Covid-19 : Emmanuel Macron confie aux armées l'opération Résilience

 |   |  698  mots
(Crédits : DCNS)
Lancée par Emmanuel Macron, l'opération Résilience confiée au ministère des Armées, sera entièrement consacrée à l'aide et au soutien aux populations.

Article réactualisé le 26 mars à 11h30

L'armée au plus près des Français pour les aider à passer au mieux la crise sanitaire : c'est l'opération Résilience lancée mercredi soir par Emmanuel Macron. Déjà pleinement mobilisé, le ministère des Armées a effectué ces derniers jours, plusieurs évacuations médicalisées par voies aérienne et maritime, ainsi que le déploiement d'un hôpital de campagne (Elément militaire de réanimation), qui doit soulager l'hôpital de Mulhouse très durement éprouvé.

L'opération Résilience, qui se rajoute à celle de Sentinelle, "sera entièrement consacrée à l'aide et au soutien aux populations, ainsi qu'à l'appui aux services publics pour faire face à l'épidémie, en métropole et en Outre-mer", a expliqué Emmanuel Macron.

L'utilisation de la marine optimisée

La marine nationale va être employée à meilleur escient après l'aller-retour surprenant du porte-hélicoptère amphibie (PHA) Tonnerre entre Toulon et la Corse pour évacuer 12 patients. Dans le cadre de l'opération Résilience, le président de la République a annoncé le déploiement immédiat du porte-hélicoptères amphibie Mistral dans le sud de l'océan Indien (La Réunion et Mayotte) - cela tombe bien, il est déjà sur place - et le déploiement à partir de début avril du porte-hélicoptères Dixmude, actuellement en Méditerranée, dans la zone Antilles-Guyane en soutien aux territoires d'outre-mer, eux aussi touchés par l'épidémie.

Les PHA disposent d'un hôpital embarqué permettant de faire face à une crise sanitaire de grande envergure (blocs opératoires, salle de traitement des grands brûlés...). Admis au service actif en décembre 2006, le Mistral et le Dixmude, admis au service actif en juillet 2012, disposent chacun pour remplir leur mission d'un hôpital de 69 lits (extension possible) et de deux blocs opératoires.

Aide et soutien aux Français

L'opération Résilience sera distincte de Sentinelle, qui continue de se concentrer sur sa mission de lutte contre le terrorisme. Cette opération sera centrée sur l'aide et le soutien aux populations ainsi que sur l'appui aux services publics pour "faire face à l'épidémie de Covid-19, en métropole et outre-mer, dans les domaines de la santé, de la logistique et de la protection, a expliqué le ministère des Armées dans un communiqué publié mercredi. Les armées s'engageront dans l'ensemble des secteurs où elles pourront apporter un soutien à la continuité de l'Etat".

Ces missions seront adaptées aux contextes locaux et seront le fruit d'un dialogue avec les autorités de l'Etat sur place, dans le respect des règles d'emploi des armées sur le territoire national et en mobilisant les ressources disponibles. "La résilience, c'est la capacité à surmonter les chocs et à les dépasser", a expliqué jeudi matin sur RTL la ministre des Armées Florence Parly.

"Les armées n'ont pas vocation à dresser des contraventions en cas de non-respect du confinement", a-t-elle expliqué sur RTL. "Le maintien de l'ordre ne fait pas partie des missions des militaires. Le maintien de l'ordre, c'est vraiment le cœur de métier des forces de sécurité intérieure que sont les policiers, et les gendarmes. Donc il n'est pas question de changer quoi que ce soit à ces règles".

Diminution des effectifs de l'opération Chammal

En coordination avec le gouvernement irakien, la Coalition a décidé d'ajuster son dispositif en Irak et de suspendre provisoirement ses activités de formation des forces de sécurité irakiennes, compte-tenu notamment de la crise sanitaire, a expliqué mercredi soir le ministère des Armées dans un communiqué distinct de l'opération Résilience. Prenant acte de cette décision, la France a décidé de rapatrier jusqu'à nouvel ordre le personnel de l'opération Chammal déployé en Irak dans ce cadre. Ce rapatriement commencera le 26 mars 2020 et concernera la centaine de soldats engagée dans le pilier « formation » auprès de l'armée irakienne, ainsi que les éléments de soutien national stationnés au sein de l'état-major de l'Opération Inherent Resolve (OIR) à Bagdad.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/03/2020 à 20:54 :
Monsieur le president ne fera l'erreur de mettre l'armée dans les rues .... Çar , îls est sur que çela ne règlera nullement le probleme du coronaverus...
D'ailleurs, çela ne réglera nullement le mecomptantement, mais nous n'oublierons pas l'absence de moyen de protection , le confinement de la population et les 1300 morts de notre pays ....
a écrit le 26/03/2020 à 14:28 :
Préparez les populations au Choc?
Franchement ça craint, notre époque,
a écrit le 26/03/2020 à 12:10 :
Je comprends pas, des hôpitaux autour de Paris ,comme à Montereau par exemple sont vide et attendent les patients ,pourquoi mettre un TGV ,des bateaux ,l'armée etc.. et transférer en plus des patients dans des régions non atteinte.
Réponse de le 27/03/2020 à 8:37 :
Sachant que nombre de Parisiens ont quitté Paris; moi non plus je ne comprend pas... Sans compter tout l'a côté, on a des cliniques qui pourraient servir plutôt que de faire traverser le pays... Encore un coup de communication pour tenter de faire croire qu'ils font quelque chose et que la situation est sous contrôle, alors que c'est pas le cas...
Un peu comme les nouveaux chiffres 3/4 des malades sont les hommes... Ok pourrait on avoir le même chiffre concernant ceux qui continus a travailler sans protection? Sûrement le même vu qu'on confine et en même temps on va au travail...
Réponse de le 28/03/2020 à 11:49 :
Et beaucoup de Parisien ont quittés Paris. Dans 2 semaines la crise va s'étendre au reste du Pays... Merci a ceux qui ont refusé de ce confiner à Paris et vont distribuer à tous...
a écrit le 26/03/2020 à 10:57 :
j'appelle ca ' comment se debarrasser du pot de pue'
aka ' comment refiler la patate chaude'
l'armee c'est devenu le paillasson des politiciens
a écrit le 26/03/2020 à 10:03 :
Je ne comprends pas comment l’armée peut aider les français. En faisant leurs courses ?

En revanche, je comprends très bien comment l’armée peut aider le gouverne-ment en période de crise avec une autorité de plus en plus contestée.
Avec 18% pas évident pour Macroléon d’imposer sa légitimité sous une autre forme que par la force. Et les policiers se rebellant ne va pas aider...

Restriction des libertés élémentaires, flicage des déplacements de la population, copinage avec les Big Pharma, La guerre est là. Mais c’est celle contre le peuple...
a écrit le 26/03/2020 à 8:51 :
Déplacer un porte-hélicoptère entre la Corse et le continent pour transférer quelque 17 malades est surtout une opération de Communication qui ne masque plus l'absence de stratégie, de tactique et de moyens pour cette (guerre).. En outre l'armée est à l'image de la France, ses moyens sont ceux des hôpitaux et autres services publics. Respirons, l'Armée va remplacer les policiers...
a écrit le 26/03/2020 à 8:46 :
Depuis les gilets jaunes, Macron à la trouille que les français viennent le chercher, avec Marie Antoinette.

C'est pourquoi il rapatrie l'armée. Dans les missions qui lui seront assignées, c'est la dernière qui est la plus significative: assister et remplacer la police et la gendarmerie.

Les contrôles des ausweis passent de plus en plus mal. A Beauvais une policère a été grièvement blessée par un pavé sur a tête et à Paris c'est un policier qui a eu une double fracture en coursant un dangereux criminel qui voulait sa dose d'air pur (à Paris c'est rare, l'air pur).

Je prends les paris qu'avant 15 jours on verra les militaires en armes sur des check points.... pour lutter contre un virus, ou pour conserver le régime autocratique qui se met insidieusement en place?
Réponse de le 27/03/2020 à 1:06 :
D’après une récente étude américaine, la France est devenue la championne du monde des fakenews et du complotisme sur les réseaux sociaux. Bravo champion !
a écrit le 26/03/2020 à 8:05 :
Bonjour
Vu les moyens déployés pour combattre ce virus quand serait-il en cas de guerre?
Je pense réellement que nous serions balayés en quelques jours, malheureusement comme en 40
Des portes helicos sans helico un hôpital de 30 lits etc etc
a écrit le 26/03/2020 à 7:58 :
on va pouvoir les envoyer cueillir les fraises et les asperges.

Bon, je suis plus embêté quand je lis qu'ils pourront suppléer et remplacer les policiers et gendarmes.

Je ne donne pas 15 jours avant qu'ils ne tiennent des check points armés pour vérifier les attestations. Macron a la trouille d'un soulèvement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :