Crise énergétique des entreprises : la CCI Bretagne met l'accent sur l’accompagnement des transitions

À l’occasion du vote en assemblée générale de sa stratégie 2022-2026 fin octobre, la CCI Bretagne a alerté sur la hausse moyenne des factures de l’industrie bretonne qui pourrait grimper à 137% au premier semestre 2023, avec des baisses potentielles de production de 10%. Via des programmes comme Eco’Carbone, Ecod’O et de l’accompagnement ciblé, le réseau est mobilisé pour appuyer les entreprises.
La feuille de route 2022-2026 de la CCI Bretagne, présidée par Jean-Pierre Rivery, inclut un important volet consacré aux transitions, écologique et énergétique.
La feuille de route 2022-2026 de la CCI Bretagne, présidée par Jean-Pierre Rivery, inclut un important volet consacré aux transitions, écologique et énergétique. (Crédits : CCI Bretagne)

La mise en place en 2023 d'une « garantie électricité » pour les entreprises, qui prendra en charge une partie de la facture qu'elles doivent payer, parviendra-t-elle à calmer les inquiétudes des entreprises bretonnes? Comme leurs homologues des autres régions, elles sont en première ligne dans la crise énergétique et voient leurs notes de gaz et d'électricité flamber.

Tous les secteurs sont impactés, mais l'industrie est particulièrement exposée. « L'industrie concentre une hausse moyenne des factures de 85% et pourrait aller jusqu'à 137% au premier semestre 2023 menaçant le troisième secteur d'emploi en Bretagne » s'est inquiété Thierry Troesch, chef de file régional de France Industrie, lors de l'assemblée générale, fin octobre à Saint-Malo, de la CCI Bretagne à propos de sa stratégie 2022-2026. Les débats se sont longuement attardés sur les questions d'énergie, de sobriété et de décarbonation.

Lire aussiAsphyxiées par les prix de l'énergie, les PME pressent le gouvernement d'agir

Accompagnement accru sur les transitions et la décarbonation

« La crise énergétique impacte à la fois la production, avec des baisses potentielles de production (chômage technique) allant jusqu'à moins 10%, la compétitivité, la profitabilité des entreprises et les approvisionnements » a ajouté Thierry Troesch. Malgré les carnets de commandes qui restent bons, certaines entreprises n'ont plus de fournisseur d'énergie fiable et subissent en parallèle « l'inflation et la pénurie de matières premières ».

Face à ce constat alarmant, l'assemblée générale de la CCI Bretagne a voté à l'unanimité une feuille de route 2022-2026 qui mise notamment sur un accompagnement appuyé en faveur des transitions, énergétique et écologique, et des démarches de décarbonation. Pour la CCI, l'enjeu est collectif : il s'agit de faire de la Bretagne un territoire « exemplaire » dans le cadre de la Stratégie nationale bas-carbone pour l'industrie (SNBC).

Au-delà des mesures mises en place par l'État pour protéger les PME, TPE et les entreprises grandes consommatrices d'énergie, les CCI bretonnes veulent renforcer leurs liens avec les entreprises. Le réseau consulaire a développé plusieurs types d'action et affecté 280 de ses 873 collaborateurs sur des missions d'accompagnement.

Le plan Ecod'O généralisé, technique de la Reut à l'étude

Deux dispositifs cofinancés avec d'autres acteurs, dont la Région Bretagne, se démarquent. Initié depuis trois ans par la CCI du Morbihan, le programme Ecod'O qui défend un certain nombre d'actions pour économiser l'eau, va être étendu à l'ensemble de la région pour un montant de 360.000 euros par an.

« Environ 70 entreprises volontaires vont être sensibilisées à une juste utilisation de la ressource en eau » a précisé Jean-Pierre Rivery, président de CCI Bretagne. Afin d'inciter les entreprises agroalimentaires à expérimenter la technique, dont la réglementation est très stricte en France, de la Reut (Reuse), la réutilisation après traitement des eaux usées sur les sites industriels, un partenariat avec l'Association des entreprises agroalimentaires bretonnes (Abea) a été conclu afin de changer les règles. « En Europe, 15% des entreprises l'utilisent déjà contre moins de 1% en France. C'est un levier de développement, et c'est ce cercle vertueux que nous voulons mettre en avant » estime la CCI Bretagne.

Le réseau consulaire va également déployer le plan Eco'Carbone afin de sensibiliser les entreprises à une « juste consommation d'énergie ». Ce programme établira un état des lieux de leurs usages et pratiques (contrats, postes de consommation, voyages...) pour aller chercher une réduction de 10 à 15% leur consommation d'énergie. « Une trentaine d'entreprises en bénéficiera, y compris des TPE » a indiqué Jean-Pierre Rivery.

Plan stratégique aligné sur celui de CCI France

Parmi les autres mesures d'accompagnement visant à réduire les consommations figurent un outil d'autodiagnostic en ligne, ainsi que des actions de sensibilisation et d'information pour les PME industrielles sur la décarbonation des productions.

Le plan stratégique 2022-2026 de la CCI Bretagne s'appuie globalement sur celui de CCI France en termes de transitions, de compétences, d'international ou encore d'attractivité des territoires. Il sera révisé chaque année pour tenir compte de la conjoncture.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.