Téléchargez
notre application
Ouvrir

Coronavirus : La Belgique assouplit les règles sur le masque et la quarantaine

reuters.com  |   |  293  mots
Coronavirus: la belgique assouplit les regles sur le masque et la quarantaine[reuters.com]
(Crédits : Yves Herman)

BRUXELLES - La Belgique va supprimer à partir du 1er octobre l'obligation du port du masque à l'extérieur et réduire à sept jours la durée de l'isolement des personnes ayant été en contact avec quelqu'un contaminé par le nouveau coronavirus, a annoncé mercredi la Première ministre Sophie Wilmès.

Ces annonces interviennent alors que le pays connaît une forte hausse des cas de contamination et que ses voisins, comme la France, durcissent au contraire leurs mesures.

Sophie Wilmès a elle-même reconnu au cours de sa conférence de presse que "la situation épidémiologique n'évolue pas favorablement".

Le masque, qui doit actuellement être porté à l'extérieur à Bruxelles et dans d'autres villes de Belgique, restera obligatoire dans les commerces, les cinémas, les transports publics et les rues à forte fréquentation.

Le port du masque est important pour tenter de contrôler l'épidémie mais "il est inutile de l'imposer partout et tout le temps", a dit Sophie Wilmès.

D'autres contraintes restent inchangées, telles celle limitant les événements publics à 200 personnes en intérieur et 400 en extérieur.

Les habitants de la Belgique pourront aussi continuer à rencontrer cinq personnes par mois maximum sans distanciation sociale, en dehors des personnes habitant sous le même toit. Ce chiffre pourra toutefois être abaissé en fonction de l'évolution de la crise sanitaire.

Pays de 11 millions d'habitants, la Belgique a enregistré en moyenne 1.374 nouveaux cas quotidiens de contamination au coronavirus au cours des sept derniers jours. Début juillet, ce nombre était d'environ 80.

L'épidémie y a fait 9.955 morts, ce qui, rapporté à la population, est l'un des bilans les plus lourds au monde.

(Marine Strauss et Philip Blenkinsop; version française Bertrand Boucey, édité par Jean-Michel Bélot)