Coronavirus : plus de 52.000 nouvelles contaminations en 24H en France

 |  | 276 mots
Lecture 1 min.
Depuis vendredi soir à minuit, 54 départements, ainsi que la Polynésie française, soit 46 millions de Français, sont désormais concernés par des mesures de couvre-feu destinées à contenir la deuxième vague de l'épidémie.
Depuis vendredi soir à minuit, 54 départements, ainsi que la Polynésie française, soit 46 millions de Français, sont désormais concernés par des mesures de couvre-feu destinées à contenir la deuxième vague de l'épidémie. (Crédits : Stephane Mahe)
La seconde vague est bien là, le nombre de contaminations ne cesse de progresser de jour en jour (+6.600 depuis hier) et dans les hôpitaux la situation est "critique" selon les médecins hospitaliers.

L'agence Santé publique France a fait état dimanche d'un record de 52.000 nouvelles contaminations dues au coronavirus en 24 heures, soit près de 6.600 de plus que le précédent record qui datait de la veille (45.422).

Le nombre de patients hospitalisés au cours des sept derniers jours s'élève selon elle à 12.176 et parmi eux, 1.816 ont été admis en réanimation.

La France a enregistré 116 décès supplémentaires lors des dernières 24 heures, ce qui porte le bilan total à 34.761 morts.

Le taux de positivité des tests est passé en 24 heures de 16% à 17% et 141 nouveaux foyers d'infection ont été dénombrés, ce qui porte le total à 2.321.

46 millions de Français confinés

Le nombre total de cas d'infection depuis l'apparition du COVID-19 en France s'élève désormais à 1.138.507, le cap du million ayant été franchi vendredi.

Depuis vendredi soir à minuit, 54 départements, ainsi que la Polynésie française, soit 46 millions de Français, sont désormais concernés par des mesures de couvre-feu destinées à contenir la deuxième vague de l'épidémie.

Un nouveau confinement pas exclus

Le gouvernement français n'exclut pas la possibilité d'un reconfinement, a indiqué dimanche Cédric O, le secrétaire d'Etat en charge de la transition numérique.

"Il ne faut absolument rien écarter et voir en fonction de l'évolution de l'épidémie ce qu'il faut faire", a déclaré Cédric O sur Franceinfo.

"Tout est possible", a-t-il ajouté.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a prévenu samedi que le bilan de l'épidémie était appelé à s'alourdir en raison du décalage entre les contaminations et les hospitalisations.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/10/2020 à 7:57 :
Pourriez vous détaillé ce chiffre. Lors de la première vague on a eu autant de malade que ces dernière 24h? Étrange comme chiffre car a la première vague les urgences ont été saturé et pas là en seulement 24h? Ce sentiment de chiffres erroné ou faux est largement favorisé par le faite que ces contamination de masse sont journalière et que nos urgence devrait être sur les parking des 3 quartiers autour des hopitaux depuis plusieurs semaines si ils étaient réels.
Si on entame la seconde vague avec ce type de données, je pense que la seconde vague va être meurtrière car statistiquement ingérable.
a écrit le 26/10/2020 à 16:51 :
"plus de 52.000 nouvelles contaminations en 24H en France

Normal, il y a plus de test d'effectué et ce chiffre martelé du soir au matin ne veut rien dire puisque 99,5% n'auront rien ,regardez Brigitte Macron ou Bruno le maire testé "positif" ,une semaine chez eux et hop plus rien ,ils se sont soigné avec quoi ,mystère?
Le problème de ce gouvernement c'est les 0,5% ,faut dire que Bachelot (UMP), M Touraine (PS) ou Buzyn (LREM) ont mis le paquet pour liquider les hôpitaux publiques ,infirmières,lits etc..et maintenant faut se confiner à cause de leur incurie.
Réponse de le 27/10/2020 à 8:00 :
Et on a aussi les résultat du second voir troisième test de ceux qui sont déjà positif hier et avant hie ;)
Dans le monde de Macron les chiffres veulent plus rien dire.. Entre les impôts locaux qu'il faut toujours payer et les lunettes pas remboursée a cause d'une option qu'on souhaite avoir quitte à la payer...
.Vivement mai 2022
a écrit le 26/10/2020 à 14:08 :
Il faut être très clair, si le gouvernements souhaite vraiment limiter les contaminations, il doit s'assurer que les personnes contaminé soit réellement confiné jusqu’à ce qu'il ne soit plus contagieux. Le but des tests est d’isoler les porteurs positifs de manière certaine et avec un taux d’isolement élevé et pas de fanfaronner sur le nombre de test effectué.
En effet moins de 10% des personnes testé s'isole véritablement si il n'y a pas de contrôle strict.
Action beaucoup plus efficace qu'un couvre feu.
a écrit le 26/10/2020 à 10:02 :
Pourquoi nos dirigeants ont-ils laissé les gens se déplacer pendant les vacances de la Toussaint?
Que chacun reste dans son departement aurait limité la casse à venir.Fleurir les tombes,revoir papy et mamie avec un possible cadeau empoisonné pouvaient attendre.
Mais les sacro-saintes vacances,l'absolu besoin de destresser,le lobby enseignant et du tourisme sont sûrement en cause.
Personnellement,je ne comprends pas cette migration automnale en ce moment.
Confinement partiel avec le couvre-feu mais brassage des populations.
Tout et son contraire ,ça continue (masques inutiles puis impératifs,20h59 je suis sain mais 21h01,je suis potentiellement contagieux)
À suivre......
Réponse de le 27/10/2020 à 8:04 :
Ne rentrez pas dans leur jeu, la seconde vague était calculable depuis l'annonce de la reprise du travail. Pensez vous pouvoir rester même avec un masque 8h par jour et 5J/7 avec un contaminé sans le chopper? Et en rentrant chez vous éviter de contaminer votre conjoint(e) et vos enfants? Si oui on se contamine chez soit, c'est surtout le facteur travail chez soit qui fait que le virus se propage. Sans masque la seconde vague aurait été là en septembre (4 mois la première fois de octobre a février) donc là on a gagne 1 a 1.5 mois...
La véritable question reste pourquoi ne pas tester toute la population tous les 15 jours et confiner les contaminées... Mais cela impose de tester tout le monde le même jour et avoir les résultat immédiatement...
a écrit le 26/10/2020 à 9:46 :
Me fatiguent avec leur "2 ème vague", le virus a toujours circulé et le prochain confinement n'y changera rien , le problème sera seulement décalé dans le temps.
Tant que l'immunité collective ne sera pas atteinte, c'est à dire l'acceptation d'un nombre significatif de morts et en l'absence de vaccin, nous n'y arriverons pas.
Réponse de le 27/10/2020 à 8:07 :
C'est la surcharge des hôpitaux qu'il faut éviter, on va avoir des vagues successives qui en plus d'être obligatoires vont être plus ou moins meurtrières en fonction de la mutation du virus...
Maintenant c'est malheureux a dire, mais dans la nature on a tous un prédateur et la vie cherche l'équilibre. Notre prédateur ne nous dévore pas en arrachant les chairs, on s'est placé au dessus des autres espèces donc on se fait manger par des tout petit être vivant que sont les virus...
a écrit le 26/10/2020 à 9:37 :
Ca vous rappelle quelque chose ? Des taux d'incidence hyper élevés, des cartes écarlates, 21200 décès (surmortalité par rapport à une mortalité déjà constatée), 300 morts par jour en moyenne sur 10 semaines, des courbes en cloche, des rea débordées...
C'est... ?
Le rapport épidémiologique de la grippe 2016/2017 de santé publique France.
a écrit le 26/10/2020 à 9:27 :
90 % des tests PCR à 40 ou plus font apparaitre des faux positifs, de grâce mettez vous au boulot en soignant les vrais malades et cessez de ruiner la sécu..
a écrit le 26/10/2020 à 9:11 :
"46 millions de Français confinés"

Confinés ou sous couvre feu plutôt non ?

Même vous commencez à y perdre votre latin avec tout ce bordel hein... :-)
a écrit le 26/10/2020 à 9:07 :
Plus il y a de test, plus il y a de contaminer et, comme les résultats ne sont pas dans la journée ce sont les résultats de la semaine! On vous demande, en fait, de "paniquer"!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :