Téléchargez
notre application
Ouvrir

L'Iran ne veut pas la guerre, assure le commandant des Pasdarans

reuters.com  |   |  327  mots
L'iran ne veut pas la guerre, assure le commandant des pasdarans[reuters.com]
(Crédits : Morteza Nikoubazl)

GENEVE (Reuters) - L'Iran ne veut pas la guerre mais ne la craint pas, a assuré dimanche le commandant des gardiens de la Révolution, alors que le ton ne cesse de monter avec les Etats-Unis.

"Nous ne cherchons pas la guerre, mais elle ne nous effraie pas (...) La différence entre eux et nous, c'est qu'ils en ont peur et n'en pas la volonté nécessaire", a ajouté le général Hossein Salami, cité par les agences de presse iraniennes Fars et Tasnim.

Le ministre iranien des Affaires étrangères avait écarté samedi l'hypothèse d'un conflit armé. "Il n'y aura pas de guerre parce que nous n'en voulons pas et parce que personne n'a l'idée ni l'illusion de pouvoir affronter l'Iran dans la région", a déclaré Mohammad Javad Zarif lors d'une visite en Chine, selon des propos rapportés par l'agence Irna.

Les tensions entre Washington et Téhéran sont à leur comble depuis les actes de "sabotage" qui ont visé quatre navires, le week-end dernier, au large des Emirats arabes unis.

Les 5.200 soldats américains présents en Irak ont été placés en état d'alerte et le département d'Etat a rappelé le lendemain une partie du personnel diplomatique en porte à Bagdad et à Erbil.

Le 6 mai, Washington avait annoncé l'envoi du porte-avions Abraham Lincoln et de son groupe aéronaval dans la région en évoquant des menaces iraniennes, ce que Téhéran a qualifié de "guerre psychologique".

Donald Trump a dénoncé il y a un an l'accord international sur le programme nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015, ouvrant la voie au rétablissement des sanctions américaines levées après son entrée en vigueur. Le président des Etats-Unis fait désormais pression sur Téhéran pour le renégocier, afin de l'étendre à son programme balistique et à son influence dans la région.

(Babak Dehghanpisheh, Jean-Philippe Lefief pour le service français)