"Gilets jaunes" : le sixième samedi de mobilisation s'ouvre dans le calme à Paris

 |   |  756  mots
Vendredi, le Parlement a donné son feu vert à des mesures d'urgence économiques et sociales: défiscalisation des heures supplémentaires, exonération élargie de hausse de CSG pour des retraités et possibilité pour les entreprises de verser une prime exceptionnelle de 1.000 euros, exonérée de toutes cotisations sociales et d'impôt sur le revenu, pour leurs salariés rémunérés jusqu'à 3.600 euros.
Vendredi, le Parlement a donné son feu vert à des mesures d'urgence économiques et sociales: défiscalisation des heures supplémentaires, exonération élargie de hausse de CSG pour des retraités et possibilité pour les entreprises de verser une "prime exceptionnelle" de 1.000 euros, exonérée de toutes cotisations sociales et d'impôt sur le revenu, pour leurs salariés rémunérés jusqu'à 3.600 euros. (Crédits : Reuters)
Sur les Champs-Élysées, les cafés et restaurants déploient normalement leurs terrasses et la quasi-totalité des magasins exhibent leur vitrine. Mais des "gilets jaunes" ont aussi appelé à bloquer le passage des camions aux frontières..

Les "gilets jaunes" comptent de nouveau mobiliser leurs troupes dans toute la France pour un sixième samedi consécutif de manifestations, à Versailles et Paris notamment. Mais dans la capitale,  théâtre de violents affrontements lors de manifestations précédentes, tout semblait calme samedi en début de matinée.

Vers 10h, la circulation était normale sur les Champs-Élysées selon l'AFP, avec une présence discrète des forces de l'ordre. Les cafés et restaurants déployaient normalement leurs terrasses et la quasi-totalité des magasins exhibaient leur vitrine. Seules quelques boutiques de luxe sont restées fermées. S'ils étaient déjà plusieurs dizaines à la même heure il y a une semaine, seule une vingtaine de gilets jaunes étaient présents en haut de l'avenue. Contrairement aux cinq samedis précédents, la circulation était pour le moment possible aussi sur la place de la Concorde.

Le domaine et le château de Versailles fermés

Les commerces parisiens, qui doivent accueillir de nombreux clients avant Noël, ont néanmoins été "invités à faire preuve de vigilance" par la préfecture de police. En début de matinée, un appel a été lancé sur la page Facebook d'Eric Drouet, l'une des figures du mouvement, pour aller sur la butte Montmartre, où plusieurs dizaines de "gilets jaunes" sont rassemblés.

Les autorités surveillent aussi Versailles. Le directeur de cabinet du préfet des Yvelines, Thierry Laurent a avancé vendredi les chiffres de 1.400 personnes qui se sont déclarées "participantes" et 8.000 "intéressées" par un autre événement Facebook organisé entre autres par Éric Drouet. Juste en face du château visité par des millions de personnes chaque année, ils pourraient être "plusieurs centaines", voire "un millier", à faire entendre leurs revendications, a indiqué vendredi le préfet des Yvelines, Jean-Jacques Brot, en précisant que la manifestation sera confinée sur l'avenue de Paris. Une vingtaine de gilets jaunes sont arrivés sur l'avenue, au milieu d'un important dispositif policier, selon l'AFP. Les forces de l'ordre contrôlent cabas et sacs à dos. Par crainte de débordements, le domaine et le château de Versailles ont été fermés "de manière préventive".

Blocages aux frontières

La semaine dernière, environ 69.000 membres des forces de l'ordre avaient été déployés, dont 8.000 à Paris, appuyées par des véhicules blindés de la gendarmerie. Ces véhicules blindés seront à nouveau mobilisés samedi, a fait savoir l'Intérieur. Ils seront "positionnés" en province, à Toulouse, Bordeaux et dans les Bouches-du-Rhône et "en alerte" à Paris. Des manifestations sont aussi prévues à Lyon, à Toulouse, à Orléans ou en Bretagne, notamment. En Gironde, une source au sein du mouvement a expliqué à l'AFP que certains "gilets jaunes" envisageaient des "actions économiques", comme le blocage de centres commerciaux, en pleines courses de Noël.

Selon Vinci, quelques entrées, sorties et barrières de péage sont encore fermées sur le réseau.  Dans la nuit de vendredi à samedi, une dixième personne est décédée en marge du mouvement. Un automobiliste est mort après avoir percuté un camion bloqué à un barrage filtrant de "gilets jaunes", à l'entrée d'autoroute de Perpignan-sud, à indiqué à l'AFP le procureur de Perpignan, Jean-Jacques Fagni.

Des "gilets jaunes" ont aussi appelé à bloquer le passage des camions aux frontières. Des centaines de "gilets jaunes" étaient rassemblés samedi au péage du Boulou près de la frontière espagnole, et des bus chargés de manifestants continuaient d'affluer, a constaté l'AFP. Selon un manifestant, les "gilets jaunes" laissent passer les voitures mais bloquent les poids lourds, "symboles des importations espagnoles vers la France à des prix bradés depuis de longues années".

L'inconnue de la participation

Mais l'inconnue de ce samedi réside surtout dans la participation. Depuis le pic du 17 novembre et les 282.000 manifestants recensés, la mobilisation est en baisse. Ils étaient 166.000 "gilets jaunes" à manifester le 24 novembre, 136.000 les 1er et 8 décembre et 66.000 le 15 décembre. Et le ministère de l'Intérieur a décompté 3.680 "gilets jaunes" jeudi.

Vendredi, le Parlement a  donné son feu vert à des mesures d'urgence économiques et sociales: défiscalisation des heures supplémentaires, exonération élargie de hausse de CSG pour des retraités et possibilité pour les entreprises de verser une "prime exceptionnelle" de 1.000 euros, exonérée de toutes cotisations sociales et d'impôt sur le revenu, pour leurs salariés rémunérés jusqu'à 3.600 euros.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/12/2018 à 18:10 :
Et que dire de ce deuxième automobiliste mort dans sa voiture qui s'est encastrée dans l'arrière d'un camion bloqué par des GJ inconscients du danger qu'ils provoquent. Qu'attend la justice pour inculper les responsables de ces blocages illégaux ?
a écrit le 22/12/2018 à 18:00 :
Pour aller plus loin, il conviendrait de supprimer le prélèvement à la source prévu en janvier ce qui va créer un choc psychologique lorsque les salariés vont voir leur trésorerie diminuée immédiatement fin janvier sans tenir compte des déductions fiscales remboursées courant de l'année en deux fois.

Ce prélèvement à la source dans le contexte actuel est scandaleux même pour ceux qui étaient prélevés mensuellement.

Je suis étonné que personne sans préoccupe
a écrit le 22/12/2018 à 16:45 :
Enfin une bonne nouvelle le conseil constitutionnel a rejeté le gel des retraites pour 2020 Il devra repasser devant le parlement ON LES VERRA à l'œuvre
a écrit le 22/12/2018 à 16:43 :
Les raisins de la colère : oui depuis 40 ans avec une dette colossale, on s'est permis en haut lieu de dépenser sans présager de l'avenir. Les ouvriers eux par habitude se sont serrés la ceinture. Maintenant on leur jette à la figure la DETTE. Mais a qui la faute ?
Si nos politiques avaient été un peu soi peu économes ils auraient du réduire le nombre de parlementaires des 2 chambres, réduire les inégalités de retraite avec les ouvriers, ne pas s'attribuer des augmentations de pension énormes en tant que président, s'abstenir de payer la CSG tandis qu'on la vote pour les plus faibles, éviter la dépense non indispensable à l'Elysée (création de poste pour la femme du président, vaisselle, piscine, avions......) quand on a des dettes on se doit de compter l tous les centimes pour ne pas perdre la face ! rétablir l'ISF et ne pas dire sur tous les tons que ce n'est pas indispensable car avec cet argent on aurait pu offrir quelque chose à tous les handicapés et invalides de France. Mais voilà depuis 40 ans ils ne compte pas. Maintenant il ne faut pas s'étonner s 'ils ont les pépins
a écrit le 22/12/2018 à 16:10 :
Pour ma part, les gilets jaunes, c'est l'overdose, quelques milliers de manifestants particulièrement violents ont mis la République à mal avec la volonté de rentrer de force à l'Elysée (du jamais vu depuis deux siècles), les anti démocratiques, c'est eux surtout que dans leur rang une quasi unanimité de votants Marine Le Pen et Mélenchon à la dernière présidentielle. En réalité ce gens n'ont jamais admis le résultat des élections et rien de plus si j'ose dire.
a écrit le 22/12/2018 à 16:01 :
Je regarde les infos un peu partout, bourde énorme "l'auteur d'une pancarte retouchée par France 3 saisit le CSA" . J'en déduis que la méfiance dans les médias, ainsi que l'état "propriétaire de France 3" de fait, arrive à son paroxysme, avec un perte de crédibilité qui en découle. Je ne suis pas pour un camp ou un autre. Je lisais tout à l'heure que des journalistes ont été agressés. J'arrive à comprendre,sans approuver pour autant . Les gilets jaunes (qui bloquent à tort l'économie, selon moi) ont perdus toute confiance dans les médias, et là c'est grave. Visiblement ils veulent la "peau" de M.Macron, le 1er Ministre n'a plus son rôle de joker. Vers quoi va t'on ... j'ignore. Les médias risquent également d’êtres victimes de cette histoire. La méfiance va probablement fortement de s'amplifier. Visiblement rien ne se passe comme avait prévu l'État. Bon, pas de violence j'espère. L'économie est en danger.
a écrit le 22/12/2018 à 15:27 :
En regardant BFM par hasard, Macron arrive au Tchad voir les militaires Français.
Au Tchad ? Et aussi au Mali, en Syrie, en Irak, etc ...
Faut peut-être arrêter de jouer au gendarme du monde, le France n'est pas Crésus !
Réponse de le 22/12/2018 à 16:18 :
100% ok
Réponse de le 22/12/2018 à 16:37 :
Il reste deux médias fiables (non spécialisé je précise). Pour le numérique euronews (une certaine neutralité) , pour le papier le canard enchaîné ( sans pub, pas par hasard et le bilan financier est positif ). Le reste à vendu son âme "aux diables" pour des raisons financières, que je ne connais pas . Probablement, le système de distribution, via la CGT est responsable d'une partie du problème, le fameux "ojd" bourde de Charles de Gaulle, je crois.
Réponse de le 22/12/2018 à 18:48 :
Vous n'y êtes pas.

Depuis 6 semaines Macron déserte l'Elysée les samedi. On se demande bien pourquoi.
A chaque fois il prétexte une occupation urgente et impérative pour quitter Paris s'il le peut, la France c'est encore mieux.

Il n'y a plus guère qu'au milieu d'un camp retranché au fin fond du Sahara qu'il se sente encore en sécurité.

Sauf que quand on en arrive à susciter autant de haine, ce point, il vaudrait mieux pour lui et pour la France qu'il démissionne et s'exile.
Le Puy en Velay a montré qu'assurer sa sécurité publique devient impossible en gardant l'activité normale d'un président de la République Française.
a écrit le 22/12/2018 à 14:46 :
C'est TRèS réconfortant de constater que les Gilets Jaunes sont présents, actifs, DéTERMiNés

ils ont le soutient, LE PLEIN SOUTIENT, des Français majoritairement dans la France,

Liberté de manifester,
Liberté de se déplacer " à vitesse très réduite pour la sécurité routière" sur les Avenues, Autoroutes routes et rues,
Liberté de se regrouper sur les places, dans les cours des châteaux de la République, d'entrer à L'Elysée et à Matignon qui sont des BIENS PUBLIQUES que ni Macron ni Philippe et encore moins Castaner ne peuvent se réserver tels des seigneurs petits bras profiteurs qui abîment la France

Egalité des rémunérations du travail
Egalités des hausses de salaires
Egalité des primes annuelles
Egalité de paiement des heurs supplémentaires

Fraternité, les policiers et les gendarmes devraient porter des brassards jaunes et se prosterner devant les Gilets Jaunes
a écrit le 22/12/2018 à 13:57 :
Mercis aux G J en fin La france avance mais LeS tetraites elles sont quasiment gelés 0 en 2018 0.3 % en 2019 La ont dit riant avec une inflation de 1.7% LeS gangnant dmicards CRS les perdants les retraitees aller La france 🇫🇷
a écrit le 22/12/2018 à 11:49 :
ces blocages depassent le cadre des manifestions autorisées par la loi
leurs organisateurs doivent etre poursuivi par la justice
Réponse de le 22/12/2018 à 12:08 :
bonjour
le mieux serait de tout interdire. Éliminer toute opposition. Détruire les pauvres (et ne conserver que les riches). Oter de votre vue tout ce qui vous dérange, bref seul au monde sans contradicteur d aucune sorte, créer un paradis dont vous seriez le seul maitre......
Réponse de le 22/12/2018 à 16:24 :
1789 : 2018 une revolution ne se fait jamais de bon cœur mais quand les privileges prennent le dessus elle devient necessaire .Voir privileges anciens presidents , ministres ,elus , agences d'états sans fonction, préfets sans affectation ,etc
a écrit le 22/12/2018 à 11:37 :
Les caves ne se rebiffent plus?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :