Fisc et Douanes visés par un "plan d'économies" : des milliers d'emplois menacés

 |   |  506  mots
Selon le quotidien économique Les Echos, M. Darmanin va annoncer une restructuration d'une ampleur inédite. Contacté par l'AFP dimanche soir, le cabinet du ministre a indiqué qu'il ne confirm(ait) pas les informations des Echos.
Selon le quotidien économique "Les Echos", M. Darmanin va annoncer "une restructuration d'une ampleur inédite". Contacté par l'AFP dimanche soir, le cabinet du ministre a indiqué qu'il "ne confirm(ait) pas les informations des Echos". (Crédits : CHARLES PLATIAU)
Une réorganisation visant des "économies", notamment au sein du fisc et des Douanes, va être annoncée mercredi par Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics, a indiqué dimanche une source proche du dossier à l'AFP, des syndicats évoquant des coupes massives dans les effectifs. Fin juin, la Cour des Comptes avait estimé qu'afin d'atteindre les 50.000 suppressions de postes dans la fonction publique d’État, il était nécessaire d'en supprimer 70.000 au total. Mais il semble, selon Solidaires, que les départs à la retraite ne suffiront pas à absorber ces objectifs de suppressions de postes...

Une réunion est prévue mercredi à Bercy entre le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin et les responsables des principales directions dépendant de son ministère, notamment de la Direction générale des finances publiques (DGFIP) et des Douanes, au cours de laquelle sera abordé le "mode d'organisation" de l'administration fiscale, avec en ligne de mire la question des "économies", a expliqué une source proche du dossier à l'AFP.

Les syndicats craignent que cette réorganisation provoque la suppression de milliers de postes.

Selon le quotidien économique Les Echos, M. Darmanin va annoncer "une restructuration d'une ampleur inédite". Contacté par l'AFP dimanche soir, le cabinet du ministre a indiqué qu'il "ne confirm(ait) pas les informations des Echos". Néanmoins, le ministre lui-même se fendait dans la nuit de dimanche à lundi d'un tweet plutôt rageur contre le quotidien économique pour en contester les informations.

En revanche, une source gouvernementale a déclaré pour sa part à l'AFP :

"Il y aura bien une réunion mercredi, durant laquelle seront annoncés des plans de transformation pour Bercy, notamment pour remettre les services publics dans les territoires."

La DGFIP est la deuxième plus grande administration civile de l'Etat avec 103.000 agents et un budget de 8 milliards d'euros. Le gouvernement a prévu 50.000 suppressions d'emplois publics au total pendant le quinquennat.

"Réduire les coûts" et "améliorer le service rendu"

Contactée par l'AFP, Anne Guyot Welke, secrétaire nationale de Solidaires finances publiques, premier syndicat représentatif au sein de la DGFIP, a confirmé que des annonces seraient effectuées mercredi matin: "L'après-midi, ils réunissent tous les numéros un de Bercy pour des annonces".

Dans un rapport rendu public le 20 juin, la Cour des comptes, tout en saluant les progrès accomplis par l'administration fiscale, avait estimé qu'elle devait accroître ses efforts pour "améliorer le service rendu" aux contribuables et "réduire ses coûts".

"La Cour des comptes a dit 30.000 [suppressions d'emploi, Ndlr]). Le chiffre de 20.000 est 'plausible' mais n'est pas absorbable" par les départs à la retraite d'ici à 2022, a encore précisé Mme Guyot Welke.

Également interrogé par l'AFP dimanche soir, Denis Grégoire, secrétaire général CFDT Finances, a estimé pour sa part que "pour 2019, ce sera en deçà des 4.000" suppressions de postes dans l'administration fiscale.

La Cour des comptes préconise  70.000 suppressions d'emploi

Dans un rapport distinct, rendu public fin juin, sur "la situation et les perspectives des finances publiques", la Cour des comptes a estimé qu'afin d'atteindre les 50.000 suppressions de postes dans la fonction publique d'État, il était nécessaire d'en supprimer 70.000 au total, compte tenu des créations de postes prévues (20.000), par exemple dans la défense ou l'éducation.

"Faute de publier le rapport 'Action Publique 2022' qui a nourri les réflexions, le gouvernement devrait indiquer tout au long de l'été comment il compte réduire la dépense, ministère par ministère", a affirmé Les Echos.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/07/2018 à 23:31 :
IL EST LOGIQUE QUE CA REFORME DE LA GESTIONS DES IMPOTS PARS LE PATRONAT ALLEZ FAIRE DES CHOMEURS??? CE N EST PAS FINIE IL VAS Y AVOIR ENCORE DES SURPRISES QUAND L IMTELLIGENCE ARTIFICIEL SERAS MIEUX UTILISE ?LES POSTES LES PLUS VISE SERONT LES POSTES DE FONCTIONNAIRES ? CELA DIMINURAS VOS IMPOTS CAR LES FONCTIONNAIRES D ETAT SONT PAYER AVEC VOS IMPOTS? JE RAJOUTERAISQUE VOUS L AVAIS VOULUE IL VAS LE FAIRE???///L HOMME SENNUIE DU BIEN VHERCHE LE MIEUX TROUVE LE MAL ET S Y SOUMET PAR CRAINTE DU PIRE ///DUC FRANCOIS GASTON DE LEVIS///
a écrit le 11/07/2018 à 8:41 :
ce sont des postes qui sont menacés pas les fonctionnaires qui seront mutés ou non remplacés !
a écrit le 10/07/2018 à 17:24 :
Jupiter Macron aurait-il le courage de taper dans le dur ? c'est-à-dire dégraisser toutes les administrations publiques en hyper-sureffectif et fermer les administrations en doublons ou sans utilités et remettre au travail les fonctionnaires et les responsabiliser. L'éducation nationale n'est qu'un exemple de déroute et de la mentalité "en faire le moins possible" une raison aujourd'hui que le bac j'obtiens aussi facilement "on met la poussière sous le tapis" Mais cela reste à confirmer car pour l'instant beaucoup de blablaba...
a écrit le 10/07/2018 à 2:45 :
les fonctionnaires restent et seront mutés, seuls les postes sont supprimés !
a écrit le 10/07/2018 à 1:01 :
Licenciez les sans états d’âme, ces deux catégories de personnel ont envoyé a la ruine et sous les ponts de nombreuses personnes.
a écrit le 10/07/2018 à 0:02 :
Il n'y a pas lieu de se réjouir; il faudra bien trouver une solution pour reclasser ces fonctionnaires d'Etat ou les pensionner dans des conditions acceptables. La réforme a été lancée bien légèrement, semble-t-il et nous avons tout à craindre de ses effets l'année prochaine ... ou la suivante malgré les assurances du superviseur des comptes publics; à ce propos, ce dernier devrait rappeler à notre inspecteur des finances de Président que le déficit budgétaire se définit par rapport aux recettes et qu'il n'est donc pas de 3%, comme il s'en est vanté devant le Congrès, mais de 25%; rien d'étonnant au triste état des finances publiques si nos "élites" sont si mal enseignées; je considère, personnellement, que la baignoire est un abus de bien social si le Président ne la paye pas de ses deniers. Lorsqu'on voit l'état des matériels d'Etat, il est temps de faire la chasse aux logements et véhicules de fonction et aux notes de frais de ce qui est moins gouvernement et parlement et autres qu'une Cour qui rappelle fâcheusement une période sanglante qu'ont vécue nos ancêtres.
a écrit le 09/07/2018 à 23:06 :
Même la cour des comptes le dit. Il y a trop de vérificateurs fiscaux. Ils coutent cher et ne rapportent rien à l'Etat. Il faut supprimer ces contrôles fiscaux couteux.
Si l'on veut partager le gâteau, la première condition est qu'il y ait un gâteau.
Sans fonctionnaires du fisc, plus de contrôle fiscal, moins d'impôts à payer, moins de salaires de fonctionnaires à payer et donc un plus gros gâteau rien que pour nous les actionnaires de Carrefour.
Je suis favorable à cette vision de l'Etat providence pour nous patrons du cac40 et du Medef qui créons de la richesse. Merci Jupiter le banquier.
Réponse de le 11/07/2018 à 6:26 :
Et grâce à la disparition des vérificateurs fiscaux, nos brillants chefs d'entreprise si dévoués pour le bien être des collectivités.pourront continuer à faire prendre en charge leurs automobiles par leurs sociétés ou les travaux exécutés dans leurs domiciles...
a écrit le 09/07/2018 à 21:48 :
La suppression des frontières et des postes de douane à l'intérieur de l'Union Européenne, c'était en quelle année, rappelez-nous ? Et le passage à l'euro avec abandon du franc et transfert des compétences de la Banque de France à la Banque centrale européenne, c'était en quelle année aussi ? Et on n'a pas supprimé les postes devenus inutiles depuis ces dates ? Qui était au pouvoir à l'époque, qui l'a été depuis, qui a voté les lois et contrôlé l'action du gouvernement alors ? Personne...
a écrit le 09/07/2018 à 19:37 :
Trop de directions de ceci, ou sous directions de celà, d'agences en tout et n'importe quoi, une en OR pour le P.S Caviar J.P Huchon, une inutile créée pour le C.G.T Le Paon. Une légion de planqués au Conseil d'Etat. Hopital, trop de bureaucrates et manque de soignants Aux finances publiques, plus du tout de déclarations d'impot papier, à éplucher, taches de recouvrement désormais Imposées aux entreprises, croisement toujours accru de tous les fichiers pour déceler les fraudes : c'est bien.
500 000 ( programme F.Fillon) et non 50000 à supprimer, pour revenir au niveau de 1992 et à la moyenne OCDE. Conseil économique et Social A SUPPRIMER, 233 copains, copines et toute sa bureaucratie. Sous-Préfectures hors zones rurales à supprimer, Assemblées Départementales à supprimer, resterait leur n°, les conseillers Dpts élus par le canton, allant sièger à la région : donc suppression des conseillers régionaux inconnus de tous. 800 Syndicats publics et leurs fonctios, à concerter pour gérer l'Ile de France, suppression des huit départements, un seul restant pour les huit, le 75. Leurs conseillers des huit DPTS, élus au plus près du canton, allant sièger à la région IDF, supprimant les conseillers régionaux, eux non élus ! directement.
a écrit le 09/07/2018 à 19:35 :
Trop de directions de ceci, ou sous directions de celà, d'agences en tout et n'importe quoi, une en OR pour le P.S Caviar J.P Huchon, une inutile créée pour le C.G.T Le Paon. Une légion de planqués au Conseil d'Etat. Hopital, trop de bureaucrates et manque de soignants Aux finances publiques, plus du tout de déclarations d'impot papier, à éplucher, taches de recouvrement désormais Imposées aux entreprises, croisement toujours accru de tous les fichiers pour déceler les fraudes : c'est bien.
500 000 ( programme F.Fillon) et non 50000 à supprimer, pour revenir au niveau de 1992 et à la moyenne OCDE. Conseil économique et Social, 233 copains, copines et toute sa bureaucratie. Sous-Préfectures hors zones rurales à supprimer, Assemblées Départementales à supprimer, resterait leur n°, les conseillers Dpts élus par le canton, allant sièger à la région : donc suppression des conseillers régionaux inconnus de tous. 800 Syndicats publics et leurs fonctios, à concerter pour gérer l'Ile de France, suppression des huit départements, un seul restant pour les huit, le 75. Leurs conseillers des huit DPTS, élus au plus près du canton, allant sièger à la région IDF, supprimant les conseillers régionaux, eux non élus ! directement.
a écrit le 09/07/2018 à 17:40 :
Enfin une excellente idée. 70'000 au ministère des finances et combien dans les autres ministères???
Combien de ministère peuvent être supprimé simplement?
Réponse de le 09/07/2018 à 18:18 :
Normal, les patrons deviennent collecteurs d'impôt dès janvier prochain, ils vont se taper maintenant le boulot et 1 milliards d'euros de surcoût pour les entreprises et 500 les suivantes.Les représentants des artisans et des petits commerçants ont même pondu une pétition pour ne pas être le remplaçant des fonctionnaires de Bercy.Tant pis pour vous les gars ,vous vouliez moins de fonctionnaire à vous de bosser maintenant.
Réponse de le 09/07/2018 à 18:43 :
Ce que vous écrivez est totalement faux. Où est il écrit qu’il y aura 70000 postes de supprimés au ministère des finances ? Avant de commenter un article il serait préférable de le lire entièrement.
a écrit le 09/07/2018 à 15:25 :
Il était temps. A faire le travai, par les entreprises, il était évident qu'il fallait dégraisser le Mammouth du Ministère des Finances.
Réponse de le 09/07/2018 à 16:32 :
Dites plutôt que ça vous arrange qu'il y ait moins de fonctionnaires aux finances, ces empêcheurs de frauder tranquille!
a écrit le 09/07/2018 à 13:35 :
Le fisc ça embête les riches et les douanes ça embête les riches aussi qui sont obligés de payer tel ou tel politicien pour faire passer leur came, du coup ça va leur faire faire de bonnes économies c'est sûr tout ça.

Oups pardon... Non ya trop de fonctionnaires feignants c'est pour ça voyons !
Réponse de le 09/07/2018 à 16:39 :
+1
Cela fait partie du bashing! Jeter l’opprobre pour mieux justifier les coupes budgétaires et les suppressions d'effectifs tout en faisant croire aux français qu'on peut faire mieux avec presque rien!
a écrit le 09/07/2018 à 13:02 :
La saignée ne fait que commencer dans les effectifs publics et c'est salutaire vu la masse salariale pléthorique au sein de l'Etat. C'est surtout dans les collectivités que le ménage est à faire (+ suppression des départements etc ...)
Réponse de le 09/07/2018 à 13:30 :
au contraire,la France ne se sortira du désastre financier libéral a venir que parce que nous possédons une fonction publique et un secteur social forts.Macron veut piller le social pour renflouer ses amis banquiers,c'est une erreur économique historique!
Réponse de le 09/07/2018 à 16:35 :
Salutaire! Vous serez quand même le premier à râler quand vous n'aurez pas d'interlocuteur pour régler vos problèmes, santé, sécurité .... et pesterez contre ces agents publics payés à ne rien faire!
Réponse de le 09/07/2018 à 18:51 :
Les effectifs de la fonction publique de l état stagnent ou baissent modérément depuis des années alors que la population du pays augmente de maniere régulière ! On fait du plus avec moins depuis de nombreuses années dans la fonction publique d état ! Resultat : des gains de productivité mais aussi une lente mais réelle dégradation du service public au détriment des populations les plus fragiles....
a écrit le 09/07/2018 à 12:43 :
Qu'ils mettent ces employés sur la lutte contre la fraude à la TVA (carroussel et autres systèmes): des milliards d'Euros à récupérer par l'Etat, donc nous...
Réponse de le 09/07/2018 à 18:54 :
On parle de suppression de postes... pas d un redéploiement des missions ! Mais sans agent du fisc pour chercher les fraudes, il est certain que personne ne pourra les trouver... et le gouvernement pourra se féliciter d.
d’avoir éradiqué la fraude fiscale !...
a écrit le 09/07/2018 à 11:48 :
Je suis un peu enrhubé, alors Bercy Macron, Bercy Gérald !!
a écrit le 09/07/2018 à 11:31 :
Forcement , avec le prélèvement à la source, ce sont les entreprises qui vont payer pour l'état en collectant l'IR coût estimé, 1,5 milliards d'euros
a écrit le 09/07/2018 à 11:12 :
Cette annonce est lassante et inquiétante.

Lassante car on a l'impression que la destruction d'emplois publics est l'alpha et l'omega de toutes les politiques publiques de tous les gouvernements. Cela démontre un manque d'imagination et de (vrai) courage politique pour mettre en oeuvre des politiques innovantes et novatrices qui créeront de la richesse et de l'emploi au lieu d'en détruire.
Inquiétante, car a force de détruire des emplois depuis bientôt vingt ans, on a dévitalisé et mis en péril de nombreux services publics.
Ainsi la DGFIP a perdu des dizaines de milliers d'emplois que l'informatisation de certaines tâches ne justifie pas.
La gestion de l'impôt et la qualité du travail rendu s'en ressentent. A cet égard, la fusion dogmatique de la DGI et de la DGCP en 2007 par Sarkozy n'a rien arrangé. Quand les politiques se mêlent d'une technique qu'ils ne maitrisent pas, cela donne souvent de mauvais résultat comme on le voit ici.
Bref, cette annonce n'augure rien de bon, elle va dans le sens d'un service public en retrait avec un service rendu dans encore de plus mauvaises conditions.
Ce gouvernement, enfant spirituel du précédent, sous des dehors illusoirement modernes, reprends les mêmes recettes qui ont échoué et qui échoueront encore.
Réponse de le 09/07/2018 à 12:49 :
Est ce que vous reconnaissez Macron dans les trois affirmations suivantes?

Il dénonce l'État-providence dans les pays développés après 1945 et l'accroissement du poids des interventions publiques dans l'économie.

Il fait la promotion de l'économie de marché au nom de la liberté de l'individu et du développement économique.

Il prône la dérégulation des marchés (qui doivent se « réguler eux-mêmes » par le jeu de la concurrence et des « lois du marché ») et la disparition progressive du secteur public au profit du privé...

Si oui, c'est que c'est un adepte du neoliberalisme.
D'ailleurs ce qu'on lui reproche, est ce qui est reproché à cette doctrine; à savoir d'entretenir ou d'accroitre les inégalités, la fracture sociale, et le pillage des ressources naturelles.

Macron a ajouté au corps de doctrine neo-liberal une espèce de gloubi-boulga technonumérique et un tropisme bien-pensant fin XIXeme siècle avec sa morale bourgeoise étriquée et faux-cul..

Le fil directeur de son action est facile à suivre puisque tout ce qu'il fait a pour but de diminuer l'état et sa capacité d'agir et tant pis pour le reste.
a écrit le 09/07/2018 à 11:12 :
Cette annonce est lassante et inquiétante.

Lassante car on a l'impression que la destruction d'emplois publics est l'alpha et l'omega de toutes les politiques publiques de tous les gouvernements. Cela démontre un manque d'imagination et de (vrai) courage politique pour mettre en oeuvre des politiques innovantes et novatrices qui créeront de la richesse et de l'emploi au lieu d'en détruire.
Inquiétante, car a force de détruire des emplois depuis bientôt vingt ans, on a dévitalisé et mis en péril de nombreux services publics.
Ainsi la DGFIP a perdu des dizaines de milliers d'emplois que l'informatisation de certaines tâches ne justifie pas.
La gestion de l'impôt et la qualité du travail rendu s'en ressentent. A cet égard, la fusion dogmatique de la DGI et de la DGCP en 2007 par Sarkozy n'a rien arrangé. Quand les politiques se mêlent d'une technique qu'ils ne maitrisent pas, cela donne souvent de mauvais résultat comme on le voit ici.
Bref, cette annonce n'augure rien de bon, elle va dans le sens d'un service public en retrait avec un service rendu dans encore de plus mauvaises conditions.
Ce gouvernement, enfant spirituel du précédent, sous des dehors illusoirement modernes, reprends les mêmes recettes qui ont échoué et qui échoueront encore.
Réponse de le 09/07/2018 à 18:56 :
Merci de votre commentaire. Je me sens moins seul...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :