoncé ses services. Ils ont discuté notamment de leurs "préoccupations partagées" sur les avancées du programme nucléaire iranien.

Le PAGC, qui encadre les activités nucléaires de l'Iran en échange de la levée des sanctions économiques le visant, a été dénoncé par l'ancien président américain Donald Trump en 2018. Depuis, Téhéran s'affranchit par étapes des termes de l'accord, notamment concernant les limites d'enrichissement d'uranium.

Un nouveau cycle des négociations indirectes visant à ramener l'Iran et les Etats-Unis dans l'accord s'est ouvert lundi à Vienne. Téhéran se focalise désormais sur un seul pan de l'accord, la levée des sanctions économiques, alors même que des voix dénoncent des avancées de son programme nucléaire que le PAGC était destiné à empêcher.

Washington a exprimé mardi sa prudence face aux commentaires optimistes de l'Iran et de la Russie sur l'avancée des discussions, estimant qu'il était encore trop tôt pour dire si Téhéran avait repris les négociations avec un esprit constructif.

D'après un haut représentant américain, le président américain Joe Biden et son homologue russe Vladimir Poutine devraient discuter du nucléaire iranien lors de leur entretien téléphonique prévu jeudi.

"Les Etats-Unis, nos partenaires européens et les Russes sont en coordination assez étroite à Vienne, travaillant ensemble de manière plutôt constructive", a-t-il dit mercredi sous couvert d'anonymat.

(Reportage Miranda Murray à Berlin, Humeyra Pamuk et Trevor Hunnicutt à Washington; version française Matthieu Protard et Jean Terzian)

2 mn