Black Friday, Noël : rouvrir le 27 novembre est une question de vie ou de mort, alertent les commerçants

 |  | 802 mots
Lecture 4 min.
Les appels se sont multipliés ces derniers jours pour une réouverture des commerces dits non-essentiels dès le 27 novembre.
Les appels se sont multipliés ces derniers jours pour une réouverture des commerces dits "non-essentiels" dès le 27 novembre. (Crédits : Reuters)
Dans une lettre adressée à Emmanuel Macron et rendue publique ce mardi, le Conseil du Commerce de France, qui regroupe une trentaine de fédérations professionnelles du commerce, appelle à l'aide. Il faut, demande l'organisation, que les commerces puissent rouvrir dès le 27 novembre - date du Black Friday - afin de permettre aux Français d'effectuer leurs achats pour les fêtes de fin d'année. Sans ça, les commerçants vont vers une "mort certaine", prévient William Koeberlé, le président du CDCF. Le gouvernement prendra sa décision la semaine prochaine.

[Article publié le 17/11/2020 à 8h17, mis à jour le 17/11/2020 à 8h58]

"Ouvrir ou nous faire mourir, nous vous demandons Monsieur le Président de choisir!": l'association de fédérations de commerçants Conseil du Commerce de France (CDCF) a demandé à rouvrir dès le 27 novembre, dans une lettre à Emmanuel Macron dont l'AFP a eu copie ce mardi.

"Ce n'est pas une complainte de plus, ni une démarche à vocation institutionnelle, qui motivent aujourd'hui ce courrier", écrit le président du CDCF William Koeberlé. "C'est, ni plus, ni moins, la mort proche, certaine, de centaines de nos commerçants et de certaines filières, impactés de plein fouet par l'arrêt de leurs activités."

"Nous avons besoin d'ouvrir pour commercer. Nous avons aussi besoin de visibilité pour nous organiser. Nous vous demandons une réouverture pour tous, dès le 27 novembre", écrit-il encore. "Autoriser les Français à disposer d'un week-end de plus pour réaliser leurs achats de Noël permettra de diluer les flux à l'approche des fêtes de fin d'année et de sauver une partie de l'activité commerciale".

"Mort certaine"

Parmi les adhérents du Conseil du Commerce de France, se trouvent le Conseil national des centres commerciaux (CNCC), la Fédération du commerce et de la distribution (FCD), des commerces spécialistes des jouets et des produits de l'enfant (FCJPE), des détaillants en chaussures (FDCF), des enseignes de l'habillement (FEH), du e-commerce et vente à distance (FEVAD) ou encore des magasins de bricolage et de l'aménagement de la maison (FMB).

"Sans une réouverture des commerces c'est la mort certaine de nos commerçants", écrit encore William Koeberlé. "Ils ont des stocks considérables pour répondre aux besoins des consommateurs en cette période de Noël et sans chiffre d'affaires, ils ne pourront pas les payer. Mis en péril, ils devront fermer leur boutique et licencier leur personnel."

Les appels se sont multipliés ces derniers jours pour une réouverture des commerces dits "non-essentiels" dès le 27 novembre, date du "Black Friday", parfois l'un des moments les plus importants de l'année pour les commerces physiques, "comme un samedi d'avant-Noël", expliquait lundi soir à l'AFP le délégué général de la FCD, Jacques Creyssel.

> Lire aussi : E-commerce : les commerçants demandent d'interdire le Black Friday 2020

Le Premier ministre Jean Castex avait donné la perspective d'une réouverture de certains commerces à compter du 1er décembre "si les données sanitaires le permettent" et sous réserve d'un "protocole renforcé", et Matignon a rappelé lundi soir que "les indicateurs épidémiques restent notre boussole". "Ce n'est pas parce qu'il y a une opération commerciale qu'on va changer notre philosophie."

Une décision la semaine prochaine, promet le gouvernement

Le gouvernement tranchera "la semaine prochaine" sur la possibilité d'une réouverture des petits commerces pour le Black Friday, décision qui dépendra de la situation sanitaire, a indiqué ce mardi le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.

Le gouvernement prévoit pour l'instant la possibilité d'une réouverture au 1er décembre, si l'épidémie de Covid-19 continue d'évoluer favorablement.

Interrogé sur France 2 sur les demandes pressantes de commerçants, soutenus par des élus, en faveur d'une réouverture dès le 27 novembre, M. Attal a indiqué que "la décision sera prise courant de la semaine prochaine".

"Aujourd'hui l'objectif c'est le 1er décembre mais évidemment s'il y a de très bonnes nouvelles, que la situation continue de s'accélérer de manière positive, évidemment on fera au mieux pour que les commerçants puissent travailler. Notre souhait c'est que les commerçants puissent rouvrir le plus rapidement possible", a-t-il dit.

Quant aux restaurateurs, le gouvernement leur donnera "des perspectives au début du mois de décembre", mais il n'y a pour l'instant "pas de décision prise sur le calendrier", a indiqué M. Attal.

Il a toutefois souligné que la situation sanitaire "reste grave", avec "toujours plus de patients à l'hôpital aujourd'hui qu'au moment du pic de la première vague", et que si "un début de stabilisation" est observé à l'hôpital, ce n'est pas encore "une décrue".

Le porte-parole a rappelé que les commerçants pouvaient en attendant bénéficier d'une aide jusqu'à 10.000 euros pour compenser la perte de chiffre d'affaires en novembre, qu'ils pourront la demander "tout début décembre" et se la verront versée "dans les jours qui suivent".

___

> Lire aussi : notre dossier spécial sur la riposte du petit commerce

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/11/2020 à 17:58 :
Des commerçants, des restaurateurs, qui roulent en véhicules haut de gamme 4X4 prémium, qui possèdent un beau patrimoine et qui parlent aujourd'hui de vie ou de mort.
Exemple: à la T.V un commerçant vient de rentrer un stock de vêtement pour 600.000 euros qu'il doit écouler avant la fin de l'année et qui crie au secours. De qui se moque t'on? Des riches restaurateurs se plaignent aussi alors qu'ils sont à la tête d'une fortune!
A partir de quels instants on demandera leur patrimoine accumulé pendant les bonnes années de ces dernières décennies, avant de leur attribuer quoi que ce soit!
Pourquoi ne demandent t'ils pas aux pharmaciens, boulangers, bouchers, qui actuellement bénéficie de tout.
a écrit le 17/11/2020 à 9:07 :
ca va pas reouvrir, et va y avoir des morts...
beaucoup
les ecolos hurleront que c'est genial, plus de magasins en ville, c'est plus de pollution qui tue le climat
et puis ils iront manifester pour que l'etat donne de l'argent pour redynamiser les centres villes ou y a plus de commerces mais ou il sera interdit de venir pour ne pas tuer le climat
a écrit le 17/11/2020 à 9:00 :
Vraiment, chez amazon ils exagerent a faire fermer les petits commerces

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :