Impôts, retraites, RIC : ce qu'Emmanuel Macron devait annoncer lundi soir

 |   |  641  mots
(Crédits : Philippe Wojazer)
L'allocution télévisée d'Emmanuel Macron, au cours de laquelle le chef de l'État devait annoncer les premières "mesures concrètes" issues du Grand débat, a été reportée en raison de l'incendie qui a eu lieu à Notre-Dame de Paris. Voici les principales annonces dévoilées ce mardi par l'AFP qui a obtenu une copie du texte.

Le chef de l'État devait apparaître lundi soir sur les écrans de télévision pour une "adresse aux Français" (enregistrée), durant laquelle il devait annoncer les chantiers d'action prioritaires et les premières mesures concrètes pour boucler le Grand débat national. Il devait notamment y défendre la réindexation des petites retraites sur l'inflation, un allègement de la fiscalité sur les classes moyennes et la suppression de l'ENA.

Voici les principales annonces dévoilées ce mardi après-midi par l'AFP qui a obtenu une copie du texte.

Baisser les impôts des classes moyennes

Selon le discours de son allocution, Emmanuel Macron souhaite "baisser les impôts des classes moyennes" en finançant cette mesure notamment par la "suppression de certaines niches fiscales". Le président de la République demande aussi une "évaluation objective" de l'ISF dès le début de l'année 2020, sur la base de laquelle il s'engage "à apporter toutes les modifications et corrections nécessaires".

Pour des RIC locaux et un RIP simplifié

Le chef de l'État souhaite des référendums d'initiative citoyenne (RIC), réclamés par les "Gilets jaunes" mais limités à des sujets locaux, et un référendum d'initiative partagée simplifié.

Il est en outre "favorable à ce qu'on puisse rendre plus accessible, en en simplifiant les règles", le référendum d'initiative partagée (RIP), prévu par la Constitution mais extrêmement compliqué à mettre en oeuvre. Il annonce "qu'une convention de 300 citoyens tirés au sort" sera installée "dès le mois prochain", en mai, chargée de "travailler à la transition écologique et aux réformes concrètes à prendre".

Dans le même temps, souhaitant ne "pas affaiblir la démocratie représentative", il se prononce pour une consolidation de la place et du rôle du Parlement, "en particulier en matière de contrôle de l'action publique et de lisibilité de son action".

Les petites retraites réindexées sur l'inflation

Emmanuel Macron doit aussi annoncer la réindexation des retraites de moins de 2.000 euros sur l'inflation à partir du 1er janvier 2020.

La prime exceptionnelle de 1.000 euros défiscalisée et sans cotisations sociales décidée fin décembre 2018 face au mouvement des "Gilets jaunes" va être "pérennisée" et ouverte aux employeurs "chaque année".

"Ouvrir un nouvel acte de notre décentralisation"

Prenant acte que "beaucoup de nos concitoyens ont le sentiment que leur territoire est abandonné", le chef de l'État souhaite "assurer la présence des services publics" et "ouvrir un nouvel acte de notre décentralisation", notamment avec "plus de fonctionnaires sur le terrain, avec davantage de responsabilités", "et moins de fonctionnaires à Paris pour écrire des normes ou créer des règles".

"Je crois en l'État, qui en France a construit la Nation. Mais nous avons besoin sur tous les sujets du quotidien, de décider plus vite, plus simplement, plus clairement, au plus près de nos concitoyens. (...) Nous allons dans chaque région lancer un travail profond avec les élus et les forces vives afin de simplifier le millefeuille de notre organisation selon le modèle adapté à chacun", détaille-t-il, annonçant "d'ici à la fin de l'année" ce "nouveau projet de décentralisation et de différenciation".

Le chef de l'État ne veut plus "aucune fermeture d'école et d'hôpital jusqu'à la fin du quinquennat", "sauf demande des maires".

Suppression de l'ENA

Il sera également est favorable à un changement de "la formation, la sélection, les carrières en supprimant l'ENA et plusieurs autres structures".

"Nous avons besoin d'une élite, de décideurs", estime Emmanuel Macron, qui souhaite qu'on donne "à tous nos jeunes leurs chances en fonction uniquement de leur mérite et pas de leur origine sociale ou familiale"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/04/2019 à 7:20 :
Macron un homme de paroles ?????? Je votez pour qui ? Macron👹👾🐥
a écrit le 17/04/2019 à 9:26 :
Pour l'ENA s'il s'agit de remplacer cette appellation par "Ecole des Services Publics" ce n'est pas un progrès. Certes il faut des décideurs mais décider demande une pratique naturelle de l'autorité qui repose en général sur une expérience, hors il est patent que le profil de banquiers d'affaires se généralise et que les pantoufles circulent comme les hirondelles : on s'échange un Général Electrique contre un Valourec et tient la Française des Jeux avant sa privatisation, grand exploit bonne aubaine. Déjà Robert O Paxton (La France de Vichy) écrivait "que la catastrophe de 40 fut en partie celle des élites…" et bien la désindustrialisation est la leur. Si vous voulez une vraie réforme supprimer Sciences-Po, l'ENA et contrôler strictement les lobbies ca sera un bon début. Et pour commencer que tous ces Pioupious qui se destinent au service de l'état fassent un vrai service militaire dans une unité combattante ou de soutien.
Réponse de le 17/04/2019 à 14:01 :
Comme le GLAM supprimé par Balladur, etappelé autrement.

Pour continuer dans ce populisme qui ne trompe personne :

Après l'avoir transféré de Paris à Strasbourg : Populisme, qui a accru ses charges.


Transférer " l'école nationale populaire des services publics "
à Saint Denis, Aubervilliers, Montreuil.
a écrit le 17/04/2019 à 8:40 :
Une fois de plus des mesures DISCRIMINATOIRES !
Ou est l'égalité républicaine , la justice constituitionnelle dans ces propositions catégorielles ?
Mon bulletin de Mai est déja dans l'urne !!!
a écrit le 17/04/2019 à 8:12 :
Et après Sarkozy et Hollande, le choix de Macron est de ... allonger le temps de travail? C'est pas du déjà trop vu?
a écrit le 17/04/2019 à 7:27 :
La suppression de l'ENA n'est qu'une partie des réformes à effectuer. Il serait indispensable d'interdire à un fonctionnaire de devenir membre du pouvoir exécutif. Le mélange des genres est en effet incompatible avec la démocratie. Trop de connivence entraîne un affaiblissement des institutions basées sur la séparation des pouvoirs. Les fonctionnaires doivent rester neutres politiquement toute leur vie professionnelle, comme devoir de réserve.
a écrit le 17/04/2019 à 7:26 :
Tout ça pour ça! Les fameuses annonces qui devaient nous couper le soufle! Que du bararatin.
a écrit le 17/04/2019 à 1:36 :
Retraites condamnées à etre mangées, année par années, par l'inflation :
à partir de 2000eur, on est " riche " selon Macron.

Juste avant d'etre élu, Hollande avait déclaré : " Je considère que l'on est riche à partir
de 4000eur.
Réponse de le 17/04/2019 à 8:43 :
2000 euros c'est 1500 euros dans 10 ans !
a écrit le 16/04/2019 à 22:29 :
N’être dame de Paris ce triste mais les entourloupe de Macron n es pas finis ?
a écrit le 16/04/2019 à 21:55 :
ce qu'Emmanuel Macron devait annoncer lundi soir

Macron devrait aussi ... TAXER LOURDEMENT TOUS LES LOCAUX VACANTS,

les locaux industriels vacants de spéculation qui entravent les créations d'entreprises nouvelles
les appartements vacants
les résidences secondaires

il faut taxer celles et ceux qui s'enrichissent en dormant, en flémardant
a écrit le 16/04/2019 à 20:32 :
Macron c’est monseigneur poudré d escarpé
Réponse de le 16/04/2019 à 20:47 :
Mais non il a juste prie pour qu'un evenement grave arrive et miracle... Au moins cet incendie a produit des malheureux, des indiffetents et seulement quelques lrem heureux...
N'oublions pas que ce pb doit avoir fait inonder les caves des voisins qui eux ne seront pas indemnises... Et ceux la on en pr
Arle pas...
a écrit le 16/04/2019 à 20:09 :
Monsieur MACRON il faut que vous démissionnez. Les élections européennes arrivent à grand pas. L'heure est grave: la question est : pour qui vont voter les citoyens français?
Réponse de le 16/04/2019 à 20:43 :
Si la question etait celle la ca irait... La question est plutot contre qui allons nous voter... La difference est faible au vu des choix mais pour lui sa sonne la fin.
a écrit le 16/04/2019 à 20:08 :
Et il compte financer comment la baisse des impôts?

Avec Macron, le diable est dans les détails.Ce qu'il ne dit pas est plus important que ce qu'il dit, ne serait ce que, parce que son discours et en général inintelligible.

Les dernières baisses d'impôts ont été compensées par la hausse de la CSG et de la taxe carbone, la casse de l'Hôpital Public et la strangulation financière des communes.

Et j'oublie toutes les hausses plus ou moins cachées des taxes existantes.
a écrit le 16/04/2019 à 19:12 :
Tout çà pour çà !

.Electricité Taxation à 38.6% Doublée en 10 ans, Et bond de 6% le 1/07
En supprimant les Taxes, et en n'y laissant qu'une TVA à 5.5% ( produit de 1ère nécessité ) il a loupé l'occasion d'une baisse de 30%

.Le Service Universel va couter 6 milliards d'eur par an ? N'est-ce pas du Gaspill XXL
30 Milliards en 5 ans, début dans 7mois

.Rien contre le record du monde FR de la Dépense Publique 58% du PIB

.Désindexation des Retraites de l'inflation, correction au micron de millimètre
Donc baisse perpétuelle par l'inflation

.Suppression de Son école, et de celle de ses trois prédécesseurs fondée par le 1er Ministre Michel Debré, enfumage populiste.

.Communes en Souffrances et Décentralisation : Rien


ON PEUT DONC ZAPPER SES INTERVENTIONS BLABLABLA POMMADE :
LE RESUME QUI SUIVRA, SUFFIRA.
Réponse de le 17/04/2019 à 8:46 :
Macron n'a pas les moyens de ramener le calme quelles que soient les mesures un tant soit peu crédibles qu'il propose : il est complètement discrédité : il DOIT démissionner !
a écrit le 16/04/2019 à 18:40 :
Macron a t il conclue, que si on nous le donne d'en "haut", on pourra le retirer d'en "haut" sauf si le R.I.C. permet de le garder?
a écrit le 16/04/2019 à 18:16 :
On peut conseiller également au niveau gouvernemental.
Les études supérieures sont-elles toujours rentables ? Non!
En effet ces études coûtes chères et se terminent pour l'étudiant à un âge avancé avant de rentré dans son activité. (ingénieurs, médecins, chirurgiens etc.)
Il faut juste savoir lire et écrire voir compter un tout petit peu. En effet, si vous allez trop loin et trop haut dans vos études, vous allez avoir des heures pas possibles de travail et des responsabilités. Vous paierez des impôts.
Par contre, en restant en bas de l'échelle sociale en France, vous aurez droits: CMU, allocations diverses, RSA, chèque énergies etc... Vous aurez un temps libre énorme et pas de responsabilité. Vous rentrez dans le système très jeune. Donc cotisation à la retraite aux frais de la société, voir même plus arrivé aux vieille âge EPAD gratos.
a écrit le 16/04/2019 à 18:10 :
La France est en état d urgences Macron incapable de remettes la France sur les rails Macron ils n as pas compris
a écrit le 16/04/2019 à 18:04 :
Reviendrons-nous à la case départ ? D’après les chiffres publiés ce lundi 15 avril par le ministère de la Transition écologique et solidaire, les prix des carburants atteignent leur plus haut niveau depuis le début de l’année et se rapprochent du record d’octobre 2018, mois de naissance du mouvement des Gilets jaunes. Ainsi, le gazole, le carburant le plus vendu avec près de 80% des volumes, coûtait en moyenne 1,4695 euro le litre (1,5331 euro en octobre 2018) lors de la semaine du 6 au 12 avril, ce qui représente une hausse de 0,83 centime en une semaine.

Même tendance du côté de l’essence... Le litre du Super SP95 a pris 1,97 centime en une semaine pour s’afficher en moyenne, toujours du 6 au 12 avril, à 1,5653 euro (1,5735 euros lors du pic d’octobre 2018). Quant au sans plomb 98 (SP98), il a augmenté de 2,11 centimes et coûtait désormais 1,6225 euro le litre au 12 avril. Enfin, le prix du sans plomb 95 contenant jusqu’à 10% d’éthanol (SP95-E10) a enflé de 1,94 centime en une semaine, à 1,5364 euro le litre. L’essence revient donc - à nouveau - plus cher que le gazole puisque la demande de fioul, (même type de carburant que le gazole) baisse une fois l’hiver terminé.
a écrit le 16/04/2019 à 18:01 :
la suppression de L'ENA était une grande priorités du grand débats toujours des décisions a à coté de la plaque !!!! la priorités le pouvoir d' achats finir les fins de mois
2022 le RN
a écrit le 16/04/2019 à 17:03 :
Ce président n'a annoncé aucune hausse de la TVA des produits de luxe, aucune mesure d'urgence envers les familles qui vivent a 3 avec 1200 euros ou a 5 avec 2500 euros par mois, aucune suppression de la hausse de l'électricité au mois de juin de 6%.
Aucune annonce claire sur le nombre de tranches d'impôts et l'équité fiscale a venir en 2020.
Aucune annonce sur une bonne dose de proportionnelle et une baisse de 30% dans les deux Assemblés parlementaires
Aucune suppression de poste de conseillers en trop a l'Élysée (ils sont 70 seulement a l'Élysée, beaucoup de copinage).
Aucune garantie de services publics de qualité en moins de 25 minutes de son domicile.
Aucune volonté d'éradiquer la pauvreté dans la 6ème puissance économique mondiale.
Pour la première fois je le conseille de démissionner et de mettre en place de nouvelles élections.
Un vote une fois chaque cinq ans ce n'est pas la vraie démocratie. On ne vote pas pour un programme a 100%.
La seule bonne nouvelle c'est pour les retraités gagnant moins de 2000 euros par mois.
Réponse de le 16/04/2019 à 19:08 :
L'intervention de Macron n'a pas été diffusée que vous la commentez déjà. Vous êtes vraiment très fort.
a écrit le 16/04/2019 à 16:39 :
Macron et des passes part Macron Macron des missions
a écrit le 16/04/2019 à 16:24 :
Très déçu de Macron, il ne voit pas l'urgence des frigos vides:
-Il faut remettre a plat la fiscalité en France en supprimant toutes les niches fiscales (sauf pour embaucher une personne a la maison)
-Il faut fusionner la CSG et l'impôt sur le revenu. Bien évidemment il faut un impôt sur le revenu avec au moins 9 tranches d'impôts tout en baissant les trois premières tranches.
-Créer un revenu de base unique obligatoire de 650 euros par mois et par personne a partir de 18 ans jusqu'à 62 ans et cumulable jusqu'à 1950 euros de salaire par mois. Condition: Ne pas avoir plus de 10 000 euros dans le compte courant, livret A, ect...
-Demander le remboursement du CICE aux entreprises supprimant des emplois.
-Remettre a plat l'impôt des sociétés avec plusieurs tranches d'impôts en baissant l'impôt pour les TPE a petit bénéfice et en augmentant l'impôt pour les entreprises a très fort bénéfice. A faire au Niveau Européen, tout comme la mesure du SMIC Européen.
-Lutter fortement contre la fraude fiscale et sociale et le blanchiment d'argent.
-Baisser de 30% les effectifs a l'Assemblée nationale et supprimer le Sénat.
-Revaloriser l'AAH a au moins 1000 euros par mois dés 2020
-Supprimer les Régions et mettre en place les élus départementales dans une assemblée unique.
-Taxer les Robots, les transactions financières par carte bancaire.
-Nationaliser tout les logements sociaux, les autoroutes et les Ephads.
-Taxer le Fioul et le Kérozen au niveau Européen
-Faire payer les chaines de télévision et de radios du services publics aux opérateurs internet pour leurs diffusions sur les box.
-Augmenter la TVA pour les produits de luxe.
-Garantir a chacun des services publics de qualité en moins de 25 minutes de chez soi et développer les transports en communs.
-Interdire le cumul des mandats car il faut se concentrer sur sa fonction.
Qui aura le courage de mettre en place tout ce très grand chantier dès maintenant ? la réponse probablement personne car nous avons des bras cassés qui n'ont pas envie d'améliorer la vie des Français.
Je précise que tout cela est faisable
Réponse de le 16/04/2019 à 17:00 :
Faudrait prendre quelques jours de vacances à la montagne, pour prendre un peu de hauteur et décanter les neurones ; sinon, c'est le burn-out assuré !
Réponse de le 16/04/2019 à 18:53 :
Et supprimer le wagon de queue dans les métros.....!!!

On est en plein délire avec des "conseils" surréalistes qui.....heureusement.... ne conduisent qu'à rire.
Réponse de le 16/04/2019 à 19:09 :
On sent que vous avez été conseillé par Hamon, le pauvre.
a écrit le 16/04/2019 à 16:13 :
l'indexation des retraites c'est ce qu'exige le conseil constitutionnel il aurait du l'appliquer des janvier 2019 et rétroactif donc c'est nul encore une déception pas de votes blancs de proportionnel sur le carburant rien la tva rien c'est pas avec ça qu'il va remonter dans les sondages
Réponse de le 16/04/2019 à 19:45 :
Si avant d’etre en colere , papi avait ete papa responsable au moment de voter... il ne serait peut etre pas en colere aujourd’hui...
a écrit le 16/04/2019 à 15:59 :
Finalement il a bien fait de reporter se prestation, c'etait tres tres insuffisant, voire mediocre. Toujours rien sur la proportionnelle, la prime defiscalisée ne sera jamais payée que par toujours les mêmes "bonnes boites", le ric dedié a la couleur des ravalements (a l'interieur d'une palette de tons autorisés bien sur), ce n'est pas de la décentralisation qu'il faut mais de la désabsolutisation, la fin de l'ena, oui, mais si c'est pour avoir des specialisations administration a X ou mines, ou pire sciences po ça fait pas avancer le schmibilik, necessité d'avoir une carriere réelle avant.

Juju, tu devrais dormir plus, la nuit porte conseil, mais a condition de dormir, revasser, c'est bien de revasser, l'imagination au pouvoir, là t'as les reflexions d'un politique deja septuagenaire.
Allez, une tisane, un stilnox et au lit, demain tu nous réécris tout ça tout zen a tête reposée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :