Dividende salarié : Olivier Véran promet une loi « contraignante » au cours du quinquennat

Une loi sur le dividende salarié, pour que les entreprises versant des dividendes à leurs actionnaires en distribuent aussi à leurs salariés, passera « au cours du quinquennat » et sera « contraignante », a indiqué le porte-parole du gouvernement - sans pour autant préciser exactement de quoi il s'agirait. Olivier Véran a par ailleurs rejeté la possibilité d'une taxe sur les superprofits réalisés par les entreprises énergétiques, défendant plutôt le dispositif européen de « contribution temporaire de solidarité » qui, selon lui, permet de récupérer plus.
« Il faut que les salariés puissent devenir quelque part un peu propriétaires de leur outil de travail », a déclaré le porte-parole du gouvernement.
« Il faut que les salariés puissent devenir quelque part un peu propriétaires de leur outil de travail », a déclaré le porte-parole du gouvernement. (Crédits : SARAH MEYSSONNIER)

Dans le dossier de « partage de la valeur », récemment relancé par des discussions entre le gouvernement et les partenaires sociaux, le sujet du « dividende salarié » est sur le point d'être tranché. Cette mesure, avancée par Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle pour permettre un meilleur partage des profits des entreprises en direction des salariés, devrait en effet faire l'objet d'une loi « au cours du quinquennat ».

« On fera par la loi passer une disposition qui contraindra les entreprises qui versent des dividendes aux actionnaires à en verser aux salariés, parce que c'est plus de pouvoir d'achat », a déclaré Olivier Véran ce jeudi 17 novembre sur le plateau de France 2. Et le porte-parole du gouvernement d'ajouter : « Il faut que les salariés puissent devenir quelque part un peu propriétaires de leur outil de travail. »

Ce qui vient appuyer le discours asséné par le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire : « Quand une entreprise fait des profits, qu'elle peut verser des dividendes à ses actionnaires, elle doit garantir une meilleure rémunération à son salarié », martèle Bruno Le Maire depuis des semaines.

Lire aussiDividende salarié : une chance ou une entourloupe ?

Le patronat résiste, les syndicats préfèrent des hausses de salaire

Initialement, Emmanuel Macron visait un vote de cette mesure dès cet été, mais le gouvernement a temporisé. Reste que personne, au sein de l'exécutif, n'a réellement défini ce que serait ce « dividende salarié » exactement.

Face à ce flou, le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux avait déclaré au début du mois : « On est plutôt pour revoir les dispositifs existants, les améliorer et les étendre. »

Le président de la Confédération des PME François Asselin considérait, lui, qu'« on mélange tout avec cette terminologie de "dividende salarié" : celui qui porte le risque, et qui est potentiellement rémunéré par le dividende pour cela, et les salariés qui ne portent pas le risque ».

Du côté des syndicats, les revendications portent plutôt sur des augmentations de salaires.

« Le salaire, c'est tous les mois, c'est des cotisations sociales » tandis que les primes sont ponctuelles, avait affirmé le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez.

Lire aussiDividende salarié : concorde ou discorde ?

Pas de taxe sur les superprofits

Olivier Véran a par ailleurs balayé la possibilité d'une taxe sur les superprofits réalisés par les entreprises énergétiques que la gauche entend porter lors de l'examen du projet de budget pour 2023 au Sénat. « Rien que sur l'énergie, on en est à 40 milliards de d'argent public pour accompagner les Français », a-t-il argumenté. « Donc même si vous mettiez une taxe à 10% sur les profits que vous pourriez appeler surprofits, ça ne fait pas la maille », a-t-il avancé. Une telle taxe est toutefois déjà en place au Royaume-Uni.

Le porte-parole du gouvernement a soutenu : « Je peux vous garantir qu'on récupère beaucoup plus que s'il y avait une taxe sur les superprofits », défendant le dispositif européen de « contribution temporaire de solidarité » repris dans le projet de budget.

Si cette mesure était mise en place, TotalEnergies estime à 1 milliard d'euros le montant de la contribution qu'il aurait à payer, dans six pays de l'Union européenne. Cette dernière est fixée à 33% de la part des superprofits de 2022, c'est-à-dire des bénéfices supérieurs de plus de 20% à la moyenne des années 2019-21. Selon l'économiste Maxime Combes, de l'Observatoire des multinationales, une émanation de l'ONG Attac, sur ce milliard d'euros que TotalEnergies paierait ainsi, 40 à 65 millions seulement reviendraient en France.

Lire aussiPour lutter contre l'inflation, un responsable de la BCE suggère de taxer les riches et les superprofits

 (Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 18/11/2022 à 11:05
Signaler
Le dividende salarié, qui serait unique au Monde, est le passage du Rubicon, alors qu’il existe déjà des dispositifs d’intéressement du personnel. En ce qui nous concerne, nous vendrons l’intégralité de nos titres d’entreprises françaises si un tel d...

à écrit le 17/11/2022 à 21:12
Signaler
J'ai l'impression que nos ministres ne sont pas au courant mais il y a en France l'actionnariat salarié qui permet au salarié d'acheter des actions de la société a un prix décoté et de bénéficier par la suite du versement des dividendes. Les grandes...

le 18/11/2022 à 9:09
Signaler
la meme que la reforme de santé ou rien n'a change sauf agrave la situation des hopitaux mais rien en ce qui concerne la gestion des parasites qui se croit indispensable ces fonctionaires impose par nos cher ministres qui considere les medecins...

à écrit le 17/11/2022 à 17:42
Signaler
Il pourra toujours dire : " J'ai promis mais je ne suis plus en poste" . Ce n'est pas ma faute ! :-)

le 18/11/2022 à 9:34
Signaler
la mascote de jo de paris c'est le repetita des masques pas de recherche sur la possibilite de creer une voir des entreprises mais bien de commander directement en chine pour but finale une evasion de capitaux donc une perte de recette pour la...

à écrit le 17/11/2022 à 17:28
Signaler
Il existe déjà l'intéressement et la participation aux résultats de l'entreprise: est-ce indispensable d'ajouter un bidule supplémentaire pour complexifier encore les choses ?

à écrit le 17/11/2022 à 16:58
Signaler
Dans une économie florissante et avec de belles perspectives, pourquoi pas? Il faut croire que c'est le monde dans lequel ils vivent... un monde parallèle

à écrit le 17/11/2022 à 16:31
Signaler
Les dividendes sans avoir d'actions, je dis bravo ... Quelle idée géniale !

à écrit le 17/11/2022 à 16:09
Signaler
L'équivalent des désastreuses lois sur la retraite à 60 ans (mais il fallait bien sauver les quinquagénaires du désespoir!) et des 35 heures? Encore une balle dans le pied! Quel virus atteint nos "élites dirigeantes" qui les pousse à inventer des mo...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.