Affaire LSK : DSK visé par une enquête pour escroquerie et abus de biens sociaux

L'ancien président du FMI est dans le collimateur de la brigade financière de la Police Judiciaire depuis juillet, concernant la gestion de son ancienne société d'investissement en faillite, LSK.

2 mn

L'ex-patron du fonds monétaire international est une nouvelle fois dans le viseur de la justice depuis cet été, concernant la gestion de sa société d'investissements LSK.
L'ex-patron du fonds monétaire international est une nouvelle fois dans le viseur de la justice depuis cet été, concernant la gestion de sa société d'investissements LSK. (Crédits : Reuters)

Le parquet de Paris a ouvert le 28 juillet une enquête préliminaire contre Dominique Strauss-Kahn pour escroquerie et abus de biens sociaux en lien avec son ancienne société d'investissement luxembourgeoise en faillite LSK, ont annoncé vendredi 16 octobre France Inter et Le Parisien magazine.

L'ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI) était déjà visé par une plainte déposée le 30 juin par un ex-actionnaire de LSK, Jean-François Ott, "qui a perdu les 500 000 € qu'il avait investis dans le groupe".

Une deuxième plainte déposée

Depuis, "une seconde plainte a été déposée par un ex-banquier macédonien", a précisé France Inter dans son journal de 06h00.

"La première question que devra se poser la brigade financière de la Police Judiciaire de Paris, qui a été saisie de l'affaire, est : comment ont été dilapidés les 100 millions d'euros aujourd'hui réclamés par 156 créanciers de multiples nationalités ?" peut-on lire sur le site de France Inter.

LSK, dont Dominique Strauss-Kahn voulait faire un fonds spéculatif de 2 milliards de dollars, a été déclarée en faillite en novembre 2014, quelques semaines après le suicide à Tel Aviv de son fondateur et dirigeant, Thierry Leyne. DSK avait quitté la présidence de LSK quelques jours avant ce décès.

"Gestion douteuse"

La justice mène des investigations sur la faillite de LSK depuis l'été dernier après la plainte de Jean-François Ott, ancien PDG de la société immobilière luxembourgeoise Orco Property Group.

"DSK a pris la tête d'un groupe à la gestion douteuse. A l'été 2013, soit un mois avant son arrivée, elle affiche déjà une perte de 13 millions d'euros. Sa principale filiale, Assya Luxembourg a du mal à payer ses notes de téléphone, d'électricité, de fournitures de bureau Les salaires seront bientôt versés avec du retard. Quant aux dossiers clients, beaucoup sont incomplets, rangés dans des dossiers papiers, alors que tout devrait être informatisé", indique France Inter et Le Parisien Magazine.

Des "réserves" sur la valeur réelle de LSK

"Plutôt que de placer l'argent des clients sur le marché, Assya Luxembourg outrepasse ses mandats de gestion et l'investit en partie dans des actions "maisons". En clair : elle rachète les titres de ses filiales pour en faire monter artificiellement le cours", a révélé l'enquête journalistique.

Le cabinet Ernst & Young avait émis "des réserves sur la valeur réelle des filiales de LSK. Puis, à l'automne 2013, incapable d'attester de la sincérité des bilans qui lui sont présentés, il démissionne de son mandat de commissaire aux comptes", s'étonnent les journalistes.

(Avec AFP)

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 30/10/2015 à 11:11
Signaler
DSK est accusé par Christian BASANO, expert-comptable, d’être au cœur d’une escroquerie de 23 milliards $ remontant à la guerre du Golfe de 1991 !... Une escroquerie qui a eu lieu lors de l’extinction des puits de pétrole en feu au Koweït en utili...

à écrit le 16/10/2015 à 18:10
Signaler
DSK doit faire peur: si "l'affaire", avec toutes les zones d'ombre qui persistent encore aujourd'hui,du Sofitel est arrivée un an avant la présidentielle de 2012, on nous ressort un épisode facheux de l'ex patron du FMI un an et demi avant celle de ...

à écrit le 16/10/2015 à 17:58
Signaler
Je parie un carambart contre une une demi heure avec une femme de ménage du Novotel de New-York (ou une employée de Dodo la saumure) que ça va finir par un non lieu. Quand on pense que cet incompétent aurait pu devenir Président ça fait peur. Heure...

à écrit le 16/10/2015 à 15:41
Signaler
Socialo-nanisme: l'hologramme improbable qui transformait l'image 3D du nain éthique DSK en géant de la politique française et mondiale va-t-il disparaître sous la lumière crue des projecteurs de véhicules de police ? Les français le sauront en regar...

à écrit le 16/10/2015 à 14:58
Signaler
l'homme des 35H qui nous aplombé notre économie et qu'aucun pays au monde n'a copié l'idée; nommé au FMI avec le soutien de SARKO il fallait un français (pas pour ses compétences) arnaques et mensonges en tous genres !! il n'est vraiment pas bea...

à écrit le 16/10/2015 à 11:16
Signaler
Quand on pense que sa doublure au PS a fait campagne sur le thème "mon ennemi c'est la finance"... et que les français ont bien failli élire cette émule de Madoff...

à écrit le 16/10/2015 à 10:56
Signaler
Et dire qu'il a été à deux doigts d'être élu président avec l'admiration des politiciens de droite et de gauche. Sarkozy l'avait fait nommer directeur du FMI... le PS était à ses pieds. Cela fait peur.

à écrit le 16/10/2015 à 10:18
Signaler
Je ne vois pas de quoi d'autre sont capables ces gens là. Vivement un vrai chef d'entreprise ministre de l'économie pour relancer la France. Oops désolé. J'oubliais que l'incompétence était de mise pour devenir ministre.

le 16/10/2015 à 11:14
Signaler
On a déjà eu : Francis Mer, Thierry Breton. L'establishment a vite fait de rejeter ces corps étrangers.

le 16/10/2015 à 11:56
Signaler
Il est dommage de faire une fixation sur le fait que le ministre de l’économie soit un vrai chef d'entreprise ou pas. A niveau de ses responsabilités et des décisions qu'il a prendre, les parallèles sont assez restreints avec l'activité en entreprise...

à écrit le 16/10/2015 à 8:53
Signaler
Comme les autres affaires : non lieux, DSK est blanc bleu comme toujours, c'est pas lui c'est l'autre.

à écrit le 16/10/2015 à 8:42
Signaler
C'est quand même incroyable cette affaire, on nous a expliqué partout que DSK était un génie de l'économie, il devait monter un fond d'investissement de 2 milliards il n'a réussi qu'a collecter 20 millions (100 fois moins!!) et il a fait faillite en ...

le 16/10/2015 à 11:00
Signaler
Ou alors, l'économie théorique est une escroquerie intellectuelle, et l'économie appliquée une escroquerie financière. ;-)

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.