Avec le flou sur l'interdiction des chaudières au fioul, le secteur veut encore y croire

 |  | 735 mots
(Crédits : Pixabay.com - TBIT)
A partir de 2022, les Français ne pourraient plus installer chez eux de chaudière à fioul ou charbon, selon une annonce du gouvernement qui veut montrer son engagement suite à la Convention citoyenne pour le climat. Mais les critères restent encore à définir, sans mettre en danger les professionnels du secteur.

Certaines chaudières au fioul échapperont-elles à leur fin annoncée, promise par l'État d'ici à quelques années, au nom de l'environnement ? Les vendeurs de fioul y croient et promettent de développer une version moins polluante, mais le gouvernement se montre sceptique.

La période n'est pas facile pour le secteur. A partir de 2022, les Français ne pourraient plus installer chez eux de chaudière à fioul ou charbon, vient d'annoncer le gouvernement.

"L'information est partie un peu dans tous les sens: il faut la rectifier parce que les gens paniquent, voire s'énervent", regrette auprès de l'AFP Frederic Plan, délégué général de la FF3C, fédération des vendeurs de fioul.

Avec l'interdiction programmée des terrasses chauffées, c'est l'une des mesures les plus emblématiques prises par l'État au nom de la défense de l'environnement, dans le sillage des conclusions rendues voici quelques semaines par la Convention citoyenne pour le climat.

Lire aussi : Convention citoyenne pour le climat : premières mesures au menu du Conseil de défense écologique

Les propositions de ce groupe de citoyens tirés au sort, ont obtenu un vif écho médiatique et politique. Le président de la République Emmanuel Macron a promis d'en reprendre l'essentiel.

Mais, selon les vendeurs de fioul, cet emballement a abouti à caricaturer les intentions du gouvernement, qui ne prévoit en fait pas d'interdiction radicale des chaudières au fioul.

Un certain type de chaudières concerné

Seules "les chaudières de type fioul 100% fossile d'aujourd'hui ne seront plus autorisées en installation neuve", a rapporté M. Plan.

De fait, ce n'est pas l'interdiction même des chaudières à fioul ou charbon qui doit être inscrite dans la loi. Ce que le gouvernement compte empêcher explicitement, c'est d'installer des chaudières qui dépassent un certain seuil de consommation d'énergie.

Or, le monde du fioul travaille depuis plusieurs années à une variante plus écologique de ce carburant: un "biofioul", qui intègre environ un tiers de colza, une énergie renouvelable.

Selon le secteur, il sera donc toujours possible d'installer des chaudières à "biofioul" après l'entrée en vigueur des restrictions gouvernementales dans deux ans.

"Les installations de chaudières utilisant un biocombustible, qui répond aux exigences de la limitation des gaz à effet de serre, seront autorisées", souligne M. Plan.

Il ajoute qu'il est aussi possible de transformer en ce sens les actuelles chaudières à fioul en changeant leur brûleur.

Vers une usine à gaz sur les seuils ?

Ces chaudières vont-elles donc survivre à leur extinction programmée, au prix d'une évolution vers des appareils plus respectueux de l'environnement? Le gouvernement ne l'exclut pas franchement, mais est bien moins enthousiaste que le secteur.

Contacté par l'AFP, le ministère du Logement confirme qu'il est bien question de fixer des seuils de consommation maximaux d'énergie et non d'interdire les chaudières à fioul en tant que telles.

"On ne se concentre pas sur l'appareil, ce qui compte pour nous, ce sont les émissions de CO2", a expliqué le ministère, précisant que ces seuils n'étaient pas encore fixés.

"La filière fioul dit: Je suis capable de faire du carburant en dessous de ces seuils", rapporte-t-il. "Mais on n'a aucune certitude", minimise le ministère. "Pour l'instant, ce n'est pas développé du tout. Nous, on considère que cette possibilité restera plutôt marginale."

Il prévient en tout cas qu'il ne faudra pas pouvoir revenir en arrière. Une éventuelle chaudière à biofioul ne devra pas laisser à son propriétaire la possibilité de l'utiliser avec du fioul classique.

4 millions de foyers concernés

Parallèlement à cette fermeté affichée, le ministère insiste toutefois sur l'aspect progressif de cette interdiction, qui doit toucher à terme de très nombreux Français. Plus de quatre millions se chauffent au fioul, selon l'Insee.

La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, dont dépend le Logement, a ainsi insisté la semaine dernière sur le fait qu'il serait toujours possible de faire réparer sa chaudière à fioul déjà existante, contrairement à ce qu'avait affirmé l'opposante Marine Le Pen.

"Nous ne souhaitons pas interdire les réparations, quelles qu'elles soient", a insisté le ministère du Logement auprès de l'AFP.

Lire aussi : Le plan du gouvernement pour se débarrasser des chaudières au fioul

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/08/2020 à 15:25 :
Heureusement que l'on ne va pas interdire les réparations ! Nous venons d'investir dans une chaudière à condensation qui au final n'est pas très polluante et avec Poemop on fait de belles économies sur notre facture. Nous n'avons pas l'intention de changer prochainement.
a écrit le 03/08/2020 à 17:30 :
Encore une fois signe que l'on méprise les populations rurales qui de ce fait n'ont pas d'accès au gaz de ville beaucoup moins cher que le gaz en citerne faisant préférer le fioul aux utilisateurs puisque toujours moins cher que le gaz livré en camion.

Les gens ne veulent pas de chaudières qui puent par plaisir.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :