Après un mois de grève, Philippe mobilise ses troupes avant une semaine décisive

 |   |  641  mots
(Crédits : Reuters)
Lors d'une réunion avec les différents ministres en première ligne sur la réforme des retraites, le Premier ministre a expliqué qu'il voulait "aboutir aussi vite que possible à un compromis avec les partenaires sociaux sur le futur système universel de retraites".

Le gouvernement s'apprête à reprendre l'offensive. Lors d'une rencontre organisée à Matignon ce vendredi matin, Edouard Philippe a réuni une bonne partie de ses troupes avant une semaine qui s'annonce décisive. En présence d'Agnès Buzyn, Muriel Pénicaud, Elisabeth Borne, Jean-Baptiste Djebbari et Laurent Pietraszewski, le Premier ministre a montré sa volonté d'accélérer les discussions tandis que la grève dans les transports joue les prolongations. Alors que le départ du haut commissaire Jean-Paul Delevoye et les polémiques sur le gestionnaire d'actifs Blackrock ne cessent d'alimenter la contestation, le gouvernement pourrait à nouveau se retrouver en difficulté si les débrayages s'amplifient. L'intersyndicale a appelé à de nouvelles manifestations le 9 janvier prochain sur tout le territoire et plusieurs organisations ont affiché leur détermination à poursuivre et intensifier le mouvement.

> Lire aussi : Retraites : qui est le mastodonte BlackRock au coeur de la polémique ?

Une semaine de réunions avec les syndicats

Lors de cette réunion qui n'était pas inscrite à l'agenda officiel, Edouard Philippe a abordé "le nouveau cycle de discussions qui va s'ouvrir la semaine prochaine avec les organisations syndicales". Il a en outre exprimé "son souhait d'aboutir aussi vite que possible à un compromis avec les partenaires sociaux sur le futur système universel de retraite" d'après les services du Premier ministre interrogés par La Tribune.

Mardi matin, le chef du gouvernement doit introduire la réunion de rentrée qui doit se tenir au ministère du Travail en présence de Muriel Pénicaud, Agnès Buzyn, Laurent Pietraszewski,  et Olivier Dussopt. Il a également rappelé que  l'exécutif "a mis avant les fêtes un bon compromis sur la table, qui ne revient pas sur le principe de la suppression des régimes spéciaux mais qui assure un rythme de transition sans brutalité pour les personnels concernés".

> Lire aussi : Retraites : entre détermination et ouverture, le plan de bataille du gouvernement

Des transports perturbés la semaine prochaine

Au cours de cette rencontre, la ministre Elisabeth Borne et le secrétaire d'Etat en charge des transports Jean-Baptiste Djebarri ont fait un point sur la circulation des trains et des métros à Paris. "S'il est en amélioration par rapport à décembre, le trafic demeurera perturbé la semaine prochaine du fait de la mobilisation persistante d'une partie des conducteurs et des aiguilleurs" explique le cabinet du locataire de Matigon.

L'exécutif veut occuper le terrain

Ce vendredi matin, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire et la secrétaire d'Etat Agnès Pannier-Runacher sont allés à la rencontre des commerçant et des artisans de la rue Montorgueil dans le deuxième arrondissement de Paris. L'objectif affiché était de faire "un point d'étape sur l'impact économique des grèves". Bruno Le Maire a estimé d'après des propos rapportés par l'AFP vendredi qu'il fallait "passer à autre chose" en trouvant rapidement "un compromis" sur la réforme des retraites afin de limiter les impacts de la grève, notamment sur les artisans et commerçants en Ile-de-France.

Après cette réunion, plus d'une vingtaine de représentants d'organisations et fédérations professionnelles ont été invitées au ministère de l'Economie. A cette occasion, l'exécutif a pu rappeler qu'il avait mis en place début décembre un certain nombre de dispositifs déjà utilisés lors de la mobilisation des "gilets jaunes". Il s'agit par exemple  des dispositifs de reports de charges sociales et fiscales ou encore "de réactiver des mesures d'étalement fiscales et sociales et de chômage partiel en ciblant dans un premier temps l'Ile-de-France et le secteur du tourisme, particulièrement impactés ces derniers jours" explique Bercy.

> Lire aussi : La grève contre la réforme des retraites bat le record de 1986-87

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/01/2020 à 11:37 :
Philippe , l'exécuteur des basses oeuvres macroniennes !
Qu'il n'attende pas trop de reconnaissance du gourou , il pourra retourner gonfler l'endettement du Havre une fois débarqué !
a écrit le 04/01/2020 à 16:47 :
mobiliser ses troupes ?
16 000 adhérents revendiqués par lrem (donc infiniment moins)
70% des français pas du tout d'accord avec macron
moins de 15% au élections
ils en sont même à ne plus afficher leur logo sur les affiches....
1 décès, 24 yeux crevés, 5 mains arrachées, des centaines de tirs avec armes de guerre sur sa propre population, le dictateur chinois n'a pas réussi une telle boucherie à hong kong ....
Réponse de le 04/01/2020 à 17:26 :
makhno a écrit le 04/01/2020 à 16:47 :

ce que vous écrivez est très JUSTE ;

Les Municipales arrivent, les LREM et les MODEM seront identifiés, MêME lorsqu'ils seront CACHéS DISSIMULES derrière des "sans étiquettes" ou en soutien d'autres partis politiques LR UDI etc ...

Personne ne sera étonné que la LOI DU TALION leur soit réservée, ils la vaudront bien.
Réponse de le 05/01/2020 à 11:40 :
.....pas faux ! Mon maire (Brive) mème s'il n'est pas plus mauvais qu'un autre sera d'office rayé de mes votes (et de beaucoup de proches ! )puisqu'il vient d'etre soutenu par LREM !
a écrit le 04/01/2020 à 11:37 :
La vérité est qu’il n’y a pas de problème de financement des retraites à l’heure actuelle en France, et que les Français ne demandent globalement aucune modification du système en vigueur.
Le fonds de garantie des retraites, mis en place sous Lionel Jospin, allié aux fonds constitués par les différentes catégories professionnelles assurent, en effet, largement la viabilité financière de l’assurance vieillesse telle que nous la connaissons.
En s’attaquant aux retraites, le gouvernement crée un faux problème, tout en mettant sous le boisseau les vrais problèmes, bien réels, que les Français doivent affronter :
– l’appauvrissement massif de la population,
– un chômage structurel de l’ordre de 10 % de la population,
– la désindustrialisation,
– la dégradation des équipements et infrastructures publics,
– le démantèlement des services publics,
– ou encore les guerres incessantes conduites par la France qui occasionnent flux migratoires incontrôlables et drames humains.

Alors même que l’exécutif est très bas dans les sondages d’opinion, la prétendue réforme des retraites apparaît comme socialement injuste et politiquement déraisonnable.

Elle est la preuve que ce n’est pas le gouvernement qui fixe l’agenda politique du pays, mais une force qui lui est supérieure et qui, depuis Bruxelles et Francfort, impose ses volontés au peuple français..
L' essentiel pour la France de demain est de "dé-gopetter" de l' UE de Bruxelles et de ces mesures iniques imposées via la narrative habituelle -au prétexte de réformes- et que la macronie après la hollandie et la sarkozie sont capables d' exécuter courageusement dans le dos des français et évidemment sans leur assentiment..
UPR, Frexit, vite..
Réponse de le 04/01/2020 à 13:29 :
Bravo!
Quand on "met de coté" 150 milliards pour constituer des réserves,effectivement on peut penser qu'il y a vol.

Nous arrivons aussi a une génération qui n'a pas connu le plein emploi,et qui part en retraite avec de sérieuses décotes,les besoins seront moindres,sauf pour la ponction publique.
a écrit le 04/01/2020 à 11:37 :
et où donc?

LREM en tant que parti populaire est une fiction. Après 3 ans d'existence et alors que le parti est au pouvoir, à peine moins de 4% des adhérents ont voté pour la réforme des statuts. Çà fait beaucoup d'indifférents et/ou de déçus.

Les députés sont démoralisés. Ceux qui viennent de la gauche ont le sentiment d'avoir été victime d'une escroquerie morale, ceux de droite craignent pour leur sécurité et tous se préparent à des défaites cuisantes aux prochaines élections.

Les ministres, sur la réforme sont le plus possible aux abonnés absents. Il ne la comprennent pas ou plus, mais ils ont compris qu'elle est hautement impopulaire. Aucun des ministres présents n'ayant d"épaisseur politique, ils ne sont d"aucun soutien pour le gouvernement.

Philippe lui même n'est qu'un ex second couteau de l'UMP, vaguement soutenu par d'ex-collègues qui souhaitent également la fin de la parenthèse Macron.

Philippe est seul et Macron s'est mis en vacances en lui refilant le bébé. Est-ce en anticipation de l'échec annoncé? De la démission de Phillipe?
a écrit le 04/01/2020 à 10:44 :
Nous devons bien en faire le constat, le gouvernement nous inflige un spectacle de désolation ;

La France est plongée, s'enfonce, s'enlise dans le déclin social et économique, accompagné de pagaille à tous les niveaux, sur fond de mensonges dans les promesses verbiagées, de tromperies les statistiques et les chiffres présentés..

Cela dit, le 1er ministre a été nommé alors qu'il n'avait aucune expérience ministérielle,

la seule expérience peu glorieuse de mr Edouard PHILIPPE est d'avoir été "cadre" dans le désastre financier d'AREVA.

L'on comprends mieux ses méthodes brouillonnes qui se traduisent par des désordres et in finé la chienlit.

Le président Macron lui, il a été l'inspirateur de Hollande, puis le Ministre de Valls,

L'on comprends mieux aussi qu'avec son passé politique extrêmement négatif, il ne fallait pas attendre autre chose que le bazar ABSOLU.
a écrit le 04/01/2020 à 10:36 :
tant qu'on aura ce genre de pinson énarque n'ayant jamais travaillé ni galéré lui a été chez AREVA on a vue le résultat il ne peut rien sortir de bon il fat en finir avec cette classe qui détruit tout nos acquis vivement 2022 que tous ces guignols degagent
Réponse de le 04/01/2020 à 10:50 :
Les acquis vont disparaître parce que les français ne sont pas assez courageux et entreprenants, parce que ils n'investissent pas dans l'avenir (et en actions comme toute personne intelligente devrait faire sur le long terme), ils s'attendent trop de la loi et de l'état et ne veulent pas faire d'effort.La France sera donc une colonie asiatique pauperisée. Les gouvernements ne font pas l'économie d'un peuple.
Réponse de le 04/01/2020 à 12:35 :
La particularité de notre France actuelle c'est que nous avons affaire a "un panier percé" (Sans frontières) et que tout ce "french bashing" n'incitera personne a s'y investir!
a écrit le 04/01/2020 à 10:23 :
Le gouvernement "mobilise ses troupes" : c'est donc la guerre. Mais contre qui? Contre le peuple dépositaire du bon sens commun selon Montaigne. Quand la fonction publique cessera-t-elle d'être à contre-sens? Ne doit-elle pas être au service du peuple qui gouverne par la démocratie et le bon sens commun?
a écrit le 04/01/2020 à 9:30 :
Si la "deforme" des retraites est aussi bien pensée que le nouveau cite (moins à moins de contribuables malgrè les annonces) ou les degats du 80km/h (radars hs, autant de morts) il est urgent de stopper ce bidouillage dont nous serons tous victimes perdantes dans 3,5,10,20 ans. Le 9 je ferai greve pour la premiere fois de ma vie à 4 ans (voir plus avec cette loi scelerate) de la retraite.
a écrit le 04/01/2020 à 9:19 :
Le vrai pb des retraites c est qui paye et pour qui, ainsi les français salariés payent pour leurs.aines et aussi pour ceux qui sont retraité via les fonds pensions étranger présent sur les capitalisation françaises. Il y a donc bien une double contribution. Le problème est donc de donner aux fonds de pensions uniquement le dividende associé au capital maintenu et non le rendement pour payer les retraites étrangers. C est une idée simple. On devrait ainsi demander à ces fonds de pension de nous reverser une partie de leur capital suite à la spoliation de fruit du travail des français ces dernières décennies. Car c'est de cela qu il s'agit.
a écrit le 04/01/2020 à 7:16 :
Que Macron arrêt de crée de la pauvreté en Allemagne la retraite parts points à crée de la pauvreté chez les retraités le 4 emm pays le plus riches du monde Macron un instrument des riches ? Macron un président très féodal
a écrit le 04/01/2020 à 7:08 :
On va rire. La suite va etre comique.
a écrit le 03/01/2020 à 22:42 :
néanmoins l obscurité de la réforme précipitée inquiète tous les français!! que nous cache donc le clan
Réponse de le 04/01/2020 à 9:54 :
Il n'y a aucune obscurité et le clan, comme vous dites si bien, ne cache rien: son intention est de baisser les retraites de 30%, comme l'a reconnu Fillon dans une fameuse vidéo, et de diriger l'épargne ainsi dégagée par les plus hauts revenus vers des fonds de pension, lesquels sont déjà à l'affut.
a écrit le 03/01/2020 à 18:39 :
Après un mois de grève, Philippe mobilise ses troupes avant une semaine décisive ...

Jusqu'à maintenant, Philippe et son gouvernement nous ont montré leurs DÉSORDRES, leurs INCOHÉRENCES,

et prennent les Français pour des demeurés, ce qui est purement insultant inadmissible

car enfin,

oser déclarer qu'ils suppriment les régimes "spéciaux"

et EN MÊME TEMPS

annoncer qu'ils acceptent des régimes "spécifiques" et/ou "particuliers".

In finé, nous ne sommes pas communistes ni CGTistes, mais dans ce cas ils ont raison d'exiger l'abandon du projet Delevoye, un projet malsain, de régression ;

Ca va chauffer aux municipales, on va aller causer aux candidats LREM Modem et à ceux qui se présenteront sans étiquettes, tels des sans culottes.
Réponse de le 03/01/2020 à 22:52 :
quel clan solidaire ! qui s accroche comme des berniques !! en Allemagne la retraite par points a appauvri les retraitès l obscurité est donc totale
a écrit le 03/01/2020 à 18:21 :
Philippe devrait dire à Macron de démobiliser la France des GOPE-de-l'UE, là est la seule recette du succès qui est de se détourner au pas de charge de la feuille de route de Bruxelles..

UPR, FREXIT, vite..
a écrit le 03/01/2020 à 18:15 :
Le trafic des Transilien s'améliore nettement, celui des métro aussi, ça sent la fin de partie pour les syndicalistes jusqu'au-boutistes... Qu'ils manifestent donc tous les jours s'ils le veulent : on ne fera pas la différence...
a écrit le 03/01/2020 à 17:45 :
"Philippe mobilise ses troupes"

Sa secte ,plutôt.
Réponse de le 03/01/2020 à 19:02 :
Les vrais sectaires sont ceux qui sont dans le déni perpétuel de la réalité économique, des dettes abyssales, de l'excès des dépenses publiques.....etc etc. et qui en regardant dans le miroir croient tels les chats voir leurs congénères.
Réponse de le 04/01/2020 à 12:59 :
Je pense plutôt que; Le sectaire applique un dogme et le construit a coup de réforme, bref il commence par la fin en éliminant ce qui le contredit!
Les différents Traités jusqu’à celui "de Lisbonne" et, l'euro, sont le dogme et, "vos réalités" en sont issue!
a écrit le 03/01/2020 à 17:36 :
Ils nous gonflent avec les retraites alors qu'ils ne sont déjà pas foutus de nous trouver des bons emplois payés correctement vu que méprisant copieusement la valeur travail, d'en nier la pénibilité à géométrie variable selon les professions étant d'un aveu indiscutable.

Heureusement qu'ils ne sont pas à la tête d’une entreprise sinon elle aurait coulé depuis bien longtemps !
Réponse de le 04/01/2020 à 8:35 :
Pour être bien employé il faut être employable. C'est à dire se former pour être employable dans les secteurs qui en ont besoin (et ce n'est pas ça qui manque). Evidemment, avec un L3 en STAPS, un master en psychologie, un doctorat en sociologie ou autres assignats universitaires... En tout cas faut pas attendre que les bons emplois payés correctement tombent du ciel...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :