Banlieues : Borloo fustige "la désinvolture et la bureaucratisation de Bercy"

 |   |  693  mots
Initiateur de l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) en 2003, Jean-Louis Borloo dénonce aujourd'hui « un gros scandale » : « C'est 40.000 emplois par an, ça n'emmerde personne, et pourtant l'État met seulement trois balles. C'est le plus grand chantier civil de l'histoire... et on a réussi à l'arrêter ! » (Photo : Jean-Louis Borloo ce matin à son arrivée à Matignon)
Initiateur de l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) en 2003, Jean-Louis Borloo dénonce aujourd'hui « un gros scandale » : « C'est 40.000 emplois par an, ça n'emmerde personne, et pourtant l'État met seulement trois balles. C'est le plus grand chantier civil de l'histoire... et on a réussi à l'arrêter ! » (Photo : Jean-Louis Borloo ce matin à son arrivée à Matignon) (Crédits : DR)
En marge de la remise au Premier ministre de son rapport sur les quartiers prioritaires « Vivre ensemble, vivre en grand » , Jean-Louis Borloo a communiqué, ce 26 avril, à quelques journaux, dont "La Tribune", ses trois grandes priorités : créer une grande fondation d'intérêt national, une "Cour d'équité territoriale", et une Académie des leaders.

Drôle de scène à Matignon ce matin du 26 avril 2018. Jean-Louis Borloo, missionné en novembre dernier par le ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard et son secrétaire d'Etat Julien Denormandie, arrive à pied à Matignon pour remettre au Premier ministre Édouard Philippe son rapport sur les quartiers prioritaires de la politique de la ville. Ni accueilli ni raccompagné, l'ancien ministre de Jacques Chirac, tour à tour chargé de la Ville et de la Cohésion sociale entre 2002 et 2007, se livre en toute simplicité et sans langue de bois :

« Je n'ai aucune espèce d'inquiétude. A chaque fois que quelque chose est robuste et pertinent, il n'y a pas de problème. »

"Désinvolture et bureaucratisation de Bercy"


Initiateur de l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) en 2003, Jean-Louis Borloo dénonce aujourd'hui « un gros scandale » :

« C'est 40.000 emplois par an, ça n'emmerde personne, et pourtant l'État met seulement trois balles. C'est le plus grand chantier civil de l'histoire... et on a réussi à l'arrêter ! »

Relancé sur les responsables d'une telle situation, l'éphémère ministre de l'Économie, des Finances et de l'Emploi de Nicolas Sarkozy, du 18 mai au 19 juin 2007, renvoie la balle à ses anciens services, toujours sur le ton de la colère froide :

« Je l'impute à la désinvolture et à la bureaucratisation de Bercy. Ils ont pris le pouvoir. C'est fou ! Ils ont même fait croire qu'on avait mis beaucoup d'argent, alors que ça s'est arrêté sans que personne ne s'en rende compte. Pas une grue n'est arrivée ! »

48 milliards d'euros au programme

Passé le temps de l'amertume, Jean-Louis Borloo dévoile enfin ses pistes pour « Vivre ensemble, vivre en grand » (le titre de son rapport) :

« Je propose une grande fondation d'intérêt national. Les zones rurales et nos quartiers rencontrent les mêmes problématiques. Les "génies parisiens" - et, soit dit en passant, quelques-uns de vos confrères - ont réussi à les opposer, alors que notre sujet, ce sont les quartiers prioritaires et délaissés, tout comme les DOM. »

Et l'ancien ministre de reprendre :

« C'est comme les entreprises qui ne respectent pas les quotas d'apprentissage ! Pareil avec l'agence de services à la personne [créée en 2005, dissoute en 2014, Ndlr]. Il y avait 38 personnes et on l'a aussi arrêtée ! »

Aussi recommande-t-il la création d'une "Cour d'équité territoriale", une nouvelle juridiction qui vérifierait si les politiques publiques donnent des résultats probants, et les sanctionnerait le cas échéant.

Alors que le montant de 48 milliards d'euros commence déjà à circuler dans la presse sans que son étude ne soit encore rendue publique, Jean-Louis Borloo tient à mettre le point sur les "i" :

« Tout est chiffré ! Tu vas regarder ça dans le détail, et tu verras qu'on doit avoir une obligation de moyens ! »

500 élèves par semestre dans les grandes écoles

Avant même une prise de parole, plus officielle, devant l'association d'élus Ville et Banlieue, en fin de journée, l'ancien ministre, en référence à la démission récente de l'édile de Sevran, Stéphane Gatignon, salue « ces maires, ces héros » :

« On parle quand même de 10 millions d'habitants et de la jeunesse disponible », sortant de son sac à idées l'"Académie des leaders".

Le concept de cette Académie : créer « la plus grande école de France », c'est-à-dire une promotion de 500 élèves par semestre sans condition de diplômes, qui serait réservée aux "quartiers" puis à tous les Français qui « bénéficieront des meilleures modules européens » : Sciences-Po, Epitech, HEC ou la Sorbonne.

« Quand de Gaulle lance l'ENA, c'est l'étape de la méritocratie, mais ils sont devenus trop consanguins, trop formatés. Là, les jeunes pourront être stagiaires de l'ENA, ils seront payés 1.700 euros par mois dès qu'ils seront admis, et ils serviront l'État pendant au moins dix ans. »

Ne reste plus qu'à attendre le discours du président de la République, prévu pour fin mai, qui permettra de tirer les conclusions à donner à ce rapport, en apparence fourre-tout, mais à l'image de Jean-Louis Borloo : économique, social et territorial.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/04/2018 à 13:09 :
ces quartiers ne devrais plus exitez, car les grosses entreprises de main d oeuvre alentour ont disparue il Faut reconstruire la ou est le besoin la ou est le travail, ? la formation et pour certain devenue une rante pour certain organismes ;il faut revoir cela et miser sur des formation terciere aussi car ont fait rever les enfants avec des carrieres numerique; artitique ou sportives , cela c est la faute des medias ; il faut des infermieres des medecins des personnes pour les services du troisieme age et meme des commercial et de la securite pour les quartiers avec des educateurs car dans nos quartiers c est devenue la zone le dessert ou pullule les drogues qui ont besoin que l ont socupe d eux aussi car se sont des jeunes malade de la drogue???///un pays qui ne s ocupe pas de ses jeunes n a pas d avenir /// VERITE ///
a écrit le 27/04/2018 à 9:18 :
Un ivrogne qui dépense sans vergogne l argent du contribuable !
C est l armée qu il faut dans les banlieues !!??????
a écrit le 26/04/2018 à 17:55 :
Dès demain, l’Agence France Trésor va allouer 1000 milliards d’euros pour financer la cour d’équité Territoriale et encore 4000 milliards d’euros lundi pour financer le vivre ensemble et la justice social interplanétaire et humaniste dans les quartiers de la République.
Cela se fera aux moyens de BTF et d’OAT émis sur 200 ans et ramènera la dette sur PIB à seulement 2000% fin 2018 avant de refluer autour de 1999% fin 2050.
Gérard Darmanin exclut d’emblée toute hausse d’impôts.
a écrit le 26/04/2018 à 17:30 :
Son plan va aller direct sur une étagère....Macron n'a pas un rond à mettre dans son machin totalement démago....😎
Réponse de le 27/04/2018 à 8:37 :
Bercy c'est Macron... je ne le vois pas se déjuger, au contraire.

Le plan pour les années à venir c'est de continuer la politique de strangulation financière des territoires et des communes, qui sont les acteurs des politiques urbaines.

Un rapport pour rien mais ce n'est pas de la faute à Borloo.
a écrit le 26/04/2018 à 17:08 :
"une nouvelle juridiction qui vérifierait si les politiques publiques donnent des résultats probants, et les sanctionnerait le cas échéant".

Faudrait le faire pour le CICE plutôt.
a écrit le 26/04/2018 à 14:48 :
la politique de l espoir a ses limites ! la communication est sans effet pour le personnage pas tres apprécié
a écrit le 26/04/2018 à 14:36 :
Un plan de plus avec de l'argent qui ne servira qu'à aspirer des centaines de milliers de migrants de plus comme tout les autres avant, et on en refera un autre dans 5/10 ans avec un pays encore plus facturé par le multiculturalisme et encore plus pauvre par la charge encore plus importante d'assistés. En France on croit tjrs que l'argent résout tout les problèmes comme à l'Education Nationale ou le niveau baisse inexorablement alors que son financement est en progression depuis plus de 40 ans avec un des budget les plus élevé au monde par élève.
a écrit le 26/04/2018 à 14:31 :
Nous avons deja 1244 agences d'etat qui ne servent à rien sauf caser les copains mais au budget d'environ 50 M pourquoi en rajouter ??? il faut commencer par faire le menage ,,,,,où sont les promesses MACRON de moderniser l'etat il est deja au pouvoir
depuis un an beaucoup de promesses peu de resultats , et, l'annee prochaine année d'elections!!!!!!!!
a écrit le 26/04/2018 à 14:02 :
Il a fait chaud dernièrement mais ça n’excuse pas.
Borloo devrait suivre les recommandations du gouvernement en matière de lutte contre les boissons fortes.
a écrit le 26/04/2018 à 13:49 :
Après plusieurs rafraîchissements, ils ont trouvé toutes les réponses aux innombrables problèmes des banlieues.
Reste à trouver 500 individus maintenant pour les mettre dans la Borloo Academy et aux contribuables de trinquer.
a écrit le 26/04/2018 à 13:42 :
M. Borloo sait mobiliser autour de grands projets. Il reste un franc tireur ou libre penseur, ce qui présente l'avantage d'une certaine indépendance des diagnostics et solutions. Politiquement cela présente les mêmes avantages et inconvénients que pour le gouvernement actuel, on peut théoriquement recueillir les avis favorables d’une grande part de la population et par la suite être confronté à la fois aux critiques de gauche et de la droite réunies. Il faut espérer que les solutions proposées soient simples à comprendre par tous et tout aussi simples à mettre en œuvre.
Les moyens structurels nécessaires sont énormes et concernent tous les pans de l’économie et du régalien. Sur l’aspect éducation, je suis moins convaincu par le côté « école élitiste ». Alors qu’il existe déjà beaucoup d’exemples de réussite de jeunes des banlieues, en général avec l’éducation nécessaire, comme s’il fallait encore prouver quelque chose, ou les exfiltrer du contexte par nature défavorable. Au point ou en sont certaines villes de banlieue c’est l’ensemble qui est à revoir, en extraire et valoriser quelques cas exemplaires risque de ne pas être suffisant pour tirer ou attirer l’ensemble.
Comment déterminer précisément les actions et les budgets est justement le problème majeur. Pour exemple, comment s’assurer que les moyens mis dans les écoles ou dans les effectifs de police soient supérieurs à ceux de banlieues favorisées ? Il y a à la fois risque de saupoudrage comme d’un ciblage trop catégoriel. Ou trop succinct, ce qui engendre par la suite un « à quoi bon ? », suivi par un N ieme plan…
Cela pourrait aussi être un laboratoire pour expérimenter de nouvelles organisations sociétales, puisque le problème se pose partout dans le monde. Ce qui est gênant en France c’est qu’on a l’impression que cela empire, alors que d’autres ont en partie résolu les problèmes.
Puisque le problème n’est pas nouveau, il faudrait comparer les statistiques : http://www.persee.fr/doc/estat_0336-1454_1982_num_150_1_4697

Si ce n’est par reconnaissance, au moins par politesse, j’espère que l’on aura pris la peine de consulter les gens qui œuvrent depuis des années sur place et qui en général ne sont pas eux mêmes bien considérés.
a écrit le 26/04/2018 à 13:36 :
Alors il va falloir sacrément relever le smic et les salaires dans le privé ainsi que le traitement de tous les fonctionnaires.
Ce plan est totalement délirant.
Allez, retour au bistrot pour le peaufiner non ?
a écrit le 26/04/2018 à 13:25 :
t'as un pays en faillite ou presque, et donc la mesure qui va sauver tt le monde c'est 48 milliards de depenses supplementaires ' payees par personne via un pret bce rembourse par les allemands donc par personne'............poser un diagnostique, c'est bien, on apprend ca a l'ecole...... trouver des solutions c'est plus dur, vu qu'il faut faire avec les contingences!!! remarquez, vendre du reve du flan et du pipeau, la france connait, elle a eu ca a sa tete jusqu'en 2017
a écrit le 26/04/2018 à 13:19 :
Le tonneau des danaïdes avec son 'vieux gourou',commençons par rétablir la loi républicaine, pour ceux qui incendient les écoles, ouvrent les bouches à incendie,arrêtons de faire prendre en charge par la collectivité les fonctions dévolues aux parents, arrêtons aussi de faire rentrer en France des populations de migrants économiques à faibles niveaux de qualifications, assistés sociales qui finiront pour la plupart dans ces quartiers déjà saturés et ne rénovons qu'une fois l'ordre républicain rétablie.
a écrit le 26/04/2018 à 13:19 :
Le tonneau des danaïdes avec son 'vieux gourou',commençons par rétablir la loi républicaine, pour ceux qui incendient les écoles, ouvrent les bouches à incendie,arrêtons de faire prendre en charge par la collectivité les fonctions dévolues aux parents, arrêtons aussi de faire rentrer en France des populations de migrants économiques à faibles niveaux de qualifications, assistés sociales qui finiront pour la plupart dans ces quartiers déjà saturés et ne rénovons qu'une fois l'ordre républicain rétablie.
a écrit le 26/04/2018 à 13:18 :
Bonjour

Avec l’ère numérique, les populations sont incitées à la mobilité ( travail, éducation...)
Est ce que ce projet est utile ?
Réponse de le 26/04/2018 à 14:19 :
Une étude de l'Insee montre qu'une hausse de 10 points de la densité de propriétaires dans une zone géographique donnée se traduit par une augmentation du taux de chômage de 0,6 point. Car elle rend plus difficile l'installation de nouveaux travailleurs.

https://www.lesechos.fr/economie-france/conjoncture/0301590954094-le-nombre-de-proprietaires-influe-sur-le-taux-de-chomage-2170796.php
a écrit le 26/04/2018 à 13:16 :
Bonjour

Le seul obstacle à ce projet c’est le mouvement mental qui a pris vie il y a à peu près plus de quatre ans dans le mental des gens : c’est l’incitation à la mobilité ...
Les gens n’hésitent plus à bouger avec l’ère numérique

Ce projet est ce que ça vaut la peine et est ce dans l’intérêt des «  masses » ?



a écrit le 26/04/2018 à 13:14 :
;borlo :doit faire le tour des maires des banlieux chaude afin de voir se ce que les maires on besoins; deja deja leurs faire confiance a ces maires en leurs donnent les moyens e leurs politique d insertion de faire des emplois bien renumerez comme educateurs puis des emplois comme jardinier ou entretient des villes dans les banlieux ils ont du travail car les jeunes apres leurs teufs du soir laisse les quartiers tres sale ;il faut aussi detruire des vieux batiment non recuperable en entretient EN VERITE il faut degrossir ces quartiers ou s entasse toute la misere du monde, chomeurs drogues personne ages et AUTRESpauvres casse de la vie ;MAIS LE PLUS INPORTANT C EST RECREES DES EMPLOIES DE PROXIMITE AFIN QUE LA MISERE SOIT MOINS DUR ils y a des jeunes bien forme en banlieux mais la mefiance des entrepreneurs envers eux existe encore??? la capacite d un homme tien dans sa capacite de donner et non de recevoir///ALBERT CAMUS///
Réponse de le 26/04/2018 à 13:33 :
@vérité

Le social en France est illusoire .
Il y a un débat sur l’immigration qui se fait en ce moment même peut être un référendum.
Il faut arrêter le double langue : chacun doit faire une prise de conscience des droits et des devoirs.
Il y a des jeunes bien éduqués c’est vrai mais dans les quartiers c’est plus de 20% de chômage que dans d’autres quartiers ( autour des banlieues ou le mètre carré est plus cher)

Il est impossible de changer cette mentalité en France et dire que ça va changer : c’est un mensonge.

Le conseil : pas hésiter à bouger et ne plus faire confiance,c’est comme ça

L’abandon ne date pas de hier ça a commencé avec M Valéry Giscard quand il a déplacé les immigrés des dortoirs ( HLM) pour éviter la mixité et l’évolution des nouveaux arrivants, toujours la droite.

Je pense qu’il faut accepter cette réalité, le fait que l’intégration n’existe pas vraiment dans la tête des gens de droite

Gauche aussi mais eux ils sont moins «  clairs » avec ça
Pour moi ils sont plus dangereux car c’est l’illusion et ça débloque le mental des gens.

Quand on ne veut pas d’autres gens , on laisse plus de choix à ces gens.

Le pire c’est l’hypocrisie et la haine cachées ou ouvertement...

La démocratie accepte les réalités apparemment de haine et d’hypocrisie


La preuve : l’existence des extrêmes.
Réponse de le 26/04/2018 à 20:40 :
@citoyen ordinaire:::SI L HOMME ECHOUE A CONSILIEZ JUSTICE ET LIBERTE ALORS IL ECHOUE TOUS /// ALBERT CAMUS /// OUIL NEST AU MONDE D AUSSI PUISSANT QU NE IDDE DONT L HEURE ST VENUE /// VIcTOR HUGO ///
Réponse de le 26/04/2018 à 20:43 :
@citoyen ordinaire:::SI L HOMME ECHOUE A CONSILIEZ JUSTICE ET LIBERTE ALORS IL ECHOUE TOUS /// ALBERT CAMUS /// OU IL N EST RIEN AU MONDE D AUSSI PUISSANT QU UNE IDEE DONT L HEURE EST VENUE /// VICTOR HUGO ///
a écrit le 26/04/2018 à 12:58 :
Un gars qui a électrifié l’Afrique en deux ans ne fera qu’une bouchée des « quartiers ».
a écrit le 26/04/2018 à 12:51 :
c´est si facile d´avoir des idées avec l´argent des autres...
5 milliards? pas assez...
comme je n´habite plus en france, je dirais 500 milliards.... quand on n´aime , on ne compte pas....
les 45% de contribuables qui paient encore l´IR peuvent payer.... ahah
tiens une idée en ayant lu un autre article:

"Le gouvernement réfute tout projet de création d'une nouvelle taxe, mais envisage de demander une éco-contribution"

appelez cela une éco-contribution... en language novlange, cela passera au lieu d´appeler cela un impot...
a écrit le 26/04/2018 à 12:18 :
JE pense que l'on peut faire confiance à Borloo pour pas trop faire n'importe quoi, d'autant que c'est un domaine qu'il maitrise.

"Je l'impute à la désinvolture et à la bureaucratisation de Bercy. Ils ont pris le pouvoir. C'est fou ! "

No comment

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :