Téléchargez
notre application
Ouvrir

TotalEnergies n'installera pas son nouveau centre de R&D sur le site de Polytechnique

reuters.com  |   |  304  mots
Totalenergies n'installera pas son nouveau centre de r&d sur le site de polytechnique[reuters.com]
(Crédits : Gonzalo Fuentes)

PARIS (Reuters) - TotalEnergies a annoncé vendredi que son nouveau centre de recherche et développement dédié aux nouvelles énergies serait construit à Saclay (Essonne), mais pas sur le campus de l'Ecole polytechnique comme prévu initialement.

Ce projet était contesté par une partie des élèves et anciens élèves de la prestigieuse école d'ingénieurs et avait valu au PDG du groupe une plainte pour conflits d'intérêt.

TotalEnergies explique dans un communiqué que le projet de bâtiment en propre à proximité du campus de Polytechnique "fait l'objet d'un retard important par rapport au calendrier initial et de recours qui vont nécessiter plusieurs années avant de pouvoir être définitivement purgés et permettre sa construction".

Il ajoute avoir décidé de s'installer "comme prévu, sur le plateau de Saclay" mais précise que le nouveau centre, qui réunira plus de 200 chercheurs, s'installera dans des locaux destinés à accueillir des centres d'innovation d'entreprises.

Greenpeace France, Anticor et l'association d'anciens élèves de Polytechnique La Sphinx avaient annoncé en avril dernier avoir déposé plainte contre le PDG du groupe, Patrick Pouyanné, et contre X pour "prise illégale d'intérêts" après le feu vert donné au projet initial par le conseil d'administration de l'école, dont il est membre.

Dans un entretien publié par Les Echos vendredi, le PDG de TotalEnergies a une nouvelle fois nié toute intervention en expliqué que l'installation du centre de recherche avait été décidée avant soin arrivée au conseil d'administration de l'école.

"Pour mettre fin à cette polémique frustrante mais dommageable à notre réputation, nous renonçons au projet de bâtiment à proximité du campus de Polytechnique, tout en maintenant bien sûr les partenariats scientifiques", ajoute-t-il.

(Rédigé par Marc Angrand, édité par Sophie Louet)

2 mn