Darmanin préfère l'encadrement des "niches fiscales" au retour de l'ISF

 |  | 382 mots
Lecture 2 min.
Evoquant les niches fiscales, Gérald Darmanin estime que c'est 14 milliards d'euros, soit quatre fois plus que l'ISF !. Et plus de la moitié de ces 14 milliards profite aux 9% des Français les plus riches, souligne-t-il.
Evoquant les niches fiscales, Gérald Darmanin estime que "c'est 14 milliards d'euros, soit quatre fois plus que l'ISF !". "Et plus de la moitié de ces 14 milliards profite aux 9% des Français les plus riches", souligne-t-il. (Crédits : Reuters)
Le ministre de l'Action et des Comptes publics, qui confirme rester au gouvernement, évoque dans un entretien au Parisien ses propositions pour améliorer la justice fiscale.

Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des Comptes publics, préconise d'encadrer les "niches fiscales", en diminuant leur plafond global ou en les mettant sous conditions de ressources, dans un entretien au Parisien publié dimanche soir. En revanche le ministre - qui annonce rester au gouvernement - s'oppose au rétablissement de l'impôt solidaire sur la fortune (ISF), qui fait débat. "Vouloir taxer encore plus le capital, juste par idéologie fiscale, ça ne (marcherait) pas: ça ne donne même que de la pauvreté et du chômage", dit-il. "D'autres sujets" existent, souligne t-il, citant les niches fiscales: "c'est 14 milliards d'euros, soit quatre fois plus que l'ISF !". "Et plus de la moitié de ces 14 milliards profite aux 9% des Français les plus riches", affirme-t-il.

Gerald Darmanin propose que l'on "revienne dessus en diminuant le plafond global des niches, ou alors qu'on les mette sous conditions de ressources pour qu'elles profitent aux classes moyennes et populaires plutôt qu'aux plus aisés".

Une suggestion populaire

La réduction des niches fiscales est l'une des suggestions les plus populaires sur le site du "grand débat", lancé par Emmanuel Macron à la suite du mouvement des "gilets jaunes", où certains appellent à une "remise à plat" des dispositifs en vigueur, afin de ne conserver que "celles qui sont une incitation forte au soutien économique". Selon la Cour des comptes, près de 450 niches fiscales existent actuellement en France, dont le crédit impôt recherche, l'aide à l'emploi à domicile ou l'abattement fiscal pour les journalistes. En 2018, le coût total de ces dispositifs s'est élevé à 100 milliards d'euros, selon Bercy.

Contre une réforme de l'impôt sur le revenu

Quant à l'impôt sur le revenu, Gérald Darmanin explique être "défavorable" à une éventuelle réforme. "Je rappelle que seuls 45% des Français sont imposables, et que les 10% les plus aisés payent déjà 70% du total de l'impôt sur le revenu!", indique Gerald Darmanin.

Il propose "qu'on envoie chaque année à tous les Français le coût réel des services publics qu'ils ont utilisés, sous la forme d'une simulation personnalisée", pour que chacun prenne "conscience de la façon dont leurs impôts sont employés", explique-t-il, avant de préciser qu'il allait en parler à Emmanuel Macron.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/02/2019 à 22:45 :
La question n'est pas vraiment de savoir si finalement la moitié ou le quart des niches (qui représenteraient 4 fois ce que devrait rapporter l'ISF) pourront être supprimées, du moins partiellement, mais pourquoi Darmanin, qui connaissait ça depuis toujours, a attendu la confirmation du refus du « patron » de rétablir l'ISF pour nous en parler.
a écrit le 05/02/2019 à 18:34 :
supprimer des niches fiscales c'est de facto ajouter des impôts et l'état ne peut plus se permettre de laisser partir un seul € supplémentaire avec 3.6% de déficit budgétaire probable en 2019.

Je doute que dans l'esprit de Mr Darmanin, on rajoute des impôts sur les riches, quand on voit comment il est accroché comme un pitbull à la suppression de l'ISF.

Donc il va essayer de ... les pauvres et les classes moyennes.
a écrit le 05/02/2019 à 11:07 :
Moi je voudrais une enquête approfondie des journalistes pour savoir vraiment où va l'argent publique dans les collectivités. Faites une petite enquête dans les SEM (Sté d'Economie Mixte), les CCI, les Mairies, Conseil départemental et Conseil Régional.
Je pense qu'il y aura pleins de surprises. Faites d'abord du nettoyage chez vous les élus locaux au lieu de venir embêter les salariés du privé avec vos taxes !!! Merci.
a écrit le 05/02/2019 à 7:55 :
À cause des gilets jaunes je vous plumerez, ".."...""..
a écrit le 04/02/2019 à 21:06 :
Ces 30% ne vont pas bloquer les ronds points et casser les deventures des magasins mais ils votent et constituent une bonne partie des soutiens de Macron. Tenter de contenter ceux qui ne voteront jamais pour vous et pour lesquels quoi que vous fassiez ce ne sera jamais assez, tout en perdant une bonne partie de votre électorat. Voilà sans doute l'une des raisons pour laquelle aucune majorité n'est parvenue à sa réélection depuis des décennies.
a écrit le 04/02/2019 à 20:59 :
en s attaquant a ses niche fical il rique de favorise le travail aux noir se sont sur des empolies dans les aides au personnes ages, par contre s il sattaque aux riche il y a du travail ::: ISF 4.5 MILLIARDS// /FLAX TAX 10 MILLIARDS///EXIT TAX 6 MILLIARDS///CICE 40MILLIARDS/// EVASION FIXCALE 100 MILLIARDS alors DARMANIN SI VOUS RESTEZ ATTAQUER VOUS AUX VRAIS DEPENSE INNUTIL DE VOTRE GOUVERNEMENT QUI NE CRES PAS D EMPLOIES EN FRANCE ET QUI N ENRICHIE QUE DES ACTIONNAIRES ET GRAND MILLIARDAIRES FRANCAIS? UN PEU DE COURAGE OU DEMISIONNEZ???
a écrit le 04/02/2019 à 18:15 :
Le mouvement des gilets jaunes va se terminer par plus d'impôts pour les classes moyennes supposées "supérieures", c'est à dire les 30% qui paient déjà 90% de l'impôt sur le revenu (sachant que plus de 50% des ménages en sont exonérés). En réalité ce n'est pas de la justice fiscale mais une accentuation du caractère punitif de l'impôt. Ceux qui le réclament ont bien conscience que cela ne va pas améliorer leur quotidien pour autant mais cela contente un simple désir de revanche.
a écrit le 04/02/2019 à 17:57 :
On peut rappeler que la niche fiscale les plus coûteuses en 2018 était le CICE avec 21 milliards ( 10 en 2015 !) loin devant les suivantes et le gouvernement vient de la pérenniser depuis le 1er janvier en la transformant en un allégement de cotisations d’assurance maladie de 6 points pour les rémunérations allant jusqu’à 2,5 SMIC ,bonjour les caisses de la CNAM d'autant que Nicolas Revel directeur général de la Caisse nationale d'assurance maladie (CNAM) veut en plus une réduction des dépenses de 2,01 milliards d'euros en 2019 ,sans oublier le versement de 20 milliards d’euros de CICE (crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi) et de CITS (crédit d’impôt sur la taxe sur les salaires) au titre de l’année 2018 soit 40 milliards pour 2019.
a écrit le 04/02/2019 à 17:55 :
Après la destruction d'emplois à temps partiels dans le commerce par les Gilets Jaunes, maintenant Gérald Darmanin s'attaque aux emplois de services à domicile. On en redemande encore grâce à qui: Aux Gilets Jaunes.
a écrit le 04/02/2019 à 17:34 :
L'ISF c'est le Jurassik Park de la fiscalité, c'est un impôt idiot, contre productif, (150 milliards d'euros de capitaux perdus pour la France), et qui rapporte finalement bien peu en regards des dégâts économiques qu'il provoque.
a écrit le 04/02/2019 à 17:22 :
tant que nos dirigeants copineront avec les exilés fiscaux (légion d'honneur , obsèques nationales) ce seront toujours les mêmes qui paieront ; et puis qui sont les français les plus riches ? aucun seuil annoncé ,si c'est comme la CSG pour un couple 1800 euros chacun l'assiette sera large et douloureuse pour beaucoup de français
a écrit le 04/02/2019 à 16:15 :
Plus le gouvernement se cramponnera à ce totem, plus il perdra de crédibilité.

La bonne réponse était...
"En décembre nous ferons le point, l'INSEE publiera des chiffres incontestables concernant le nombre de fortunes parties, le nombre de fortunes revenues, le nombre d'emploi crées/détruits, le coût fiscal ... et nous verrons si l'ISF est à rétablir ou pas".

Et puisqu'il a compris l'essence des revendications des français il aurait du ajouter:
"Si nos ne rétablissons pas l'iSF, nous allons aligner la fiscalité des revenus financiers et boursiers sur ceux des salaires en supprimant la flat taxe, et créer deux nouvelles tranches supérieures de revenus à 50% et 55%.."

Là je vous parie que le gratin des grosses fortunes va plébisciter l'ISF!
a écrit le 04/02/2019 à 15:05 :
quelle est la qualification juridique d'une niche fiscale ?
toutes les niches fiscales actuellement définies par l'administration répondent t-elles à cette qualification ?
pour bien savoir de quoi on parle ...
a écrit le 04/02/2019 à 14:38 :
Les1,7% qu'il a volé aux retraités quand les rend t il.je comprends que ce
Mr reste au gouvernement car il sait très bien qu'il ne sera pas reelu
Réponse de le 05/02/2019 à 3:24 :
Vous avez le choix : baisser les retraites de 20%, augmenter les cotisations de 25% (sur le dos des salariés) ou retarder le départ à la retraite de 3 ans (avec retour au travail de tous ceux qui n'auront pas atteint le supplément de 3 ans pour l'age légal). Choisissez et on pourra retirer les 1.7% de CSG ainsi que les 21 autres taxes et impôts qui permettent de financer les retraites (les cotisations actuelles n'étant pas suffisantes).
a écrit le 04/02/2019 à 13:07 :
M Darmanin est dans l'irrationnel et le déni complet.
Ce Ministre préfère taxer le travail plutôt que le capital. Et oui il faut en finir avec les niches fiscales et tout remettre a plat, il faut remettre l'ISF a partir de 4 millions d'euros de patrimoine, l'ISF (c'est une goutte d'eau) et taxer les objets d'arts de plus de 200 000 euros.
Personne a besoin de gagner plus de 50 000 euros par mois, ça sert a quoi ?
Il faut réformer les tranches d'impôts et mettre au minimum 10 tranches d'impôts progressif et équitable.
Il faut aussi lutter contre la fraude fiscale et sociale et diviser par deux le salaire des députés, sénateurs, ministres (mêmes si ça rapporte peu en terme d'économie).
On veut un référendum sur le maintient du sénat.
Qu'attend le gouvernement de réformer en profondeur l'impôt des sociétés ?
Qu'attend le gouvernement de reprendre l'argent qui dort sur des comptes pendant au moins 7 ans avec des dizaines de millions d'euros dedans ?
Réponse de le 04/02/2019 à 16:58 :
Effectivement, pas un seul pays au monde n'a ni prospéré, ni réussi,
ni épanoui les siens sans appliquer çà.
a écrit le 04/02/2019 à 13:02 :
Darmanin ou la voix de son maitre, version actualisée.
Comme pour accompagner les nouvelles manifestations des Gilets jaunes dans toute la France, Darmanin confirme confirme la provocation de Macron.
https://www.upr.fr/actualite/france/a-la-veille-des-nouvelles-manifestations-des-gilets-jaunes-dans-toute-la-france-macron-se-livre-a-une-nouvelle-provocation/Alors que Macron a supprimé l’ISF, a donné des milliards aux entreprises via le CICE, a donné des milliards à l’UE, a autorisé les plus grandes fortunes à procéder à au moins 80 milliards d’euros d’évasion fiscale…

Et alors qu’il pique 3,6 milliards d’euros sur les maigres économies des détenteurs de livrets A, et qu’il s’attaque aux retraités et aux chômeurs…

Sa seule réponse à la révolution qui commence est une nouvelle provocation pleine de haine et de mépris à l’égard des Français.

Il vient de déclarer que « Trop de Français n’ont pas le sens de l’effort »
(cf. Agence Reuters : https://fr.reuters.com/article/idFRKCN1P51Z5-OFRTP ).
a écrit le 04/02/2019 à 12:58 :
Envoyer à chaque français leur coût personnel de leur utilisation des services publiques serait une excellente chose, et certains seraient surpris , OPEN BAR À la française !!!!!

Supprimons toutes les niches fiscales un bon moyen de baiser le barème de l’im sur le revenu
Alors CHICHE
a écrit le 04/02/2019 à 12:04 :
on ne sait que penser! il decouvre que les niches fiscales profitent ... a ceux qui payent des impots! brilliant!
supprimer le cir, c'est tuer le seul avantage competitif de la france!
supprimer les aides a domicile ca ramene le travail au noir
l'abattement pour les journalistes, personne ne va y toucher, les gens ont la trouille des consequences ( ca serait juste, mais plus ideologique pour ramener aux memes principes que pour tt le monde, mais ca ne rapporterait pas grand chsoe)
quant au plafonnefement des niches il existe deja...
a écrit le 04/02/2019 à 11:23 :
Commençons par encadrer les hausses d'impôts. Pourquoi pénaliser ceux qui embauchent du personnel. Pourquoi pénaliser ceux qui investissent. Pourquoi pénaliser ceux qui améliorent leur logement. En France la priorité c'est la démagogie. Le pays irait nettement mieux si on attirait les riches plutôt que les faire fuir. c'est les pauvres qui coutent cher pas les riches..
a écrit le 04/02/2019 à 11:20 :
Les niches (550) représentent un manque à gagner annuel pour l'État de 100 milliards d'euros. Pour mémoire, l'IR rapporte 80 milliards d'euros. La solution, fusionner l'IR avec la CSG, créer un nouvel impôt progressif , simple et payer par tous. En corollaire, suppression progressive des niches.
Réponse de le 04/02/2019 à 12:06 :
vous voulez coller la csg sur les 10% de gens qui vont tout payer
quand ils arreteront de travailler vous allez vous rendre compte que non seulement ca n'a rien ramene, et qu'en plus vous n'avez qu'a vous creer votre emploi vous meme, et vous ausculter les yeux avec vos competences, le toubib sera en vacances comme tt le monde
Réponse de le 04/02/2019 à 13:17 :
Bonjour,

l'IR et la CSG ne vont pas au même endroit

- l'IR va à l'état.
- la CSG va à la sécurité sociale.

Plutôt que de fusionner les deux, il faudrait justement remettre à plat les liens entre les deux. Car actuellement, la sécurité sociale est financée par des prélèvements, mais c'est l'état qui décide de créer des niches. Du coup l'état doit indemniser la sécurité sociale du manque à gagner, qu'il faut donc évaluer. Mais à part le manque à gagner lié aux exonération, il faut évaluer le "plus gagné" par la sécu quand l'exonération a permit de créer au de sauver des emplois.

Si on fusionne l'IR et la CSG, ça veut dire derrière de mettre à la sécu à la charge de l'état (puisque financé par le nouvel "IR fusionné"), donc les partenaires sociaux n'auront plus leur mot à dire.

Après ça peut être une réforme, mais il faut avoir conscience de ce que ça implique
- intégrer la CSG dans l'IR
- intégrer la sécu dans le ministère qui va bien
- financer la sécu par une part de cet IR, comme n'importe quelle autre service de l'état
- retrait des partenaires sociaux

et dans 10 ans, au gré des élections, le taux du nouvel IR "que tout le monde paye" aura été dominué et on sera encore 47% à payer l'IR...et donc la CSG qui y aura été intégrée
a écrit le 04/02/2019 à 11:14 :
"Et plus de la moitié de ces 14 milliards profite aux 9% des Français les plus riches", affirme G.Darmanin: donc l'autre moitié profite à des moins aisés qui sont déjà bien pénalisés (retraités, classe moyenne) . Il a quand même une drôle de mentalité!!! Mais bon , on a voté pour Macron !!! Dans quelle société sommes nous tombés, car nous ne devons vivre qu'en usant de comparateurs afin de baisser nos charges. Qu'il était beau le temps où nous n'avions d'autre choix que de prendre le monopole qui existait et qui existe toujours d'ailleurs mais qu'il doit partager avec de faux concurrents qu'il doit alimenter afin qu'ils puissent se mettre sur le faux marché de la concurrence.
a écrit le 04/02/2019 à 10:40 :
dogmatique ? idéologie fiscale ?
L'ensemble des économistes libéraux et ultra reconnaissent eux mêmes que la diminution fiscale pour les très riches ne fait pas l'investissement, que la concentration de la richesse ne fait pas de ruissellement, que l'ensemble des niches fiscales revient à défiscaliser par de bons coups etc.... ALORS qui est le dogmatique qui s'appuie sur de l'idéologie ultrafinancière et non sur la réalité, monsieur "je sais tout "?
a écrit le 04/02/2019 à 10:25 :
Comment comprendre,il vient de créer nombres de niches fiscales sur heures sup,primes entreprises ,etc et un mois apres ils critique ces meme niches
(60 % des h sup et primes vont aux plus aises beaucoup n'ont rien ,,,,??
a écrit le 04/02/2019 à 10:21 :
"Et plus de la moitié de ces 14 milliards profite aux 9% des Français les plus riches"

Il manque juste le nom des niches dont profitent ces 9%.
a écrit le 04/02/2019 à 9:59 :
LREM et Macron ont décidé de prendre l'argent a ceux , nombreux, qui n'en ont pas trop plutôt qu'a ceux ,moins nombreux qui en ont beaucoup !
Réponse de le 04/02/2019 à 11:15 :
Vous avez mal lu. Seuls 47 % des français paient l'impôts sur le revenu et les 10 % les plus riches paient 70 % de cet impôts.
Réponse de le 04/02/2019 à 15:41 :
et je réitère...

les 10% des plus riches payent 14% des rentrées budgétaires totales de l'état (impôts +taxes+ cotisations) alors que 90% y contribuent pour 86%.

Un smicard paye en cotisations 400 € sur son salaire brut. Ensuite il repaye les taxes et TVA sur ses achats.

On est très loin du zéro impôt.
a écrit le 04/02/2019 à 9:50 :
Vieilles recettes maintes fois avancées, mise en oeuvre. Allons cher ministre regarde autour de toi, ce n'est pas en cherchant à taxer tout ce qui bouge au nom de la pseudo justice sociale, que tu trouveras un embryon de solutions.
Des millions de personnes qui soit partent trop tôt à la retraite, des chômeurs et des titulaires de minima sociaux et des personnes qui vivent de travail des autres et des déficits publics, là est la solution. Qu'on se remette au travail, pour créer de l'activité en France. Il faudra alors lever certains tabous. En premier arrêter de taxer le travail encore et toujours, changer l'assiette fiscale et sociale de nos prélèvements pour inciter à travailler. Aujourd'hui on te facture 40 à 50 € € un mec ou une nana payés 11 € de l'heure. On marche sur la tête !
a écrit le 04/02/2019 à 9:10 :
Aucun commentaire concernant l'évasion fiscale qui coûterait entre 80 et 100 milliards d'euros par an au pays.. Sujet apparemment tabou chez LREM
Réponse de le 04/02/2019 à 9:42 :
L'évasion fiscale, n'est ce pas un peu facile de proférer de telles revendications. Y a qu'à faut qu'on. Plus facile à écrire qu'à faire ne croyez vous pas ? Pensez vous que Bercy se tourne les pouces ?
Réponse de le 04/02/2019 à 9:43 :
Ben si j'en ai fais un...

Mais bon nos dirigeants politiques actuels ne sont que des ânes bâtés mais il ne faut surtout pas le dire pour ne pas contrarier les propriétaires de l'union européenne, alors agonisons.

Faut qu'on continue à faire semblant de nous laisser enfumer par les imposteurs LREM.

Amis du dynamisme économique, partez en courant !
a écrit le 04/02/2019 à 8:54 :
Bonne idée de rendre enfin compte de l'utilisation de nos impôts.
Une ligne particulière SVP sur les dégâts des manifestations
Encore que ceux qui cassent ne payent certainement pas d'impôt
a écrit le 04/02/2019 à 8:32 :
Les impôts servent surtout à payer un gros paquet de fonctionnaires qui ne sert à plus rien depuis l'arrivée d'internet, du numérique, de l'IA (intelligence artificielle) de la robotique et d'ordinateurs ultra puissants et performants
Comment se fait-il qu'avec la réduction massive des coûts de production qu'engendre toutes ces nouvelles technologies il n'y a que dans les entreprises privées qu'on licencie du personnel et aucun dans les administrations publiques.
Vous ne trouvez pas çà bizarre : 6 millions de chômeurs dans le privé et 0 chômeur dans le public.
Réponse de le 04/02/2019 à 15:50 :
C'est pourtant simple.
Si l'on ne licencie pas dans le public c'est que ces gens sont indispensables, contrairement à ceux qui privé qu'on peut toujours délocaliser.

Trump a réussi à mettre 800 000 agents fédéraux sur la touche pendant quelques semaines, ça a couté 11 milliards $ à l'état sans compter les victimes collatérales dans le secteur privé.

Sarkozy avait réussi à supprimer 120 000 fonctionnaires. Ça n'a pas rapporté un centime à l'état qui a ensuite été dans l'obligation de recruter dans l'urgence, de sous-traiter à des entreprises privées et de se lancer dans les PPP (partenariats public-privés) qui sont des gouffres financiers.

L'état a sabré dans les effectifs de contrôle douaniers et sanitaires.Résultat, on bouffe de la viande avariée et si les polonais n'avaient pas été assez bête pour se laisser filmer, on en mangerait encore.

etc etc...
a écrit le 04/02/2019 à 7:55 :
Il ne veut pas rétablir l'ISF juste par idéologie fiscale. Il vient défendre les très riches mais par contre des taxes sur le carburant pour ceux à qui il ne reste rien en fin de mois ça ne l'a pas dérangé. Il n'y a a aucune justification à son idéologie de classe, les classes moyennes arrêtent de consommer, ce n'est pas en ruinant les riches qu'on enrichit un pays mais ce n'est pas non plus en ne se préoccupant que d'eux qu'on le fera.
Réponse de le 04/02/2019 à 9:35 :
L'ISF sert seulement à surtaxer les rares très riches qui ont gardé leur résidence fiscale en France et qui n'on pas délocalisé leur patrimoine.
C'est une incitation à fuir qui marche très bien et finit par deplacer l'assiette fiscale en Suisse et ailleurs et oblige à taxer toujours plus les classes moyennes. Avec l'ISF on perd beaucoup d'IR, de TVA etc....à la fin c'est un moyen pour moins taxer les riches.
Réponse de le 04/02/2019 à 18:18 :
@adieu BCE
Et bien vous vous trompez, le nombre de contribuable assujettis à l'ISF ne cesse d'augmenter malgré le soit-disant exil dont vous parlez et qui est très largement exagéré. Et pour cause , pour s'exiler fiscalement , il ne suffit pas de vendre ses biens et d'acheter à l'étranger, il faut que l'administration fiscale constate que le contribuable ne réside pas en France au sens juridique. C'est pas trop dérangeant pour un frontalier, pour les autres , c'est synonyme de semi-exil. En fait les arguments anti-isf sont des foutaises inventées par ceux qui en sont redevable. Car si on veut relancer la croissance, il faut laisser plus d'argent aux classes moyennes qui eux consomment au lieu de faire dormir l'argent.
a écrit le 04/02/2019 à 7:18 :
Ce qu'il faut encourager, c'est l'invasion des riches et non leur l'évasion par l'ISF.Quand il n'y a plus de riches pour payer les dépenses, on ponctionne ceux qui restent c.à.d.la classe moyenne moyenne.
a écrit le 04/02/2019 à 2:41 :
Sur 14 Milliards d'eur de Niches Fiscales, 8 profitent aux plus aisés,

Plus intelligent et rentable pour l'intérêt général, de les Conditionner à autant placé,
en fonds à long terme, de P.M.E Innovantes, que de les supprimer : vue courtermiste, et populiste,
pour Encore, de la Dépense Publique en plus :
FR Championne du Monde 58% du PIB/An ( de quoi bien travailler avec çà ! )
a écrit le 04/02/2019 à 0:42 :
Sans faire dans du complexe, il suffirait d'aligner l'abattement pour frais professionnels sur ce qu'il est devenu en réalité pour "corriger" bien des bases taxables sans faire d'usine à gaz !

A 30 % de frais pro, on tient compte de l'augmentation des carburants, des loyers et du foncier, etc. Cela touche tout le monde (le plafonnement de 12305 € par contribuable demeure tout comme l'option au réel)... et ne nécessite aucune mise en place complexe, etc.

Mais trop simple pour être accepté par les politiques !
a écrit le 03/02/2019 à 23:35 :
Rappelez-vous de la phrase : "il n'y aura pas de nouvel impôt".

Technique : on compresse juste au maximum les "niches" fiscales, et on augmente les impôts existants (gazole, électricité etc.).

Ça sent pas très bon pour 2022 tout ça...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :