270 milliards d'euros en 2023 : jamais la France n'avait emprunté autant

L'Etat français doit emprunter 270 milliards l'année prochaine pour financer son fonctionnement mais aussi rembourser les intérêts et l'argent déjà emprunté sur les marchés financiers. Or, au-delà du volume de dette, les taux d'intérêt augmentent dans un contexte de durcissement monétaire et emprunter coûte de plus en plus cher.
Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire.
Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire. (Crédits : Reuters)

C'est un montant inédit. L'Etat français compte lever 270 milliards d'euros de dette sur les marchés financiers en 2023. La France dépasse son précédent record de 260 milliards d'euros en 2021 et 2022, d'après un communiqué de l'Agence France Trésor présenté ce lundi.

En 2023, l'Etat doit rassembler 305,5 milliards d'euros pour se financer et financer le coût de ces emprunts, contre 306 en 2022. Si le chiffre est stable, la France ne peut toutefois plus s'appuyer sur la trésorerie de précaution constituée en 2020. La légère réduction du déficit de l'Etat (qui doit être ramené de 172,6 en 2022 à 158,5 milliards d'euros en 2023), est contrebalancée par la nécessité de renouveler de précédents emprunts qui arrivent à échéance en 2023.

Le coût de la dette est de plus en plus élevé

Or, la charge de la dette sur ces nouveaux emprunts s'alourdit, une tendance qui devrait aller en s'aggravant. Les taux d'intérêts, dits « taux souverains » que la France paie à ses créanciers pour leur emprunter de l'argent, sont de plus en plus élevés. Cela s'explique davantage par le durcissement de la politique monétaire des banques centrales, notamment la BCE en Europe et la Fed aux Etats-Unis, que par une crainte des marchés financiers quant à la solvabilité de l'Hexagone.

« En dépit d'un volume de dette très élevé, la France jouit encore d'une forte crédibilité sur les marchés financiers qui ne croient pas du tout à un défaut tricolore. Son gouvernement est stable et elle possède la deuxième économie de la zone euro », résumait l'économiste Eric Dor pour La Tribune.

Surcoût pour les finances publiques

En clair, la France emprunte un volume d'argent de plus en plus important sur les marchés financiers, à un taux de plus en plus fort par rapport à la dernière décennie. La remontée des taux d'intérêts a un impact relativement limité à court-terme. La plupart des obligations d'Etat (prêts souscrits par l'Etat sur les marchés financiers) arrivent à échéance de remboursement au bout de plusieurs années, généralement 10 ans. Mais une fois l'échéance arrivée, une hausse de 1% des taux d'intérêts sur un prêt à 10 ans représente un surcoût de 40 milliards d'euros supplémentaires. Soit l'équivalent du budget annuel des Armées.

Lire aussiHausse des taux de la BCE : la dette française s'alourdit lentement mais sûrement

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 26/09/2022 à 21:18
Signaler
Le socialisme mène a la ruine. Rien de neuf sous le soleil, mais Bruno continue d'aligner les chèques, pas grave c'est les autres qui payent!

le 27/09/2022 à 8:24
Signaler
que la france paye sa dette oui mais elle peut aussi se retourner Contre ceux qui ont signé , et les exproprier y compris les bien hors de france il faut que ces gens assument leur responsabilité

à écrit le 26/09/2022 à 19:41
Signaler
Continuons à dépenser. N'acceptons pas les réformes. Travaillons toujours moins et moins longtemps que nos voisins et concurrents. Continuons à nous endetter pour payer les dépenses courantes en hypothéquant nos enfants. Continuons de vivre au dessus...

le 26/09/2022 à 21:33
Signaler
N'est-ce pas la France placée sous le dogme des monétaristes - présidée par l'ancien banquier Georges Pompidou - qui fera office de précurseur sur le chemin de la libéralisation financière internationale (avant Reagan et Tatcher) en s’interdisant de ...

le 27/09/2022 à 8:33
Signaler
Augmenter les salaires de l'education national oui mais j'usqu'a 25 pour cent ceux qui produise la richesse de la nation c'est a dire la majorité des entreprises prive ne peuvent pas en faire autans la risque de grogne deja fort elever plus la ...

à écrit le 26/09/2022 à 17:23
Signaler
Une bande de guignols Le Maire comme la 1er ministre et son gouvernement ! On embauche des fonctionnaires en sur effectifs à l'absence de réforme, contre partie , d'organisation, idem on augmente généreusement les rémunérations déjà bien supérieure...

à écrit le 26/09/2022 à 17:09
Signaler
c'est cool on paye le quoi qu'il en coute (des fast food qui faisaient moins de 10k de bénefice avant covid) et comme par hasard pendant le covid amènent des papier sur la table de l'état montrant des d'énormes bénéfices antérieurs et demandant donc ...

à écrit le 26/09/2022 à 17:02
Signaler
Avec un tel parcours, notre ministre de l’économie va finir devant les tribunaux pour dilapidation de l’argent public et surendettement répété !!

à écrit le 26/09/2022 à 17:00
Signaler
En France, au sortir de la Seconde guerre mondiale, la forte inflation aurait permis une réduction rapide de la dette publique rapportée au PIB (phénomène bien connu puisque l'inflation rogne la dette en chiffres réels) de 1944 à 1952 où la dette pub...

à écrit le 26/09/2022 à 16:48
Signaler
Le "" quoi qu'il en Coûte"" une catastrophe. Alors, que beaucoup de sociétés, hôteliers, restaurateurs etc pouvaient puiser dans leur réserve après les années fastes.

à écrit le 26/09/2022 à 16:10
Signaler
Réemprunter pour payer des intérêts passés d'une dette ça s'appelle de LA CAVALERIE, c'est interdit et punit par la Loi, mais l'Etat Français n'en n'a que faire, c'est bon pour les particuliers. A plus de 3.000 milliards d'endettement, avec 270 mill...

à écrit le 26/09/2022 à 15:51
Signaler
Se sentent-ils vraiment responsable ou pensent-ils à leur retraite dorée ?

le 26/09/2022 à 16:09
Signaler
Vous pouvez déjà poser la question à la population française qui refuse les économies : santé , retraite, transports etc ….les générations baby-boomers qu on entend pleurnicher sur leur niveau de retraite sont celles qui nous ont mis dans cette sit...

à écrit le 26/09/2022 à 15:25
Signaler
Bravo Bruno tu mène le pays au chaos financier

le 26/09/2022 à 16:10
Signaler
Le politique suit la population .. voir courre après la population…

à écrit le 26/09/2022 à 15:10
Signaler
ce qui etait prevu est en train d'arriver!! les allemands ont hurle quand draghui a fait n'importe quoi avec son argent gratuit! o a tous appris le moral hazard et l'antiselection! ca tombe bien, hollande s'est engoufre dans la breche, n'a fait aucun...

le 26/09/2022 à 16:16
Signaler
Vous évoquez hollande mais vous pouvez citer «  Mitterrand, Chirac, Sarkozy ( le pire et escroc) … pas un budget positif depuis 1975 malgré quelques années d embellies d’économiques ( début 2000) pourquoi? Parce que la majorité des français n en veul...

à écrit le 26/09/2022 à 14:57
Signaler
A combien on arrête.. Cette dette est une garantie pour l'industrie financière privée, le problème est qu'elle devient insupportable pour notre économie. Nous possédons peut être la plus belle des élites, en 40 elle n'a pas évité la guerre et de nos ...

le 26/09/2022 à 17:27
Signaler
@Albert "La dette est une garantie pour l'industrie financière privée" . C'est une évidence, et avec le fait que l'état Français fait bien rentrer les impôts, "l'industrie financière" ne rechignera jamais à prêter à la France. Vous pouvez aussi v...

à écrit le 26/09/2022 à 14:17
Signaler
Bruno, si tu ne sais pas ce qu'est un sur-profit ou super-profit, alors tu ne sais pas ce qu'est une méga/giga dette. Comme pour Kerviel, tu ne voudrais pas rembourser ?

le 26/09/2022 à 22:13
Signaler
Ce n'est pas Bruno le problème. Quand un problème dure depuis plus de 40 ans quelque soit le parti ou l'e ministre en place, le mode commun, c'est bien nous le peuple. C'est bien nous qui poussons au crime par le chantage démocratique. Et que font le...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.