D'ici à 20 ans, le télétravail pourrait booster la productivité de la France

Véritable défi au quotidien pour les managers, le télétravail serait bénéfique à long terme pour l’économie française, d’après le Conseil national de la productivité. Grâce à plusieurs facteurs, le gain de productivité serait en moyenne de 5 à 9%, selon le rapport.

5 mn

Huit télétravailleurs sur dix affirment souhaiter travailler au moins une fois par semaine à domicile.
Huit télétravailleurs sur dix affirment souhaiter travailler au moins une fois par semaine à domicile. (Crédits : Photo by Yasmina H on Unsplash)

La désindustrialisation en France, et désormais la guerre en Ukraine, ont des effets dévastateurs sur l'économie hexagonale, comme l'a souligné le Conseil national de la productivité (CNP) lundi. Mais un enseignement plus optimiste de son rapport a de quoi réjouir les fervents défenseurs du télétravail. Adopté massivement pendant la pandémie, le recours au télétravail a non seulement permis de limiter la baisse du PIB au plus fort de la crise mais il serait également bénéfique à long terme pour la productivité des entreprises françaises, affirme le CNP.

« Les effets du télétravail sur la productivité seraient non linéaires et présenteraient un profil de courbe en U inversé. Même si l'effet net sur la productivité globale du recours au télétravail dans l'après crise Covid reste incertain, on peut s'attendre à un accroissement potentiel des gains de productivité par un recours plus important au télétravail », estiment les auteurs du rapport.

Et de conclure même :

« Une hausse structurelle du taux de télétravail « pourrait finalement aboutir à un gain durable de productivité

S'appuyant sur une étude de la Banque de France, le Conseil national de la productivité chiffre ce gain de productivité : « une progression d'un point du pourcentage de salariés en télétravail améliorerait en moyenne la productivité globale des facteurs d'environ 0,45% ».

« Au niveau global de l'économie française, la proportion de télétravailleurs d'environ 5% dans la période pré-Covid passera à 25% à plus long terme, d'ici à 20 ans » précise Vincent Aussilloux, économiste à France Stratégie. Ce qui engendrerait un gain moyen de productivité de 5 à 9%, calcule le CNP. « Une première estimation, qui mériterait d'être confirmée par d'autres études une fois la situation de télétravail stabilisée », précise toutefois l'organisme.

La satisfaction en hausse

D'autres effets bénéfiques et concrets découlent de la pratique du travail à domicile. Pour les entreprises, il peut ainsi induire « de moindres coûts immobiliers », précise l'économiste. Du côté des salariés, cette organisation hybride du travail (quand le poste le permet), permet aussi de gagner du temps sur le trajet domicile-travail, qui peut être mis à profit pour travailler davantage. Autre avantage, dans les grandes villes notamment où les temps de trajets sont plus longs, le télétravail permet d'améliorer la qualité de vie. Le CNP y voit une « hausse de la satisfaction au travail », qui « est en général source de gains de productivité et d'une rotation des salariés moins forte ».

Lire aussi 4 mnTélétravail : un indispensable argument de recrutement

Des effets négatifs

Toutefois, pour que le télétravail soit réellement rentable, il ne faut pas négliger les effets négatifs et les défis auxquels les managers sont confrontés au quotidien, note le CNP. Parmi les principaux désavantages cités du télétravail : la baisse des interactions entre salariés. « Lorsque le taux de télétravail dépasse un certain seuil, cela peut aussi réduire les gains d'efficacité, par exemple lorsque cela limite les possibilités d'interactions sociales en face à face », soulignent les auteurs du rapport.

Lire aussi 5 mnPourquoi le télétravail est une menace pour les carrières des femmes

En cas de formation notamment, le télétravail n'est pas forcément compatible. « Les employés apprennent moins sur le tas. De même, le télétravail ne favorise pas la bonne intégration des nouveaux entrants dans leur emploi. Cela peut constituer un frein à la croissance de la productivité à moyen et à long terme », mettent en garde les auteurs du rapport. Autre difficulté, les relations managers-employés sont souvent moins fluides en distanciel, l'environnement de télétravail est moins innovant et aussi moins créatif, jugent une majorité de managers interrogés. Ce qui peut pénaliser « l'innovation et la croissance de la productivité à long terme », souligne le CNP.

Autre effet induit qui se retournerait contre les télétravailleurs : la « télé-migration ». « Les effets de potentiel dumping, incitant au moins-disant social et fiscal, pourraient affecter la productivité des pays (fuite des cerveaux, et accroissement du pouvoir de négociation des entreprises qui comprimeraient les salaires), mais aussi la compétitivité entre pays ».

Deux et trois jours par semaine

Conclusion du rapport, télétravailler oui, mais avec modération. Et à condition que la pratique soit bien encadrée. Afin « que ses effets positifs sur l'efficacité des travailleurs surpassent les pertes », la fréquence optimale du travail à distance se situerait « entre deux et trois jours par semaine », estime le CNP qui s'appuie sur des recommandations de l'OCDE. Les salariés ne devraient pas trop rechigner : huit télétravailleurs sur dix affirment souhaiter travailler au moins une fois par semaine à domicile.

Lire aussi 9 mnEntre télétravail et présentiel, quel management post-crise ?

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 18/05/2022 à 18:07
Signaler
Le dogme de la productivité poussent les salariés au burn out tandis que le véritable objectif des patrons est la profitabilité. Plutôt que pousser les salariés au burn out, les patrons feraient mieux de réaliser des formations de management ce ...

à écrit le 18/05/2022 à 9:57
Signaler
Il faut encourager le télétravail, qui est un espace de choix et de liberté.

à écrit le 18/05/2022 à 9:36
Signaler
Cette article est assez rigolo. Sous un titre plutôt "pro télétravail" on retrouve rapidement le concept réduit à 1 jour / semaine et "dans 20 ans" ce sera accepté. Sans oublier les critiques à demi-mots qui semblent se baser essentiellement sur les ...

à écrit le 18/05/2022 à 8:50
Signaler
D'ici 20 ans le télétravail n'aura plus de sens pour aller semer des haricots et récolter les tomates! ;-) Être "intermédiaire" n'est pas un métier, mais plutôt du parasitisme!

à écrit le 18/05/2022 à 7:50
Signaler
En télétravail, à domicile, avec la clim. ça peut faire ça tranquille jusqu'à 70 ans.

à écrit le 18/05/2022 à 7:29
Signaler
La productivité d'un groupe ne se réduit pas à la somme des productivités individuelles. Le télétravail comme système permanent d'organisation est une illusion qui réduit l'individu à la fonction du personnage de charlot dans son film "Les temps mode...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.